Du côté de chez vous n°68 déc 15/jan-fév 2016
Du côté de chez vous n°68 déc 15/jan-fév 2016
  • Prix facial : 2 €

  • Parution : n°68 de déc 15/jan-fév 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Leroy Merlin

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : révolution collaborative...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
.../Nombreux sont les particuliers qui se tournent vers des biens modestes avec pour objectif de se lancer dans une extension. Un véritable renouvellement architectural. Les greffes provoquent très souvent d’heureux accidents. La plupart du temps, les architectes choisissent la rupture avec ce qui est déjà là, l’occasion d’offrir une nouvelle identité à l’existant. En bousculant la symétrie, en combinant différentes écritures architecturales, ces œuvres provoquent souvent des dualités d’expression très intéressantes. Quand le sol n’est pas ou peu disponible, l’extension peut également prendre la forme d’une surélévation, une solution de plus en plus répandue. Il s’agit d’ajouter un ou plusieurs étages à une construction existante. Sans toucher au terrain, on peut ainsi gagner des mètres carrés. Techniquement et juridiquement, ces opérations demeurent complexes mais pas impossibles. Pour ne pas surcharger les structures d’origine, les matériaux légers, ossature bois ou métal, sont privilégiés. Le toit est ainsi envisagé comme un nouvel espace à construire et stimule particulièrement l’imagination des architectes. L’urbanisme du XXI e siècle sera guidé par l’économie du territoire. L’intensification urbaine, seule voie alternative possible, implique de faire avec ce qui est déjà là. Loin d’être vécu comme une contrainte, cette nouvelle donne économique et écologique offre aux architectes de nouvelles opportunités pour faire vivre le patrimoine de demain. ducotedechezvous.com Retrouvez une visite vidéo vous présentant un projet d’extension. ducôtédechezvous N°68 GRAND ANGLE _Réalisée à Victoria, Australie, par le cabinet Maddison Architects, cette extension se greffe à une cabane en rondins datant de 1960. Plutôt que de prolonger la structure d’origine, les architectes ont choisi de préserver l’identité de chacune des deux parties grâce à un passage les reliant. Conçue de manière à s’intégrer dans l’environnement boisé d’un quartier résidentiel très dense, la maison dont les formes géométriques évoque un exercice de pliage, surgit discrètement de terre pour se déployer dans un jardin paysagé. JAKOB + MACFARLANE - NICOLAS BOREL/AGLAÉ BORY POUR DCCV
L’EXPERT I FRÉDÉRIC JUNG  : RESSUSCITER LE PATRIMOINE sa spécialité. Travailler sur le patrimoine à transformer implique une attitude singulière dont l’architecte livre ici les grandes lignes. _Installé à Paris, Frédéric Jung travaille actuellement sur la reconversion des magasins généraux, à Pantin. Il s’attelle également à la réhabilitation du musée de la Poste, à Paris. Il vient d’achever la remarquable extension de l’ancien hôpital de Meursault, où il a su marier avec élégance la pierre existante et le zinc qui qualifie l’intervention contemporaine. Comment saisit-on l’âme d’un bâtiment à reconvertir ? Se plonger dans l’histoire d’un lieu est une aventure extraordinaire. Je crois au plaisir de la découverte physique d’un bâtiment, au ressenti. La poésie du lieu constitue la matière première qu’il faut ensuite marier avec les rêves du futur utilisateur mais, aussi, avec nos propres rêves d’architecte. Qu’a-t-on fait ici ? Que va-t-on faire ici ? La chance de ces projets de reconversion est souvent liée à l’utilisateur et au regard bienveillant que nous posons sur ces édifices. Quelle est la spécificité de ces reconversions lourdes ? La reconversion repose sur une démarche tout à fait différente d’une construction neuve. C’est du donnantdonnant, le bâtiment vous résiste. C’est un travail de longue haleine. Les difficultés sont notamment liées au bagage normatif réglementaire de plus en plus lourd, qui reste très compliqué à respecter sans dénaturer le bâtiment. Il y a toujours des pièges dans la défense du projet, une partie qui n’est pas jamais gagnée. Faire avec ce qui est déjà là permet-il à l’architecte de s’éloigner des questions d’ego ? Absolument. On s’inscrit dans un continuum historique dans lequel nous intervenons aujourd’hui, mais où certains architectes sont déjà intervenus alors que d’autres le feront dans vingt ans ou un siècle. Ils utiliseront ce que nous leur aurons légué, et ainsi de suite. Nous ne sommes qu’une partie de l’histoire. On s’éloigne ainsi en partie des problématiques d’ego mais aussi des notions de positionnement idéologique ou d’école, parfois très fortes chez les architectes. Quels sont les principaux écueils ? Le pastiche est une problématique avec laquelle il ne faut absolument pas négocier, tout comme le « façadisme », qui consiste à garder un masque politiquement acceptable à l’extérieur en démolissant l’intérieur avec un mépris total de l’histoire. Il ne faut pas non plus tomber dans la sacralisation. Nous sommes souvent portés par un amour et un appétit formidable pour ce patrimoine. Mais une fois qu’on en a tiré l’essence, il ne faut pas hésiter à admettre que certaines qualités n’en sont plus. Un des actes de bâtir est de déconstruire des morceaux pour permettre à d’autres d’exister. Quel est votre fil conducteur ? Notre travail d’architecte est de comprendre un bâtiment au-delà de sa fascination. On doit envisager toutes les actions possibles sur ce patrimoine, y compris la démolition partielle. Il faut parfois accepter de se défaire de certaines parties pour faire vivre le tout. À partir du décryptage d’un lieu et de son analyse, il faut ensuite imaginer les potentiels, et interroger les capacités du bâtiment à porter un nouveau programme. L’objectif est de respecter la proposition historique originelle et de la marier avec une activité contemporaine, de nourrir un projet en devenir par un « déjà là » porteur, de jouer avec cette hybridation souvent très excitante et qui, architecturalement, peut donner des résultats aussi extraordinaires qu’inattendus. Propos recueillis par Maryse Quinton jungarchitectures.fr Découvrez le travail de ce diplômé de l’université de Los Angeles. 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 1Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 2-3Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 4-5Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 6-7Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 8-9Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 10-11Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 12-13Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 14-15Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 16-17Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 18-19Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 20-21Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 22-23Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 24-25Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 26-27Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 28-29Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 30-31Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 32-33Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 34-35Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 36-37Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 38-39Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 40-41Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 42-43Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 44-45Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 46-47Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 48-49Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 50-51Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 52-53Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 54-55Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 56-57Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 58-59Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 60-61Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 62-63Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 64-65Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 66-67Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 68-69Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 70-71Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 72-73Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 74-75Du côté de chez vous numéro 68 déc 15/jan-fév 2016 Page 76