E.D.I. n°10 jui/aoû 2011
E.D.I. n°10 jui/aoû 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Partenaire Media Publishing

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 22,8 Mo

  • Dans ce numéro : Mobilité, un marché qui se porte bien

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Le besoin d’équipements de mobilité est en croissance constante dans les entreprises. Un appétit si grand que les managers et les cadres de grandes organisations se sont bousculés il y a un an et demi pour se doter, dès son lancement, d’une nouveauté technologique nommée iPad. À la suite du phénomène de « consumérisation » né du succès du modèle d’Apple auprès du grand public, les cartes ont été redistribuées dans l’univers de l’informatique BtoB avec l’apparition massive des tablettes tactiles aux côtés des appareils traditionnels de type notebooks. Selon Gartner, près de 50 millions de tablettes seront vendues en 2011 dans le monde, contre 390 millions de PC, dont 200 millions de portables (cf. graphique). L’institut d’études anticipe un triplement des dépenses pour ces terminaux tactiles, pour passer de 9,6 milliards en 2010 à 29,4 milliards de dollars. Dans les entreprises, la demande pour ces appareils ne ferait également que progresser. Plus d’un quart des ventes de tablettes y seront réalisées cette année, estime le cabinet d’études Deloitte. Première conséquence de cette montée en puissance de l’iPad et de ses concurrents, après avoir tiré le marché du PC en 2009 et atteint des sommets en 2010, avec 1,5 million d’unités écoulées en France selon GfK et IDC, le netbook voit son avenir s’assombrir. Concurrencé au niveau des fonctions, telles que le surf 30 EDI n°10/Été 2011 Dossier Mobilité [portables/tablettes] Estimation des ventes mondiales de terminaux en 2011 (en millions) LE MARCHÉ ANIMÉ DES TABLETTES FAIT BOUGER LA MOBILITÉ Le marché des outils de mobilité pour entreprises a pris une nouvelle dimension depuis la sortie de l’iPad d’Apple. Un nombre croissant de professionnels adopte la tablette tactile et les PC et notebooks représentent désormais moins de la moitié des ventes de terminaux informatiques. Il faut alors adapter les offres à ce phénomène. Source : Deloitte Touche Tohmatsu sur Internet ou l’échange d’e-mails, le « low cost » ne semble pas être en mesure d’éviter l’accélération du rythme de la chute de ses ventes. Autre effet du succès de l’iPad, les constructeurs ont été contraints de prendre le train en marche afin de proposer un catalogue approprié à la reprise des achats professionnels et au renouvellement des parcs IT des entreprises pour qui la fin de la crise a sonné celle du gel des investissements. Endossant seul la veste du pionnier, SteveJobs a un temps pu pavoiser, affirmant que les futures tablettes de la concurrence seraient condamnées à une « mort précoce ». Si Apple a bénéficié d’une fenêtre d’opportunités de plusieurs mois avant que de nouveaux venus ne lui emboîtent le pas, force est de constater que sa prédiction ne s’est pas encore réalisée et que l’effet d’entraînement a abouti à l’apparition d’un marché regroupant tous les fabricants, de HP à Samsung, en passant par HTC ou Motorola, et à l’ouverture de boutiques en ligne fournissant en grand nombre les applications pros (commerciales, travail collaboratif…) indispensables pour commercialiser ce genre de terminal. Les tablettes deviennent un marché de volume Avec une offre désormais diversifiée et la multiplication de campagnes marketing savamment orchestrées, de plus en plus d’entreprises franchissent le pas de l’implémentation des tablettes tactiles dans leur parc et leur infrastructure. Plusieurs raisons sont avancées : l’attractivité de leur caractère innovant et de leur look and feel, leur facilité d’usage et le nombre de leurs applications disponibles. Sans compter sur l’adaptation du produit au secteur professionnel, surtout au niveau de sa robustesse, de sa luminosité ou de son ergonomie pour une population d’utilisateurs nomades. Répondant ou non à un effet de mode, l’ensemble des constructeurs affichent désormais à leurs catalogues pros un mix produits comprenant tablettes et notebooks. Un marché en valeur aurait-il par conséquent la moindre chance de rebondir ? Rien n’est moins sûr car la diminution des prix des appareils
tactiles due à une concurrence féroce entraîne déjà une contraction en valeur. En outre, afin de se distinguer du modèle grand public Apple orienté haut de gamme par son positionnement tarifaire, certaines tablettes professionnelles concurrentes, comme celles d’Archos ou de Dell, se différencient clairement en affichant de petits prix pour mieux cibler les PME, constituant un nouveau marché de volume, synonyme de marges inférieures à 10%. Malgré tout, les commandes Dossier Mobilité [portables/tablettes] Selon Gartner, près de 50 millions de tablettes seront vendues en 2011 dans le monde » MICROSOFT TOMBE SUR UN OS Très tendances, les modèles hybrides où la tablette peut se désolidariser du clavier, à l’instar du modèle de Dell, baptisé Inspiron Duo. L’arrivée massive des tablettes tactiles professionnelles pose la question de leur intégration à l’infrastructure existante du client. Face à cette offre pléthorique, les entreprises doivent en effet choisir le système d’exploitation qui convient le mieux à leurs applications métier. Or, en matière d’OS, il y a l’embarras du choix. Selon certains analystes, la bataille qu’ils suscitent pourrait faire plus qu’écorner la suprématie mondiale de Microsoft, déjà en butte au ralentissement de ses revenus tirés des PC et des smartphones. Si la firme de Redmond n’a rien à craindre du WebOS de HP, sa domination est en revanche déjà mise à mal par l’iOS d’Apple et plus encore par l’Android Honeycombde Google. Un petit robot vert qui possède le double atout d’être ouvert et gratuit. Et comme si sa conquête de parts de marché dans les tablettes ne suffisait pas, le géant d’Internet devrait continuer à contrarier SteveBallmer avec le lancement des portables Chromebook sous Chrome OS, proposés en abonnement à partir de 21 € par mois pour les entreprises. Orienté cloud, le système est censé être rentabilisé par les revenus publicitaires qu’induira un plus grand accès au célèbre moteur de recherche. La riposte de Microsoft est attendue pour 2012 avec la sortie de Windows 8, une version qui s’adapterait aussi bien aux écrans tactiles qu’aux PC classiques, avec une interface inspirée de Windows Phone 7 et compatible avec l’architecture des processeurs ARM. Des plus qu’apprécieront les utilisateurs habitués à l’environnement L’écran d'accueil de Windows 8. Windows. pour de grandes flottes de tablettes ne sont pas encore d’actualité. Mis à part, semblet-il, pour certains marchés verticaux et usages spécifiques comme dans la santé, l’industrie automobile, la distribution ou l’enseignement, ce qui, par parenthèse, constitue une aubaine pour les VAR et ISV qui apportent de la valeur ajoutée autour d’applications métier et commercialisent des solutions complètes, voire personnalisées. « Il se pourrait que la demande explose dans tous les secteurs d’activité lorsque des tablettes professionnelles disposant de la puissance des notebooks figureront à tous les catalogues des fabricants IT. », prévient cependant Louis Jouanny, patron du cabinet de conseil en NTIC Endeavor. Le renouvellement des parcs se profile enfin ! En attendant, la tablette n’ayant pas cannibalisé la totalité du secteur de l’équipement mobile, les constructeurs ont pour leur part encore une belle carte à jouer avec les ordinateurs portables traditionnels. Selon les analystes, leurs ventes devraient grimper en volume d’environ 15% cette année sur le marché des PME et des grands comptes. Ceci s’explique, d’une part, par la nécessité de renouveler leurs parcs après en avoir différé les investissements en attendant l’après-crise et, d’autre part, du fait de la poursuite de la migration vers Windows 7 pour beaucoup d’entre elles qui s’accompagne d’une évolution de leur matériel informatique. Afin de ne pas risquer de se retrouver à la traîne sur ce marché, ils poursuivent donc la stratégie d’élargissement de leurs portefeuilles professionnels en misant, là aussi, sur la différenciation et l’innovation. Certains, comme Toshiba ou Asus, optent ainsi pour une offre positionnée sur le haut de gamme avec des produits design et constitués de composants de catégorie AAA. D’autres, comme Acer, mixent ergonomie des tablettes et clavier physique des portables, plus pratique pour des tâches bureautiques, en clipsant l’un à l’autre. Enfin, plusieurs fabricants se distinguent, comme Motion Computing ou Panasonic, avec des outils de mobilité spécifiquement conçus pour une utilisation en extérieur ou pour des environnements difficiles. Mais pour séduire les professionnels nomades, la dernière tendance serait surtout aux modèles hybrides, mi-tablettes mi-portables, pourvus d’un écran tactile multitouch pivotant, tels que les Latitude XT2 et Inspiron Duo de Dell, ou dotés d’un clavier coulissant, tels que le Sliding PC Série 7 de Samsung ou le futur Vaio Freestyle Hybrid PC de Sony. Plus globalement, au-delà des options, accessoires et services associés, la stratégie à suivre pour s’imposer auprès des entreprises doit consister à proposer des modèles embarquant des caractéristiques propres au marché professionnel, avec des processeurs puissants, des écrans mats, des disques durs résistants aux chutes, des batteries plus performantes qui n’ont rien de commun avec de simples adaptations de produits grand public. Pour les revendeurs, c’est là l’opportunité de commercialiser une offre « haut de gamme » à des prix unitaires compris entre 500 et 1000 euros – alors que le coût moyen d’un portable avoisine 550 euros – et avec une marge de 10 à 15%. Mais reste à savoir quels constructeurs appliquent un tel modèle économique. ● EDI n°10/Été 2011 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 1E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 2-3E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 4-5E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 6-7E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 8-9E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 10-11E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 12-13E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 14-15E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 16-17E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 18-19E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 20-21E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 22-23E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 24-25E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 26-27E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 28-29E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 30-31E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 32-33E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 34-35E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 36-37E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 38-39E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 40-41E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 42-43E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 44-45E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 46-47E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 48-49E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 50-51E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 52-53E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 54-55E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 56-57E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 58-59E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 60-61E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 62-63E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 64-65E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 66-67E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 68-69E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 70-71E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 72-73E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 74-75E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 76-77E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 78-79E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 80-81E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 82-83E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 84-85E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 86-87E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 88-89E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 90-91E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 92-93E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 94-95E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 96-97E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 98-99E.D.I. numéro 10 jui/aoû 2011 Page 100