E.D.I. n°13 novembre 2011
E.D.I. n°13 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 43 Mo

  • Dans ce numéro : Réseaux & Télécoms, la convergence a trouvé sa voie

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Trois types d’acteurs sont aux prises sur ce nouveau marché. Tout d’abord, les anciens « téléphonistes » de l’ère du TDM (Time Division Multiplexing). Avec l’arrivée de l’IP, ils ont dû s’adapter et passer des réseaux en mode circuit de la téléphonie classique à ceux en mode paquets. Une technologie fantasque qui leur est apparue bien étrange pour véhiculer la voix, puis la vidéo, et qu’ils ont dû dompter. Ensuite, on trouve les intégrateurs réseau. Eux, possèdent la culture du mode paquets qui est à la base des réseaux de données avec des applications comme la messagerie, le transfert de fichiers, l’interrogation de bases de données... Mais celle de la téléphonie leur manque, avec ses exigences bien spécifiques en matière de latence (temps de traversée du réseau), de gigue (variations de la latence), de taux de perte de paquets. Le mode circuit répondait à merveille à ces contraintes, mais les équipements étaient chers, parce que propriétaires, et l’utilisation des infrastructures n’était pas optimum. Les points forts, justement, de l’IP. Enfin, dernière catégorie d’entrants, les SSII. Impliquées dans le système d’information des entreprises, elles constatent qu’avec l’arrivée de la convergence IP, l’interaction entre le réseau et les applications de communication d’abord, puis avec les applications métier, devient plus étroite. L’un des exemples est le fameux « Click-to-Call », qui permet de lancer un appel vocal en cliquant, sur un numéro de téléphone contenu dans un document Word ou une fiche client. Du coup, elles s’intéressent de plus en plus à ce secteur, notamment sous l’angle de l’intégration des couches de communication avec les applications métier, telles que le CRM ou le PGI. Ces SSII « descendent » dans les couches du modèle OSI, tandis que 46 EDI n°13/Novembre 2011 Dossier [Réseaux & Télécoms] L’interaction entre le réseau et les applications métier devient plus étroite grâce à la convergence IP » les intégrateurs réseau cherchent à « monter » dans ces couches, jusqu’au niveau application. De ce chassé-croisé « naîtront sans doute des regroupements pour faire converger les compétences », prévoit Luc Hallion, directeur du développement chez Mitel. En fait, il faudrait ajouter une quatrième catégorie d’acteurs, et non des moindres : les opérateurs, qui deviennent intégrateurs. LE POINT DE VUE DE L’EXPERT, JEREMY GIBBONS, EXPERT CHEZ SOLUCOM On y trouve les OBS et les SFR, bien sûr, mais également des acteurs comme BT-France. S’appuyant sur la maison-mère, celui-ci joue la carte de l’international et vise les multinationales. « Nous pouvons également intervenir auprès de grosses sociétés franco-françaises, mais c’est au cas par cas », note Stéphane Picot, le responsable marketing offre communications unifiées de BT France. ● « Jusqu’à il y a dix-huit mois, les outils de communications nés de la convergence étaient souvent regardés par les entreprises comme des curiosités. Désormais, elles voient en eux des sources de gain de productivité et d’économies. Par exemple, puisqu’elles cherchent à réduire les frais de voyage, il faut communiquer davantage. En outre, les offres, sont de plus en plus mûres et fiables. La normalisation a fait de gros progrès et surtout, les fournisseurs organisent une interopérabilité de leurs produits autour des deux poids lourds que sont Microsoft et Cisco, qui constituent des îlots de compatibilité. Il ne faut pas croire que tout est réglé pour autant, car certains produits, comme Lync, ont été conçus pour le réseau local. Dans le cas d’une utilisation multi-site, via un réseau d’opérateurs MPLS, par exemple, il faut faire des paramétrages fins et les intégrateurs réseaux gardent leur place, même si la convergence déplace le centre de gravité des systèmes vers les couches applicatives. De plus, l’arrivée dans l’entreprise des jeunes générations qui utilisent constamment, à titre personnel, la messagerie instantanée couplée avec la gestion de présence, les réseaux sociaux ou la visiocommunication, pousse les directions opérationnelles et métiers à les introduire dans le milieu professionnel. Enfin, dernier facteur qui conduit l’entreprise à adopter ces nouveaux outils, le besoin de communiquer avec les clients et les fournisseurs. Par exemple, si une société en est restée à la visioconférence sur RNIS et que ses principaux interlocuteurs sont passés à la visioconférence sur IP, elle va être obligée de les suivre. Même s’il existe des passerelles entre les deux mondes, celles-ci ne permettent pas de profiter de tous les services associés à la solution sur IP. Pour la DSI, le déploiement de ces outils entraîne des coûts supplémentaires. Or, c’est au niveau de l’entreprise toute entière qu’il faut calculer le retour sur investissement - le fameux ROI. Par exemple, certains grands groupes dépensent annuellement jusqu’à 100 millions d’euros de frais de déplacement. Si la communication unifiée et les outils de collaboration permettent d’économiser 10% de ces dépenses, ils sont largement rentabilisés. La complexité de la mise Jeremy Gibbons, expert chez Solucom, cabinet de conseil en management et système d’information indépendant. en œuvre de ces solutions peut constituer une barrière pour les PME. Les offres globales en mode SaaS, notamment chez les opérateurs comme OBS ou SFR, peuvent lever ces difficultés. » Source : Scholè Marketing, 2011.
TOUJOURS AU DELÀ DE VOS ATTENTES INNOVATION SIP VOIX QUALITÉ HD COMPATIBLE IPBX, CENTREX, CLOUD Découvrez les derniers postes SIP Panasonic KX-UT et entrez dans une nouvelle dimension de la téléphonie grâce à la Qualité Haute Définition de la voix. Large bande passante garantissant un son HD, mode ECO pour une consommation de 1 watt, affichage LCD intuitif, tels sont quelques atouts de la gamme KX-UT, s’ajoutant à la qualité et la fiabilité Panasonic. FAITES VOUS ENTENDRE. POSTES SIP KX-UT PANASONIC www.panasonic.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 1E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 13 novembre 2011 Page 132