E.D.I. n°11 septembre 2011
E.D.I. n°11 septembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de septembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 58,5 Mo

  • Dans ce numéro : Dossier Spécial Cloud

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Green IT Terme à la mode pour désigner la convergence de l’informatique et des préoccupations écologiques. Deux exemples illustrent ce phénomène. D’une part, le recours au cloud optimise la consommation d’énergie électrique et réduit le dégagement de chaleur. D’autre part, les matériaux utilisés pour la construction de data centers sont de plus en plus respectueux de l’environnement. Sans parler du recyclage des composants, qui tend à se banaliser. Grid Encore un terme à la mode, qui est volontiers confondu avec le cloud. Non sans raison, d’ailleurs : le cloud est bien une grille virtuelle qui autorise un fonctionnement en réseau. Dans le détail, ces deux concepts divergent légèrement. Car si le cloud fait jouer les notions d’élasticité et de disponibilité, le grid insiste d’abord sur la mobilisation de ressources pour un projet donné, et sur une période planifiée. Exemple français : le projet Grid 5000 associe l’Inria, le CNRS et le monde universitaire autour d’un projet commun, d’une grille informatique. En l’occurrence, il s’agit d’effectuer des calculs parallèles sur de très gros volumes de données. IaaS « Infrastructure as a Service », comme l’indique le développé du sigle, est une déclinaison du nuage. Avec cette approche, les serveurs, les baies de stockage et autres équipements réseaux sont loués à l’utilisateur. Il est entendu que les différents niveaux de services sont ajustés en permanence, et, bien sûr, en fonction des souhaits de chacun. Mashup Un mashup est une application qui combine du contenu en provenance de plusieurs applications hétérogènes. Exemple de cet agrégat d’informations : la présentation physique de Google Maps, où l’on retrouve des indications géographiques de toutes sortes, destinées à attirer l’œil, exactement comme des panneaux situés aux ronds-points des entrées de villes. Dossier cloud [Glossaire] 42 EDI n°11/Septembre 2011 Ces données moulinent des éléments provenant de sources multiples, mais cette complexité est opportunément cachée derrière une interface graphique à la fois simple et ludique. Mutualisation Concept consubstantiel à celui de nuage informatique. Permet de développer des applications partagées sans posséder, ni louer chez un hébergeur, ses propres machines. D’où d’énormes économies potentielles pour les utilisateurs concernés. NIST Le National Institute of Standards and Technology est, en quelque sorte, la Constitution destinée à régir la vie du cloud. Ce document de référence à vocation internationale, en perpétuelle mutation, fait le point sur ce qu’est (et n’est pas) cette notion. « Le cloud computing est un modèle pour la mise à disposition simple de ressources partagées et configurables. Celles-ci peuvent être fournies et libérées rapidement, avec très peu de travail administratif ou d’interactions avec le fournisseur de services. » Une définition qui colle parfaitement aux intuitions de Kenneth Chellappa (lire ci-dessus). PaaS Acronyme de « Platformas a Service ». Le PaaS concerne essentiellement les gros logiciels (de type middleware), mais aussi les opérations de test et de développement. Aujourd’hui, on en parle peu, sans doute parce qu’il est plus complexe à mettre en œuvre que son grand concurrent le SaaS (lire ci-après). Mais demain ? Richard Stallman, « gourou » de l’open source. SaaS Acronyme de « Software as a Service ». C’est le gros morceau du cloud, et par là-même le sujet central de ce dossier. En effet, le SaaS concerne les logiciels susceptibles d’être fournis sous forme de service. Autant dire toute l’informatique ! Prêts à l’emploi, ces programmes ne nécessitent aucune maintenance : les mises à jour sont régulièrement effectuées par l’éditeur. On y trouve très couramment la gestion de la relation client, les outils collaboratifs, la businessintelligence, les ERP et toute la bureautique. C’est dire que le SaaS est aujourd’hui, et de très loin, l’application la plus populaire du cloud. Et ce n’est pas fini. Le cabinet Gartner, qui a une grande légitimité en la matière puisqu’il est le premier à voir parlé ouvertement de SaaS, prédit à sa tendance fétiche un avenir radieux, y compris et surtout à long terme. Stallmann(Richard) Inventeur d’un système d’exploitation en open source baptisé GNU. Ce « gourou » du logiciel libre est donc un féroce adversaire du cloud. Non sans humour, il juge que ce concept est « stupide, et même pire que stupide : c’est du buzz marketing ». Vrai ou faux ? Le marché a d’abord semblé lui donner raison. Aujourd’hui, les choses changent et semblent infirmer ses prévisions. Tarification à l’usage Du point de vue économique, c’est la grande révolution du cloud. La tarification à l’usage incarne la mise en conformité de l’industrie informatique avec les autres activités manufacturières, par exemple l’énergie électrique. Il y a fort à parier qu’on ne reviendra pas en arrière. Virtualisation Procédé technique qui rend possible l’existence du cloud computing. Il consiste à faire fonctionner, sur un seul et même ordinateur, plusieurs systèmes d’exploitation. Exactement comme s’ils fonctionnaient sur des ordinateurs distincts. ●
De la Virtualisation au Cloud Computing : FAITES LE PAS AVEC IBM SYSTEM X ET ETC CONSOLIDATION ET VIRTUALISATION DE VOS SERVEURS PHYSIQUES AVEC IBM 4U PACK for virtualization 4 x 6 Gbit/s SAS links POINTS FORTS• Chaque élément de la configuration est doublé pour assurer la meilleure disponibilité.• Une offre évolutive qui accompagne vos besoins : mirroring des données à distance, addition de mémoire, d’espace de stockage supplémentaire, serveurs.• Réduction de la consommation électrique et de l’espace occupé en salle machine.• En option, possibilité de dupliquer vos données sur un site distant pour garantir une reprise instantanée en cas d’incident sur un des sites. BESOIN DE PLUS D'INFORMATIONS ? Serveur IBM System X bi-socket Intel Contactez notre BU Virtualization & Cloud Computing au 01.41.30.94.60 Ou Rencontrez nos spécialistes directement pendant les Rendez- Vous Gourmets de l'informatique d'ETC. avec Hyper-V CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES• Cluster de 2 serveurs IBM System x 3550 M3 (biprocesseurs Intel Xeon E5620, 48 Go RAM, connexion 6 Gbit SAS et RAID hardware à 6 Gbit/s)• Une baie de stockage de 10 disques SAS IBM DS3512 de 3 To (10 x 300 Go 15.000rpm)• Windows Server 2008 R2 Datacenter Edition• Microsoft System Center Virtual Machine Manager À partir de 22K € HT DÉPLOIEMENT ET ADMINISTRATION DE VOTRE ENVIRONNEMENT VIRTUEL AVEC Service Management Automation Provisioning Protection Configuration Monitoring CONNECTEZ-VOUS SUR WWW.ETC-DIST.FR PAGE EVÉNEMENTS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 1E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 100-101E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 102-103E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 104-105E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 106-107E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 108-109E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 110-111E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 112-113E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 114-115E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 116-117E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 118-119E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 120-121E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 122-123E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 124-125E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 126-127E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 128-129E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 130-131E.D.I. numéro 11 septembre 2011 Page 132