E.D.I. n°16 mars 2012
E.D.I. n°16 mars 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de mars 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 134

  • Taille du fichier PDF : 51,5 Mo

  • Dans ce numéro : 35 milliards de téraoctets et vous, et vous, et vous...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
10 EDI n°16/Mars 2012 Évènement SALON Par Thierry Bienfait, Pierre-Antoine Merlin, Jean-Pierre Soulès et Vincent Verhaeghe IT PARTNERS 2012 UN OPTIMISME DE RIGUEUR Affluence en hausse, nouveaux produits en cascade, stands et travées bondés : la nouvelle édition d’IT Partners a tenu toutes ses promesses. Et levé les doutes insidieux sur l’inquiétude présumée des revendeurs. On craignait beaucoup pour le salon 2012 d’IT Partners. Le caractère maussade de l’économie, l’inquiétude larvée des protagonistes, mais aussi le repli défensif de certains acteurs constituaient autant de préoccupations potentielles pour le monde IT. À l’arrivée, la surprise n’en est que meilleure. L’affluence record sur les stands et dans les travées, la richesse spontanée des échanges, la qualité avérée des produits, tous ces ingrédients ont concouru, une fois de plus, à montrer l’extraordinaire résilience du secteur. « C’est un bon esprit qui s’est répandu parmi les participants », témoigne Laurent Eydieu, directeur de division chez Reed Expositions France, organisateur de la manifestation. « L’IT et les télécoms sont des marchés qui restent dynamiques. Les entreprises ne ralentissent pas, au contraire : des opportunités significatives fleurissent en termes de déploiement. » Et Laurent Eydieu d’insister sur un point crucial : « IT Partners, ce n’est pas de la communication. Ce n’est pas non plus le Cebit. C’est un rendez-vous d’affaires QUELQUES POINTS À AMÉLIORER D’abord, il serait souhaitable de donner plus de visibilité aux petites sociétés « abritées » sur le stand de leur grossiste. En effet, elles sont difficiles à repérer. Ensuite, les espaces confidentiels sont rares. Certes, sur un salon tel qu’IT Partners, le temps et l’espace sont précieux. Il n’empêche. La présence d’endroits propices à la détente ou à la discussion à taille humaine, fait pour le marché français. Il s’agit, pour les participants, de disposer d’une vision claire sur leur travail des onze mois qui restent. » Le résultat se lit dans les chifres Officiellement, IT Partners 2012 a poursuivi sa progression avec, très exactement, 6 233 visiteurs uniques. Et l’organisateur de se féliciter : « Le salon a atteint un volume de fréquentation record de 13 000 professionnels et décideurs. » serait un plus. Enfin, il est dommage que la par tie consacrée aux tablettes en entreprise ait été faiblement mise en valeur, alors qu’il s’agit bien de LA tendance majeure du moment. Les organisateurs auront tout le temps d’y réfléchir : les enjeux de la tablette à usage professionnel ne feront que croître et embellir d’ici à la prochaine édition. La plupart des participants à cette édition font écho à l’optimisme de l’organisateur, avec des points de vue complémentaires, parfois circonstanciés, mais toujours intéressants. « On s’attendait à pire, car la crise est pourtant là », analyse Jérémie Lagarde, account manager France chez HIS. « Dans les faits, il semble que cette crise ait été digérée, comme intégrée par les participants. Du coup, ils se sentent plus combatifs ou optimistes, mieux armés pour l’avenir. D’où, aussi, la satisfaction constatée chez la plupart d’entre eux. » Sa thèse est sans doute pertinente : les visiteurs et exposants ont conscience que leur situation est fragile, mais pour le moment les problèmes d’encours, de trésorerie et de budgets ne sont pas dramatiques. Même pour les très petits éditeurs ou SSII, selon Olivier Bouderand, patron du 3sci (lire p. 23).Il ressort de ce rapide tour d’horizon que les opportunités
Les marchés de l’IT et des télécoms restent dynamiques. Des opportunités significatives y fleurissent » de marché représentées à IT Partners sont immenses et entraînent les acteurs dans une spirale vertueuse qui dépasse les peurs. La téléphonie mobile, l’hébergement, les tablettes, mais aussi le cloud et la communication unifiée, tout concourt à irriguer durablement le channel. Et à chasser la morosité ambiante. Le bilan de cette édition est donc satisfaisant. Pour la diversité impressionnante des contacts, bien sûr. Mais, peut-être surtout, il est loisible de constater que ce salon agit sur ses participants comme un générateur de bonne humeur, qui contraste agréablement avec l’ambiance catastrophiste qui prévaut partout ailleurs. Ce salon est-il l’arbre qui cache la forêt ? Sans doute pas, car Laurent Eydieu se veut réaliste. « Le monde actuel regorge de problème sociaux et financiers, certes. Et l’euphorie n’est pas de mise. Mais ce marché est dynamique, appuyé sur un discours commercial clair, comme chacun peut l’observer. Sinon, on s’enferme dans un monastère, et on s’arrête de vivre. » Reste que l’impression qui se dégage de cette édition est tenace : à regarder les figures réjouies et les projets qui foisonnent sur IT Partners, on attribuerait presque ce succès au lieu même, Disneyland Paris. Oui, l’enthousiasme est bien là, et aussi ailleurs… Â Laurent Eydieu, directeur de division chez Reed Expositions France



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 1E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 2-3E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 4-5E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 6-7E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 8-9E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 10-11E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 12-13E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 14-15E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 16-17E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 18-19E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 20-21E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 22-23E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 24-25E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 26-27E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 28-29E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 30-31E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 32-33E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 34-35E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 36-37E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 38-39E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 40-41E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 42-43E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 44-45E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 46-47E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 48-49E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 50-51E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 52-53E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 54-55E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 56-57E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 58-59E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 60-61E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 62-63E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 64-65E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 66-67E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 68-69E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 70-71E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 72-73E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 74-75E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 76-77E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 78-79E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 80-81E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 82-83E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 84-85E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 86-87E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 88-89E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 90-91E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 92-93E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 94-95E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 96-97E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 98-99E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 100-101E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 102-103E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 104-105E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 106-107E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 108-109E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 110-111E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 112-113E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 114-115E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 116-117E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 118-119E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 120-121E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 122-123E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 124-125E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 126-127E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 128-129E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 130-131E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 132-133E.D.I. numéro 16 mars 2012 Page 134