E.D.I. n°12 octobre 2011
E.D.I. n°12 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 32,5 Mo

  • Dans ce numéro : Vidéosurveillance : un marché à suivre de près

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
estime Laurent Caro d’Axis Communications. Grâce au protocole IP, certaines entreprises détourneraient même les applications de contrôle à distance en outils marketing utilisés par des commerciaux auprès de leurs clients, notamment pour le comptage des chalands ou l’analyse de leurs comportements et déplacements en magasin. Un large choix pour répondre à la demande Qu’il s’agisse de caméras, fixes, dômes, PTZ, panoramiques, mégapixels, infrarouges ou thermiques, filaires ou sans-fil, d’enregistreurs vidéo numériques ou d’enregistreurs numériques réseau, de serveurs vidéo, de logiciels d’interface hommemachine ou analytiques mais aussi de routeurs, de câblage, 36 EDI n°12/Octobre 2011 Dossier Vidéosurveillance De très nombreux détaillants IT se demandent comment sauter le pas » L’INTELLIGENCE SE RÉPAND Particulièrement adaptées aux grandes infrastructures, les solutions de vidéosurveillance intelligente associent logiciels d’analyse de l’image et leur support de calcul avec les caméras et les plates-formes de gestion et de stockage de flux vidéo. Trois techniques sont utilisées. La technique de l’image de fond fonctionne bien en milieux intérieurs. Recourant à des caméras qui filment en position fixe sur un fond vide, elle distingue tous les objets qui se déplacent devant par soustraction de l’arrière plan, qui représente la scène sans perturbation. La technique dite « des points caractéristiques » s’applique au suivi d’objets. Elle repose sur des caméras qui fixent des points caractéristiques des objets dans l’image, tels que coins, aire ou modèles d’apparence, et recherche leurs correspondants d’une image à l’autre pour en déduire un mouvement. La technique voisine du flux optique permet la mise en œuvre d’une analyse globale du mouvement sur une séquence vidéo, pour suivre le déplacement de plusieurs objets. La nature de ces derniers peut par ailleurs être détectée à partir de ses attributs de forme et de ses propriétés de mouvement (humain, véhicule, animal). Banques de commutateurs, PME à risques courants de dispositifs d’affichage… Grandes surfaces les revendeurs-intégrateurs PME à risques lourds informatiques ont une belle Gestionnaires immobiliers carte à jouer pour répondre Professions libérales à la demande. D’une part, avec les solutions IP, Particuliers ce sont moins les responsables Petits commerces sécurité que les directeurs des systèmes d’information qui constituent les interlocuteurs auxquels s’adresser chez le client – des DSI que le channel informatique côtoie depuis toujours. D’autre part, de nombreux fabricants proposent aux détaillants IT qui démarrent dans cette activité des offres hardware et software globales et homogènes répondant à l’ensemble des problématiques de vidéosurveillance. « Le gros intérêt de la vidéosurveillance pour les revendeurs IT est Certaines applications biométriques vont même plus loin, comme la reconnaissance faciale, dont le principe est basé sur l’extraction de points topologiques du visage. Mais le fin du fin en matière de système analytique vidéo est la capacité d’interpréter les comportements individuels des objets d’une scène. Basé sur des méthodes de détection d’évènements prédéfinis, celle-ci consiste à comparer une séquence de caractéristiques observées et une séquence modèle représentant un comportement spécifique, en définissant un niveau de tolérance de variations légères. Segments de clientèle du marché de la vidéosurveillance en 2009 Grandes entreprises Marchés publics 3% 2% 2% Source : Atlas 2010-2011 d’En Toute Sécurité. 10% 9% 8% 7% 10% dans les transports 16% 20% 23% 0 5 10 15 20 25 non seulement qu’elle leur permet de se diversifier et d’obtenir une source de revenus complémentaires, mais aussi de renforcer, par le biais des produits vidéo, leur activité autour de l’infrastructure réseau, du stockage et des serveurs », souligne Pierre-François Verbecque, le directeur des ventes de la division vidéo sécurité chez Sony France. De fait, « même si 10% seulement des ventes de matériels de vidéoprotection sont aujourd’hui réalisées par des revendeurs IT, Outre qu’elles sont prévues pour identifier avec une précision au pixel près, la nature du mouvement détecté, même dans les pires conditions de visibilité, ces techniques présentent également l’avantage de réduire la bande passante nécessaire en ne transmettant ou n’enregistrant que les données sur les évènements pertinents. Elles permettent aussi d’améliorer l’image. Ces solutions, souvent modulaires, donnent de la souplesse à l’utilisateur par l’adjonction d’algorithmes spécifiques selon le besoin et le lieu. En revanche, chaque système de traitement d’images étant propriétaire, cela demande un gros travail d’intégration, d’installation et de paramétrage. Une caméra, quel que soit son constructeur, sort en effet un flux vidéo avec un format de compression qui lui est propre. On assisterait néanmoins à des prémices de standardisation. Ainsi, Axis a déjà publié des outils de développement pour que ses partenaires éditeurs puissent intégrer leurs outils d’analyse vidéo sur le processeur de ses caméras. S’il ne s’agit là que d’un premier pas, le marché pour des caméras de sécurité intelligentes tout-intégrées enregistrerait déjà une croissance annuelle de 50%.
ce canal de distribution grossit de jour en jour », note Yvon Dussurget, de chez Pelco. Les revendeurs doivent bien se préparer Si l’évolution des produits peut effectivement permettre de multiplier les opportunités commerciales pour les revendeurs informatiques, connaître le monde du réseau ou du stockage et maîtriser l’IP, l’Internet haut débit ou le WiFi ne suffit toutefois pas. « De très nombreux détaillants informatiques sont conscients que ce business est intéressant mais qu’il n’est peut-être pas aussi simple qu’il en a l’air et se demandent comment sauter le pas sans risquer de se casser le nez », témoigne Maryline Michel de D-Link. Pour avoir un maximum d’atouts et satisfaire les besoins des clients, les spécialistes de l’IT Dossier Vidéosurveillance qui ont à cœur de percer doivent se former aux spécificités de la prise de vue vidéo, de la lumière et de l’optique, voire à celles de la sécurisation des réseaux IP. Pour les y aider, les fournisseurs proposent régulièrement à leurs partenaires des programmes de formation technique. Chez Axis par exemple, près de 500 partenaires revendeursintégrateurs en bénéficieraient chaque année en France. Dès lors, ils sont évidemment mieux armés pour s’imposer sur ce segment, faire face à la concurrence et parvenir à maintenir de bonnes marges en multipliant les couches d’équipements supplémentaires tels que caméras, enregistreurs, périphériques de stockage, écrans et PC de supervision, logiciels d’administration… éventuellement couplés à des capteurs d’effraction ou à des contrôleurs d’accès biométriques. Sans oublier bien sûr de proposer des services de conseils, d’audit, d’intégration et de gestion généralement très rémunérateurs. ●



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 1E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 12 octobre 2011 Page 132