E.D.I. n°12 octobre 2011
E.D.I. n°12 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 32,5 Mo

  • Dans ce numéro : Vidéosurveillance : un marché à suivre de près

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
72 EDI n°12/Octobre 2011 Observatoire LA VIRTUALISATION A TROUVÉ Quel meilleur indicateur que le taux de virtualisation pour mesurer le rythme d’adoption du cloud dans les entreprises ? En partenariat avec Veeam, le cabinet Vanson Bourne publie désormais un baromètre trimestriel du secteur. Voici les grands enseignements de cette première édition du V-Index. On reproche souvent aux consultants de se contenter de grandes études macroéconomiques, voire de quelques coups de fil, pour faire l’état des lieux d’une technologie ou d’une tendance forte. Rien de tel avec le baromètre trimestriel que lancent conjointement le groupe Veeam, un spécialiste de la virtualisation, et le cabinet britannique Vanson Bourne, bien connu du channel pour ses études et ses rapports pan-européens. Ce tout nouvel indice, intitulé V-Index, mesure en temps réel la pénétration des techniques de virtualisation dans plusieurs pays (lire graphique ci-dessous). Bonne surprise : la France se taille la part du lion avec un taux de serveurs déjà virtualisés qui approche la moitié du parc. En outre, toujours dans l’Hexagone, les hyperviseurs « primaires » (primary hypervisors), ceux qui pilotent les opérations, sont majoritairement d’origine VMware (ESX, ESXi, vSphere), et non Microsoft comme on aurait pu le croire. Une vague de fond, donc, en faveur de virtualisation, avec à clé son lot d’enthousiasme… mais aussi de problèmes. Ce qui freine encore les entreprises D’abord, il faut remarquer « les avantages considérables que la virtualisation apporte en termes de coût, de puissance et d’efficacité. Tout cela accélère sa pénétration en entreprise, de sorte que toutes les infrastructures intégreront la virtualisation dans peu de temps », se réjouit Ratmir Timashev, P-DG de Veeam. Pour lui, l’indice V-Index doit permettre davantage de finesse dans l’analyse des données, et fournir une cartographie évolutive des obstacles rencontrés. Vaste programme pour un indice de virtualisation dont la mission est justement d’être lapidaire pour mieux frapper les esprits ! Il n’empêche. Dès la première édition de V-Index, plusieurs éléments apparaissent, qui mettent en relief des réticences sérieuses liées à cette approche. Pour 39% TAUX DE SERVEURS VIRTUALISÉS DANS PLUSIEURS PAYS Source : V-Index, juin 2011. des entreprises interrogées, ce sont d’abord les problèmes de fiabilité qui dominent. Pour 37%, c’est plutôt le besoin de renouveler le matériel avant un déploiement. Pour 32%, ce sont les problèmes de performance des applications. Pour 32% aussi, les problèmes de sauvegarde et restauration. Enfin, pour 31% des entreprises interrogés, ce sont les problèmes liés à l’administration du patrimoine virtuel qui sont les plus prégnants. Pourtant, dans le même temps, 81% des entreprises utilisant d’ores et déjà la virtualisation prévoient de continuer à investir dans ce domaine au cours des douze prochains mois ! Tout n’est donc pas figé. À long terme, « on peut aussi s’attendre à une plus grande diversification des hyperviseurs utilisés », estime pour sa part Olivier Robinne, directeur de Veeam pour la zone Sud EMEA. Donc à une diminution (en part relative) de la domination des outils issus de VMware, notamment en France où cette prédominance
SON BAROMÈTRE est particulièrement nette (lire graphique ci-contre). Autre tendance : l’accroissement de la virtualisation des serveurs accélère la structuration des données. Un chantier immense, dont l’évidence n’a pas échappé à HP. Le groupe de Leo Apotheker ne fait d’ailleurs mystère que c’est même l’une des raisons du rachat d’Autonomy. Prochain enjeu : le stockage Le défi le plus déterminant, celui qui va décider de la montée en charge de la virtualisation dans les entreprises, c’est celui du stockage. Une étude de Datacore Software complète utilement, sur ce sujet, celle de Vanson Bourne et Veeam. Elle révèle qu’une majorité des services informatiques de moyens et grands comptes négligent cette dimension « stockage » lors du déploiement d’un environnement d’exploitation virtualisé. Du coup, la mise en œuvre de leurs projets est retardée. Par ailleurs, deux tiers des sociétés ayant virtualisé les serveurs mentionnent une hausse sensible des coûts de stockage. « Des coûts de stockage imprévus, des problèmes de disponibilité et des goulots d’étranglement sont les facteurs les plus critiques qui paralysent les projets de consolidation Olivier Robinne, directeur de Veeam pour la zone Sud EMEA. HYPERVISEURS ORIGINELS UTILISÉS EN FRANCE des serveurs et de virtualisation des postes de travail », confirme George Teixeira, P-DG de Datacore Software. Source : V-Index, juin 2011. Les PME sur le gril Cette situation est particulièrement délicate pour les petites entreprises. Selon David Junca, vice president of sales and channels Americas d’Acronis, celles-ci sont actuellement à la croisée des chemins. « La première vague de virtualisation n’avait rien à voir avec la sauvegarde. Elle était surtout motivée par la réduction des coûts. Aujourd’hui, à mesure que la virtualisation se développe, on s’aperçoit que les solutions traditionnelles de sauvegarde de serveurs physiques ne conviennent pas à la sauvegarde des machines virtuelles. » Ces problèmes, auxquels s’ajoute la complexité de la gestion des données dans un environnement hybride qui combinant à la fois physique, virtuel et cloud, ralentissent sensiblement le processus. D’où ce paradoxe : d’un côté, les entreprises s’engagent dans un irrépressible mouvement de virtualisation. De l’autre, de nouvelles difficultés se font jour, qu’il s’agit de traiter au cas par cas pour éviter l’enlisement. Qui gagnera, du frein ou de l’accélérateur ? Nul doute que les prochaines éditions du V-Index fourniront de précieuses indications sur la dynamique d’une virtualisation… bien réelle. ●



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 1E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 132