E.D.I. n°13 novembre 2011
E.D.I. n°13 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 43 Mo

  • Dans ce numéro : Réseaux & Télécoms, la convergence a trouvé sa voie

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
Tendances La consumérisation IT est une tendance forte dans les entreprises. Elle ouvre de réelles opportunités pour les revendeurs dans la vente d’équipements grands publics et professionnels, dans les services et surtout dans les solutions de sécurité. Car, la grande inquiétude liée à la consumérisation reste les menaces qui pèsent sur le système d’information. C’est un constat. Les salariés utilisent, sur leur lieu de travail, de plus en plus leur propre smartphone ou PC portable, massivement les réseaux sociaux ainsi qu’une multitude d’applications personnelles. Ce mélange d’usages professionnels et personnels change la donne dans les entreprises qui se doivent de prendre cette réalité en compte. « La multiplication des plates-formes est un vrai challenge pour les DSI », constate Alexandre Brousse, directeur channel chez Dell France. Thierry Petit, le DG de Dell, a écrit dans une tribune que la consumérisation de l’informatique est inéluctable et probablement positive pour l’entreprise, même si cela peut s’avérer anxiogène car les risques en matière de sécurité des données sont bien réels. Pour le fabricant Seagate, il est évident que l’avenir de l’IT relèvera de plus en plus des tendances imposées par les consommateurs. La réussite ou l’échec de l’opération dépendra de la façon dont les sociétés et les fournisseurs arriveront à exploiter cette consumérisation. Cette pression consumériste n’est pas propre à certains secteurs d’activités, mais concerne les usages du numérique en général, de la bureautique aux télécoms. La consumérisation booste les ventes d’équipements L’impact est donc important pour la distribution informatique qui a bien constaté que la frontière entre vie personnelle et vie professionnelle est 76 EDI n°13/Novembre 2011 CONSUMÉRISATION : SONT-ILS PRÊTS ? de plus en plus floue chez leur client. Résultat : quand cette frontière s’amenuise, la valeur sur le marché des entreprises pour les revendeurs, est transférée vers les services notamment liés au cloud. La raison, les clients sont aujourd’hui plus attachés à la valeur d’usage de leur équipement qu’à la possession de celui-ci. C’est en tout cas la conclusion de la dernière étude menée par BNP Paribas Leasing Solutions et GfK sur un panel de 300 distributeurs bureautique, informatique et de télécoms en France (réalisée entre mars et mai 2011) et intitulée « Impacts de la révolution numérique sur l’équipement bureautique, informatique et télécoms des entreprises ». Et, dans ce domaine des services, les revendeurs français sont plutôt bien placés, en effet, la majorité d’entre eux ont déjà fait évoluer leurs activités de la vente pure d’équipements vers les services tout en s’adaptant aux usages, qu’ils soient personnels ou professionnels. Toutefois avec la consumérisation IT, la vente d’équipements n’est pas non plus à négliger, il faut trouver un juste équilibre. « Il est vrai que la consumérisation IT a boosté les ventes d’équipements et de services », résume Pascal Chavernac, président de Résadia. Chiffres à l’appui ! Selon GfK, entre 2009 et 2010, 78% des revendeurs ont constaté une augmentation de leur chiffre d’affaires sur les services, et 70% pour les équipements. Pour 2011, 93% d’entre eux prévoient une évolution positive ou stable de leur CA sur les services, et 89% pour les équipements. Dans les faits, les revendeurs n’ont d’ailleurs pas forcément attendu la consumérisation IT pour fournir
LES REVENDEURS des offres de services à valeur ajoutée mélangeant équipements, logiciels, services et surtout solutions de financement. Ces dernières jouent un rôle prépondérant car elles apportent aux entreprises clientes, la souplesse, l’expertise et les moyens matériels qui peuvent leur faire défaut avec des ressources propres. Prenons l’exemple des formules de coût à l’usage ou des solutions informatiques hébergées sur Internet, ces offres prennent déjà une place significative dans le chiffre d’affaires de certains revendeurs. De fortes opportunités autour de la sécurité Mais la consumérisation IT offre aussi de nouvelles opportunités, comme les systèmes d’affichages numériques (interfaces intelligentes), les solutions de gestion de données ou les nouveaux outils de paiement (par exemple à base de smartphones ou de comptes hébergés sur Internet). Mais ce sont surtout les solutions de sécurité comme l’identification et la traçabilité des produits (pour les smartphones et ordinateurs portables notamment) qui sont, en premier lieu, concernées. En effet, face à la consumérisation IT, la sécurité est la priorité des entreprises. Pour Pascal Chavernac, la consumérisation permet même aux entreprises de mieux sécuriser leurs réseaux. Selon un sondage réalisé par YouGov pour Citrix Online auprès de 700 PME d’Allemagne, de France et du Royaume-Uni, 39% des entreprises françaises craignent des fuites de données liées à un accès à distance au réseau de l’entreprise et 36% d’entre elles estiment que l’usage de terminaux personnels entrainent le téléchargement non contrôlé ➜ Les réseaux sociaux aussi sont fortement concernés Une grande part de la consumérisation aujourd’hui concerne l’usage des réseaux sociaux en entreprise. Mais, il ne suffit pas pour l’entreprise de laisser ses salariés batifoler avec leurs amis autour de discussions personnelles. En effet, l’utilisation des médias sociaux peut avoir un impact important sur l’augmentation des ventes et de leurs bénéfices s’ils sont utilisés à bon escient. La première étape, qui a été déjà franchie par certaines entreprises, est de créer leur propre réseau social centré sur leurs métiers. Mais, il faut aller plus loin et là, est peut-être le grand défi pour les revendeurs, à savoir proposer et vendre des services pour mesurer la valeur sur le business, ou comment transformer des « J’aime » sur Facebook en contrats. D’autre part, certains de nos interlocuteurs sont persuadés que nous allons assister à la montée en flèche des réseaux sociaux en tant qu’applications métier. C’est déjà le cas, les réseaux sociaux sont, en effet dans certains cas, devenus des outils indispensables adaptés au développement des relations professionnelles et à l’activité d’une entreprise. Par exemple, pour suivre les opportunités commerciales.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 1E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 132