E.D.I. n°11 septembre 2011
E.D.I. n°11 septembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de septembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 58,5 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier Spécial Cloud

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
Reportage Le succès, cela tient souvent au fait d’être au bon endroit au bon moment. Ainsi, en 1981, alors qu’IBM s’apprête – sous les sourires sceptiques, voire narquois, des observateurs de l’époque – à sortir le tout premier ordinateur personnel au monde, il fait appel à deux entreprises que l’on qualifierait aujourd’hui de start-up : Microsoft pour le système d’exploitation et Intel pour le processeur central. La première propose MS-DOS et Intel livre à IBM son 8088, évolution du 8086, tout premier CPU à architecture x86. Les bases de la micro-informatique étaient jetées et aujourd’hui encore, le fantôme de MS-DOS hante les arcanes de Windows et l’architecture x86 reste présente dans les noyaux de tous les processeurs pour PC. L’actualité récente nous rappelle à quel point Intel a pu tirer un immense bénéfice du choix d’IBM. En 1981, le fondeur était Stéphane Nègre, directeur général d’Intel France. 68 EDI n°11/Septembre 2011 INTEL, MOTEUR DE L’IT Prescripteur technologique de l’IT, Intel est l’un des rares grands acteurs du marché à être parvenu à établir, conserver et même développer son leadership au fil des décennies. Avec comme principale clé de ce succès, un renouvellement très maîtrisé de ses gammes et des investissements constants dans de nouveaux secteurs. en concurrence avec Motorola et son 68000. Trente ans plus tard, Intel est florissant et Motorola vient de se faire racheter par Google. Depuis 1981, Intel a été en quelque sorte le gouvernail de l’IT. Même si le rôle du CPU a évolué au fil du temps, s’effaçant dans certains domaines au profit d’autres composants tels le circuit graphique, il reste le cerveau et le moteur de tout PC. De nos jours, il n’est d’ailleurs pas rare qu’un ordinateur soit dénommé selon le nom de son CPU, et qui dit CPU dit Intel. En trois décennies, le fondeur a en outre eu l’opportunité d’être très libre du choix de ses évolutions de produits, par la simple absence de réelle Le siège d’Intel se situe au cœur de la Silicon Valley, à Santa Clara, en Californie. concurrence. Qui se souvient encore de fondeurs tels que Cyrix ou Transmeta qui, pendant les années 90, avaient tenté d’imposer leurs propres technologies de CPU ? Désormais, seul le texan AMD parvient encore à exister face au géant de Santa Clara au prix de gros sacrifices (abandon de ses usines de production, entre autres) et en n’obtenant que des parts de marché limitées. Record sur record À l’opposé, dans un secteur de l’IT où le simple fait d’afficher des résultats stables relève de l’exploit, Intel accumule les trimestres record, faisant fi du marasme ambiant. Ce que Stéphane Nègre, DG
DEPUIS 30 ANS d’Intel France explique par « les signes de croissance positifs qu’affiche le marché des PC et portables en 2011, notamment grâce à l’adoption rapide de nouvelles technologies telles que Sandy Bridge, mais aussi le développement de l’IT dans les pays émergents où commence même à se développer du multi-équipement ». Et il suffit de consulter les chiffres d’Intel pour le vérifier. Au second trimestre 2011, le fondeur affichait au niveau mondial 13 milliards de dollars de chiffre d’affaires (+22% par rapport à 2010) pour un bénéfice d’exploitation d’environ 4 milliards de dollars. La politique d’Intel est de ne pas dévoiler de chiffres pour ses filiales. Pourtant, Les dates clés d’Intel 1965 Gordon Moore édicte sa fameuse Loi de Moore 1968 Bob Noyce et Gordon Moore quittent Fairchild Semiconductor et fondent Intel 1971 Intel lance son premier microprocesseur, le 4004 et en fait la publicité le 15 novembre dans le magazine Electronic News. Cette même année, l’entreprise entre en Bourse en levant pas moins de 6,8 millions de dollars. 1973 Ouverture de la première usine exploitant les disques de silicium à Livermore, Californie. 1974 Lancement du 8080, considéré comme le premier véritable microprocesseur polyvalent. Il est formé de 4 500 transistors et est déjà 10 fois plus puissant que ses prédécesseurs. 1978 Lancement du 8086, le premier processeur 16 bits dont le noyau est encore utilisé dans les processeurs actuels dits x86. 1981 IBM choisit l’Intel 8088 pour animer son Personal Computer. 1983 Le chiffre d’affaires d’Intel dépasse pour la première fois 1 milliard de dollars. 1985 Lancement du 80386, premier processeur 32 bits, qui intègre 275 000 transistors et est le premier à pouvoir gérer le multitâche. 1988 Intel entre sur le marché de la mémoire flash et lance cette même année sa propre fondation. 1991 Premier apparition du logo « Intel Inside » qui sera, sur la durée, sans doute la plus grande campagne marketing qu’aura connu le monde de l’IT. 1993 Apparition du Pentium, Intel est présent dans 85% de tous les micro-ordinateurs. 1998 Lancement du premier processeur pour les PC d’entrée de gamme, le Celeron et arrivée, dans le même temps, du Pentium II Xeon pour les serveurs. 2000 Le Pentium 4 avec ses 42 millions de transistors dépasse la barrière du gigahertz. 2003 Sortie de la plate-forme Centrino à destination des portables 2005 Révolution : Apple décide d’intégrer des CPU Intel à ses ordinateurs. 2007 L’architecture quad-cœur devient grand public 2010 Intel se diversifie en rachetant des sociétés telles que McAfee ou Infineon. Parmi les secteurs vers lesquels Intel cherche à se diversifier, le SSD tient une place de choix. selon Stéphane Nègre, les résultats sont – toutes proportions gardées – comparables sur le marché français, surtout grâce au dynamisme du marché professionnel alors qu’au contraire, le marché grand public a plutôt tendance à se tasser. « On constate aussi de forts investissements sur les infrastructures et sur les parcs des grands comptes avec une accélération rapide de la montée en charge des équipements en raison notamment du développement du cloud », renchérit le directeur d’Intel France. Car pour Intel, l’essor du cloud est une aubaine. Le déploiement exponentiel des data centers indispensables pour faire face aux besoins des utilisateurs implique la présence d’un nombre toujours plus élevé de serveurs. « Le calcul est simple : il faut 1 serveur pour 100 tablettes et 1 serveur pour 300 smartphones », précise Stéphane Nègre, « et entre le 1 er et le 2nd trimestre 2011, le marché du serveur a grimpé de 50% ». Et dans la plupart des cas, ces serveurs sont animés par des processeurs Intel, des gammes Xeon entre autres. Or, pour Intel et ses partenaires, vendre du serveur est bien plus lucratif en termes de marges que de livrer des processeurs pour desktops ou notebooks qui sont avant tout des marchés de volume. C’est la raison pour laquelle Intel s’implique de plus en plus dans le cloud avec, par exemple, les Cloud Builders, ensemble de cahiers des charges qui préconisent Reportage pour chaque type d’application cloud les équipements matériels et logiciels recommandés, à base de produits Intel bien sûr. Un travail de lobbying intensif qui sera forcément payant sur la durée et qui positionnera le fondeur comme un acteur incontournable du cloud. Nouveaux marchés Pour autant Intel n’abandonne pas le marché du poste de travail, bien au contraire. Il cherche même à développer de nouveaux concepts, en particulier dans le monde de la mobilité. Ainsi, a été annoncée récemment la plate-forme dite ultrabook. Prévue pour une sortie en fin d’année, l’ultrabook est un portable très fin (2 centimètres d’épaisseur ou moins) dans la lignée du MacBook Air d’Apple. Il ne s’agit pas d’un énième netbook car Intel indique clairement que l’ultrabook offrira des fonctions et des performances dignes d’un véritable portable grâce à un CPU dédié, pour l’heure connu sous le nom d’Ivy Bridge, et à l’intégration d’interfaces rapides telles le Thunderbolt ou l’USB 3.0. Très ambitieux, Intel estime que fin 2012, l’ultrabook représentera 40% du marché du portable grand public. Ce serait une belle compensation car malgré sa position dominante sur le PC et le portable, Intel n’a pas encore réussi à imposer sa griffe EDI n°11/Septembre 2011 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 1E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 132