E.D.I. n°16 mars 2012
E.D.I. n°16 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 51,5 Mo

  • Dans ce numéro : 35 milliards de téraoctets et vous, et vous, et vous...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
36 EDI n°16/Mars 2012 Actus business [Salon NRF] SALON Le point sur les points de vente Plus que dans l’informatique généraliste, le retail est un marché riche en opportunités pour créer de la valeur ajoutée. Organisé en janvier à New York, le NRF’s Retail Big Show a présenté les dernières innovations pour équiper les points de vente. Terminaux points de vente, caisses libre-service, systèmes de paiement par carte bancaire, matériels d’impression de tickets et logiciels d’encaissement ou de gestion de stocks, lecteurs de codes-barres, l’offre retail est très large. Complétée par des écrans d’affichage dynamique, des kiosques numériques et des bornes interactives de consultation, mais aussi par des logiciels de promotion sur les lieux de vente, elle s’adresse aussi bien aux grandes surfaces qu’à la distribution spécialisées, aux petites boutiques, aux commerces alimentaires ou aux collectivités. Avec un chiffre d’affaires estimé à plus de 200 millions d’euros et une croissance de plus de 3% par an dans l’Hexagone, ce marché du retail se porte plutôt bien. En raison du grand nombre d’ouvertures de magasins et d’une multitude d’indépendants qui veulent se démarquer de leurs concurrents en se modernisant, afin d’améliorer l’expérience client, faciliter la vente et fournir un meilleur service au consommateur. « D’ici à trois ans, ce sera un axe de croissance soutenu », selon les études économiques faites dernièrement dans ce domaine. Le secteur est déjà en pleine mutation, comme l’illustre Le digital marketing, ici par affichage interactif sur grands écrans assemblés, veut contribuer à rendre l’expérience d’achat ludique. l’émergence de l’interconnexion du commerce traditionnel avec la vente en ligne. La demande serait en effet de plus en plus importante pour pouvoir faire le lien entre la communication sur Internet et le point de vente physique. Un nouveau mode d’achat : « Click’n drive » Ce qu’illustrent les collaborations entre éditeurs de sites web, ISV et revendeurs IT à valeur ajoutée pour concevoir et mettre en place des drives, ces systèmes en fort développement qui consistent à traiter une commande en ligne – ou passée d’une borne numérique – que des employés viendront livrer jusqu’à la voiture du client, dès son arrivée pour le retrait en point de vente. Le digital marketing – autrement dit, les solutions destinées à accompagner le client afin de rendre ludique son expérience d’achat –, l’encaissement et la gestion des espèces ainsi que le paiement électronique et la dématérialisation représenteraient les trois secteurs à plus fort potentiel de revenus. Notamment chez les petits commerçants, Epson cherche à ajouter de la valeur dans le traitement du support L’axe de développement d’Epson est constitué essentiellement d’une large gamme de périphériques d’impression « verticaux », tels que des imprimantes de reçus, des multifonctions, des scanners destinés au traitement de chèques ou de tickets restaurant, d’imprimantes « fidélité », pour faire du coupon couleur, etc. Dans son offre encaissement, ciblant plus spécifiquement les petits commerçants, ses imprimantes thermiques pour tickets de caisse évoluent surtout avec des modèles offrant des éditions plus rapides et intégrant des fonctions de réduction de consommation du papier ainsi que des garanties pour rassurer les revendeurs et les clients finaux sur la fiabilité du matériel. Mais, à côté de son activité traditionnelle, Epson s’efforce de trouver de la valeur ajoutée avec des innovations technologiques telles que ces applications qui impriment des tickets sur un papier autocollant repositionnable ou des coupons de réduction en couleurs, ou encore qui traitent automatiquement, par numérisation, les tickets restaurant pour les commerçants dans la distribution alimentaire.
auprès desquels les revendeurs-intégrateurs IT sont des acteurs tout désignés pour proposer, installer et entretenir ces outils technologiques constitués d’automates informatiques. « Matériel, logiciel et services sont des composantes indissociables si l’on veut conclure des affaires dans ce métier en faisant évoluer les boutiques physiques vers le numérique, souligne Michel Nguyen-Phuc-Ky, chef de produit solutions points de vente et HP Care Pack. Pour les informaticiens, elles ne réclameront qu’un minimum de formation. » Le ROI de la location, un argument éloquent Autre spécificité du retail, la location apparaîtrait comme un mode de commercialisation apprécié, au moins pour une raison : le retour sur investissement est aisé à démontrer au client commerçant. « La location à 15 euros par jour d’une solution d’encaissement des espèces permet un gain de temps évalué entre 30 euros et 50 euros par jour, économisé sur le comptage et la sécurisation », calcule-t-on chez Wincor Nixdorf. Quant aux taux de marge obtenus par les revendeurs-intégrateurs dans le retail, ils atteindraient en moyenne entre 15% et 35% sur les produits revendus. [Salon NRF] Actus business HP fait communiquer toute l’infrastructure L’offre que propose HP dans le retail s’articule surtout autour de ses nouvelles gammes de terminaux point de venterp5000 et ap5000. Déclinaison toute récente de la sérierp5000, larp5800 est présentée comme « l’état de l’art », puisqu’elle reprend la technologie intégrée dans les PC actuels du constructeur destinés aux entreprises, avec des processeurs Intel vPro, des disques SSD, la sécurité du RAID… L’intérêt est de pouvoir faire communiquer toute l’infrastructure informatique, afin de connaître l’état de ses stocks en temps réel, de piloter l’affichage dynamique, de récupérer des informations provenant de clients, etc. Autre avantage, « les machinesrp5800 sont garanties pour une durée de vie de dix ans, grâce au support que HP s’engage à continuer d’assurer cinq années après qu’elles auront disparu du catalogue », annonce le fournisseur de Palo Alto. Contrairement aux machines de la sérierp5000, auxquelles viendront se greffer un écran, la nouvelle gamme de terminaux points de vente HP ap5000 se caractérise, quant à elle, par un système tout-en-un, qui aura sans doute bénéficié de l’expérience de la marque dans les PC all-in-one. « Nos partenaires revendeurs IT n’auront guère de mal à se familiariser avec notre activité terminaux points de vente, lesquels se caractérisent d’abord par leur adaptation à cet environnement de travail spécifique », explique Michel Nguyen-Phuc-Ky, chef de produit solutions points de vente et HP Care Pack. Enfin, parallèlement aux terminaux point de vente, la firme s’apprête à sortir deux lecteurs de codes-barres adaptés aux QR codes (ou flashcodes), puis des écrans dynamique de 47 pouces de diagonale. ➜



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 1E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 2-3E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 4-5E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 6-7E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 8-9E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 10-11E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 12-13E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 14-15E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 16-17E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 18-19E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 20-21E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 22-23E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 24-25E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 26-27E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 28-29E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 30-31E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 32-33E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 34-35E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 36-37E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 38-39E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 40-41E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 42-43E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 44-45E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 46-47E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 48-49E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 50-51E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 52-53E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 54-55E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 56-57E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 58-59E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 60-61E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 62-63E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 64-65E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 66-67E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 68-69E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 70-71E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 72-73E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 74-75E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 76-77E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 78-79E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 80-81E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 82-83E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 84-85E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 86-87E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 88-89E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 90-91E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 92-93E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 94-95E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 96-97E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 98-99E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 100-101E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 102-103E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 104-105E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 106-107E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 108-109E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 110-111E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 112-113E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 114-115E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 116-117E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 118-119E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 120-121E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 122-123E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 124-125E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 126-127E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 128-129E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 130-131E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 132-133E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 134