E.D.I. n°15 février 2012
E.D.I. n°15 février 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de février 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 206

  • Taille du fichier PDF : 53,8 Mo

  • Dans ce numéro : Enquête au coeur des Programmes Partenaires

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Brèves Cegid recrute cinquante vendeurs L’éditeur français de progiciel de gestion Cegid annonce le recrutement pour 2012 d’une cinquantaine de commerciaux dont une partie sera dédies au réseau de partenaires revendeurs et intégrateurs de la marque. Selon Cegid « ce recrutement répond également à la dynamique de croissance qui résulte de l’important développement des solutions en mode SaaS de l’éditeur et de l’enrichissement des offres verticales (notamment Retail, SIRH, Industrie, Profession Comptable), tant en commercialisation directe qu’indirecte ». Canon parie sur l’image « La chaîne de l’image », c’est le focus mis en avant par Canon à l’occasion du salon IT Partners. Canon offre d’ailleurs des coffrets dégustation d’une valeur de 30 € ainsi que des coffrets Poker aux revendeurs qui passeront commandes sur le stand Canon ou via les grossistes présents. D’autre part, Canon rappelle le succès du programme partenaire mis en place sur le réseau Canon Partner Channel (http:Ilwww.canon.fr/partners/Canon_Partner _Programme/), des projets sur des évolutions du programme sont prévus pour 2012. Philippe Richoux, nommé Manager commercial de l’année par notre confrère Action commerciale, sera présent pour en parler. Enfin, Canon est désormais référencé Tech Data pour la commercialisation des modèles grands formats. Côté produits, l’ensemble des lignes de produits est présenté sur le stand avec un focus sur les scanners de production avec le modèle P150), la nouvelle série de copieurs IR17xx et la présence de la ligne de produits vidéoprotection. 42 EDI n°15/Février 2012 Actus business ÉVOLUTION Fujitsu fait le plein d’annonces Bien que ne disposant pas de son propre stand, étant hébergé cette année encore par son grossiste Tech Data, Fujitsu est l’un des constructeurs qui aura fait le plus grand nombre d’annonces sur IT Partners. Côté produits d’abord, outre la mise en avant des nouvelles gammes de serveurs PRIMERGY en versions racks et lames et ses nouveaux clients légers (lire les pages Actus produits dans ce même numéro de l’EDI), Fujitsu a annoncé un mode de distribution original pour ses nouvelles solutions de stockage ETERNUS 2. Il s’agit d’une sorte de build-to-order mais qui se passe non pas au niveau des usines de montage du constructeur mais chez son grossiste. « Nous nous sommes rendu compte que, pour le grossiste, il était problématique de devoir stocker des produits finis de stockage de natures différentes et qu’ils ne peuvent écouler qu’en fonction des demandes des clients », explique Didier Halbique, directeur commercial channel chez Fujitsu. Les produits de stockage ETERNUS 2 seront désormais assemblés à la demande chez Tech Data. PARTENARIAT G Data se connecte à ses revendeurs Historiquement, l’éditeur de solutions de sécurité G Data s’est toujours appuyé, en France, sur ses grossistes tels GS2i pour adresser ses revendeurs. Un modus operandi qui évoluera car l’éditeur annonce sur IT Partners 2012 un programme partenaires complet qui, à l’instar de ce qu’il mis au point en Allemagne, lui permettra d’adresser directement son réseau de revendeurs, avec, pour appuyer sa démarche, un budget et une équipe dédiés. Dans ce cadre, les partenaires pourront bénéficier de sessions de formation spécifiques et accéder à l’un des quatre niveaux de certification de l’éditeur. Didier Halbique, directeur commercial Channel chez Fujitsu. Est également proposé un outil d’incentives fondé sur l’accumulation de points de fidélité collectés par les revendeurs en fonction « Dans le cadre de notre solution ETERNUS 2, Tech Data stockera non plus les produits finis mais leurs composants et les assemblera en fonction des commandes des revendeurs et intégrateurs ». Ainsi, le revendeur peut facilement faire face à des demandes spécifiques des clients finaux en termes de types de baies, de technologie de contrôleurs ou de disques durs. Fujitsu mise aussi beaucoup sur l’année 2012 pour étoffer son réseau, avec un objectif élevé. « Sur l’Europe, notre but est de recruter 15 000 nouveaux partenaires dont 1000 en France », souligne Didier Halbique. Sachant que, pour le moment, le constructeur gère dans l’Hexagone 1 500 revendeurs actifs. Pour se donner les moyens de ses ambitions, Fujitsu lancera une campagne de recrutement téléphonique en proposant des kits de bienvenue, des outils d’aide à la vente ou encore des conditions spécifiques pour des produits de démonstration. Les partenaires actuels ne sont pas oubliés, bien sûr. Pour eux – mais aussi pour les nouveaux venus –, le fabricant japonais a mis en place deux nouvelles cellules européenne, la première située à Lisbonne chargée du marketing et qui fera notamment de la prospection et de la génération de leads et la seconde située à Barcelone qui se concentrera davantage sur la vente. Enfin Fujitsu, qui passe beaucoup par ses grossistes pour adresser ses partenaires, indique vouloir se rapprocher d’eux en mettant en place des certifications sur site et en régions. ● de leurs ventes, et convertibles en cadeaux (goodies, voyages, etc.) ou en produits G Data. Ce qui permet de dégager, au final, davantage de marge. G Data compte aussi sur ce programme pour recruter de nouveaux partenaires en France. Et pour le promouvoir, il mettra en place, au cours de l’année, un tour de France qui passera notamment par Lyon, Bordeaux, Lille et Paris. Côté produits il faudra attendre septembre 2012 pour voir l’ensemble des gammes être renouvelé. Entretemps, pour faire la transition, l’éditeur a annoncé une version home server à 100 € par an et pour 5 postes, d’Internet Security 2012. ●
Publireportage Bosch, leader de la vidéo sur IP L’EDI et Bosch Security Systems France s’associent pour vous proposer, tout au long de l’année, une grande saga sur les ambitions du constructeur dans la vidéosurveillance. Un marché porteur pour une stratégie gagnante. Premier volet. Bosch vient de fêter son 125 e anniversaire ! Longévité impressionnante pour cette organisation allemande, fondée par un véritable visionnaire du nom de Robert Bosch. L’exigence de qualité faite homme : pour lui, un défaut de fabrication, même insignifiant, était tout simplement insupportable. C’est cette philosophie qui a assuré son succès. Avec ses quatre milliards d’euros investis chaque année en recherchedéveloppement, et un chiffre d’affaires de 47,3 milliards d’euros en 2010, Bosch constitue une force de frappe industrielle. Quand on ajoute que l’entreprise dépose, en moyenne, 3 800 demandes de brevets chaque année, on mesure son implication humaine et technologique. Réalisation concrète : le freinage ABS dans l’automobile, inventé et popularisé par Bosch, qui a changé la vie de millions de conducteurs. Une culture fondée sur l’innovation et qualité Selon Denis Castanet, directeur du département Vidéosurveillance chez Bosch Security Systems France, cette culture fondée sur l’innovation et la qualité est très vivace, quels que soient les métiers du groupe. Technologies de l’automobile, technologies du bâtiment et des biens de consommation, technologies industrielles : toutes les divisions sont concernées. Notamment la sûreté électronique. Depuis les produits d’intrusion, en passant par le contrôle d’accès, la sonorisation et le congrès, le groupe innove sans cesse. Avec la vidéosurveillance, il tire parti de sa pleine réussite dans l’analogique pour s’imposer dans le numérique. Avec une obsession : la qualité de l’image. À quoi servirait d’avoir une vidéo sur IP performante, si l’image n’était pas de qualité parfaite ? « Un produit de vidéosurveillance, c’est un film d’excellence obtenu avec des contraintes techniques extraordinairement complexes », déclare Denis Castanet. « L’image doit être irréprochable de nuit, de jour, entre chien et loup, par temps de brouillard... entre autres ! Nous sommes très bien placés car la maîtrise de notre métier, jointe à la crédibilité de la marque Bosch, sont des atouts précieux. » Restituer autant les détails que les couleurs de l’image Ce que promeut Bosch est aussi simple à énoncer que difficile à réaliser : la HD sur l’IP. Tout pour la qualité de l’image ! En effet, poursuit Denis Castanet, « il ne suffit pas d’avoir une image très détaillée. Il faut encore qu’elle soit parfaite au niveau du rendu des couleurs, par exemple. En un mot, pour être utile, elle doit respecter la globalité du standard HD plus que multiplier les pixels. » Naturellement, HD sur l’ensemble de la gamme IP, caméras, dômes fixes ou mobiles. Ainsi, Bosch entend répondre aux besoins HD de tous ses clients. Un autre élément important Les produits de vidéosurveillance proposés par Bosch Security Systems France comportent des dômes fixes et mobiles innovants. Vidéoprotection et surveillance à tous les étages grâce aux solutions déployées en milieu urbain. pour le revendeur est la largeur de l’offre, qui lui donne l’assurance de travailler avec son fournisseur dans le cadre d’un projet complet. La vidéosurveillance s’articule autour de trois principaux axes, tous couverts par l’offre Bosch : la prise de vue, l’enregistrement et l’exploitation. Avec 700 références de produits, dont 300 caméras, le choix d’une solution est en effet très large. « Nous proposons des solutions d’équipement pour les foyers, pour les magasins, mais aussi pour les sites critiques extrêmement sensibles, sans oublier la vidéoprotection urbaine », indique le groupe. Interopérabilité de l’offre logicielle et matérielle Le fonctionnement du processus, lui, reste toujours le même : « La vidéo intelligente avec une image tout de suite exploitable, une remontée des alertes, le stockage sur serveur, et toute la panoplie des logiciels qui permettent d’exploiter ces images HD », précise Denis Castanet. Tout cela n’aurait pas de sens sans l’interopérabilité de l’offre Bosch, logiciels et matériels confondus, avec son environnement technique et commercial. C’est pourquoi Bosch est membre fondateur de l’ONVIF (Open network video interface forum) ou met à disposition librement son kit de développement logiciel (VideoSDK) pour intégration avec des solutions tierces. L’objectif est de s’assurer que l’ensemble du flux est parfaitement exploitable au mieux des besoins du client, sans risque de rupture de la chaîne lié à des problèmes d’incompatibilité. Autre initiative : « « Bosch Security Academy », le centre de formation agréé depuis 2008, destiné à faire évoluer les compétences des équipes techniques de nos partenaires sur les nouveaux produits et les nouvelles technologies. Bosch propose aussi une Certification « Vidéo IP Bosch » ouverte à tous les techniciens confirmés de nos clients intégrateurs ou distributeurs spécialistes. Elle permet l’obtention d’un diplôme portant sur les connaissances de la mise en service d’un système de vidéosurveillance IP Bosch BVMS et les scripts. Notre catalogue de formation est disponible sur notre site www.boschsecurity.fr De plus, nous allons renforcer notre présence en multipliant les rencontres, les réunions et les démonstrations », annonce Denis Castanet. « Le 9 février prochain, nous organiserons une session de mise en situation de nos produits. Ce sera une véritable démonstration de la valeur ajoutée de la marque Bosch. » Rendez-vous est pris. ● EDI n°15/Février 2012 - Publireportage 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 1E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 2-3E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 4-5E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 6-7E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 8-9E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 10-11E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 12-13E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 14-15E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 16-17E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 18-19E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 20-21E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 22-23E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 24-25E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 26-27E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 28-29E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 30-31E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 32-33E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 34-35E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 36-37E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 38-39E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 40-41E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 42-43E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 44-45E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 46-47E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 48-49E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 50-51E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 52-53E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 54-55E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 56-57E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 58-59E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 60-61E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 62-63E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 64-65E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 66-67E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 68-69E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 70-71E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 72-73E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 74-75E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 76-77E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 78-79E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 80-81E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 82-83E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 84-85E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 86-87E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 88-89E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 90-91E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 92-93E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 94-95E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 96-97E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 98-99E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 100-101E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 102-103E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 104-105E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 106-107E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 108-109E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 110-111E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 112-113E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 114-115E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 116-117E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 118-119E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 120-121E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 122-123E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 124-125E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 126-127E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 128-129E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 130-131E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 132-133E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 134-135E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 136-137E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 138-139E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 140-141E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 142-143E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 144-145E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 146-147E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 148-149E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 150-151E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 152-153E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 154-155E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 156-157E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 158-159E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 160-161E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 162-163E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 164-165E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 166-167E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 168-169E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 170-171E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 172-173E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 174-175E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 176-177E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 178-179E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 180-181E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 182-183E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 184-185E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 186-187E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 188-189E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 190-191E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 192-193E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 194-195E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 196-197E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 198-199E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 200-201E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 202-203E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 204-205E.D.I. numéro 15 février 2012 Page 206