E.D.I. n°11 septembre 2011
E.D.I. n°11 septembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de septembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 58,5 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier Spécial Cloud

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
Observatoire RÉSEAUX SOCIAUX : LE NOUVEAU DADA Les revendeurs IT ne doivent plus ignorer le réseau social. Déjà, il sert à sa propre communication et à celle de ses entreprises clientes. Mais le réseau social va plus loin, car tous les services dans l’entreprise sont, aujourd’hui concernés par son exploitation. Il ouvre, pour les revendeurs, d’énormes opportunités de business… Le réseau social en entreprise permet d’améliorer les relations entre les salariés », lance Sébastien Blanc, directeur du business développement de YoolinkPro, une plate-forme de réseau social d’entreprise. Longtemps décrié par les entreprises pour diverses raisons, le réseau social est devenu un élément stratégique de communication pour les pros. Selon une étude réalisée en 2011 par Canon, 50% des entreprises se servent désormais des médias sociaux comme canaux de communication professionnels. Résultat : la progression des modes de communication numérique au détriment des modes traditionnels est significative. Ainsi, 22% des personnes interrogées utilisent moins leur téléphone de bureau, 15% d’entre elles ont recours à moins d’entretiens individuels et 32% espacent les déjeuners professionnels. Il est important pour les revendeurs d’anticiper cette tendance d’autant plus que, pour le cabinet Gartner, les campagnes utilisant le marketing mobile et les réseaux sociaux draineront 80% des dépenses des consommateurs à l’horizon 2015. Le cabinet estime que les utilisateurs de réseaux sociaux influenceront ainsi de plus en plus les comportements d’achat. Les internautes n’hésitent d’ailleurs plus à donner un avis sur leurs achats en ligne au travers des grands médias sociaux. Forte croissance des réseaux sociaux dans le BtoB Selon IDC, la croissance annuelle des réseaux sociaux d’entreprises sera de 38% jusqu’en 2014. Pour Regus, un fournisseur de solutions d’espaces de travail qui a réalisé une étude mondiale auprès de 17 000 directeurs 76 EDI n°11/Septembre 2011 et chefs d’entreprise, de plus en plus d’entreprises ont recours aux réseaux sociaux, blogs et forums pour développer leur activité. Rien que pour la France, 43% des entreprises sondées ont réussi à séduire de nouveaux clients via les réseaux sociaux en 2011 contre 33% en 2010. Des tendances que partage l’agence Burson-Marsteller qui a réalisé une étude sur les réseaux sociaux auprès des 100 premières entreprises BUDGET MARKETING CONSACRÉ AUX MÉDIAS SOCIAUX DANS LES ENTREPRISES Source : Regus du classement Fortune. L’agence indique ainsi qu’en 2011, 84% des entreprises sondées utilisent au moins un réseau social contre 79% en 2010. C’est d’ailleurs l’outil Twitter qui semble rencontrer le plus de succès. Ainsi, 78% des sociétés interrogées sont actives sur ce réseau contre 61% sur Facebook. Pourquoi Twitter ? Les entreprises mettent en avant son côté « instantané » et « format court ». Twitter est d’ailleurs très populaire dans les entreprises françaises puisqu’il obtient un taux d’usage parmi les plus élevés (91%). Hormis Facebook, LinkedIn ou Viadeo que l’on peut qualifier de réseaux sociaux généralistes publics, de plus en plus d’entreprises adoptent des plates-formes à usage interne comme celles de BlueKiwi, YoolinkPro, Knowledge Plaza, SocialText ou encore Jive Software (voir encadré ci-contre). « On ne répond pas au même problématique qu’un acteur comme BlueKiwi qui conçoit des réseaux sociaux privés en marque blanche pour les entreprises. Mais en tant qu’acteur généraliste, on propose aussi
DES ENTREPRISES aux entreprises des hubs corporates dans lesquels différents acteurs peuvent discuter sur divers sujets », explique Nicholas Vieuxloup, directeur des relations publiques chez Viadeo. Par manque d’études concrètes aujourd’hui, il est impossible de donner la réelle pénétration de ces réseaux sociaux privés en entreprise. Mais une chose est sûre, ils ouvrent d’énormes opportunités de business pour les revendeurs car un certain nombre d’éditeurs de ces plates-formes n’hésitent pas à les commercialiser en marque blanche via un réseau de distribution. Un budget marketing en hausse Aujourd’hui, tous les services dans les entreprises sont concernés par les demandes de réseaux sociaux, de la communication au marketing en passant par les ventes, la production ou encore les ressources humaines avec, il faut le dire, de fortes disparités. Par exemple, pour les ressources humaines, les réseaux sociaux restent Sébastien Blanc, directeur du business développement de Yoolink. encore un outil mal connu selon le baromètre de Novamétrie réalisé en 2011. Si les DRH revendiquent à 86% les réseaux sociaux comme une nouvelle forme de lien social, seule une entreprise sur 10 indique être en phase de maturité sur ce sujet. Pour Novamétrie, plus de la moitié des entreprises n’avaient rien fait en la matière en 2010. À l’opposé, la prise en compte des réseaux sociaux comme outil marketing est une évolution radicale. Selon Regus, plus de 60% des entreprises françaises consacrent actuellement une partie de leur budget marketing aux réseaux sociaux. Dans le détail, 52% d’entre elles allouent moins de 10% de leur budget marketing aux réseaux sociaux, et 12% d’entre elles plus de 10%. Bien sûr, il y a encore 36% des entreprises françaises qui n’accordent pas le moindre centime à ces plates-formes sociales. Au final, Regus pointe un chiffre important : 77% des entreprises estiment qu’une stratégie marketing ignorant les médias sociaux est vouée à l’échec. ● Positionnement des offres, une aide précieuse Le cabinet de conseil et d’analyse en technologies Useo distingue trois types d’offres de réseaux sociaux : - Les outils sur le modèle locatif (SaaS). Les outils en SaaS (BlueKiwi, SeeMy, YoolinkPro, etc.) ont une architecture plus à même d’inciter la conversation. Certes, les fonctionnalités sont moins nombreuses que dans les outils plus généralistes comme les solutions d’infrastructure, mais ils possèdent un potentiel social plus grand. - Les outils à installer dans son infrastructure. Ces outils (IBM Lotus Connections, Microsoft Sharepoint, Jalios, etc.) plus polyvalents, plus centrés sur le document que sur la conversation. Cela s’explique par une mise en scène historique très arborescente. Il est ainsi plus facile pour un outil tel que Sharepoint d’évoluer sur le plan relationnel que sur le plan conversationnel, celui-ci remettant en cause la logique générale de l’outil. - L’open source. L’offre open source (Elgg, BuddyPress ou encore Portaneo), est encore en retrait en terme de maturité fonctionnelle. Cela se ressent nettement sur le potentiel social qui reste faible. Ces solutions reposent le plus souvent sur des fonctions standard mais sont de ce fait plus simples et plus souples à utiliser.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 1E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 132