Douane Magazine n°9 mai 17 à mar 2018
Douane Magazine n°9 mai 17 à mar 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de mai 17 à mar 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Douanes et Droits Indirects

  • Format : (180 x 260) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : entreprises, la douane vous simplifie la vie !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
6. Marseille. La douane et les acteurs du port de Marseille se mobilisent pour plus de compétitivité et d’attractivité.
Quelles sont les axes majeurs du plan « Dédouanez en France » ? Sandra Francerie-Deliau  : Deux axes sont essentiels pour notre direction de Marseille regroupant les plates-formes portuaire et aéroportuaire de Fos et Marignane. Le premier consiste à faciliter le dédouanement en France grâce à l’optimisation des formalités douanières à l’international, la sécurisation des flux des opérateurs (valorisation et octroi de statuts OEA), la fluidification des opérations douanières (réduction des délais d’immobilisation des marchandises, développement du traitement différencié des OEA). Le second, c’est l’accompagnement des entreprises tournées vers l’international, d’autant plus concret depuis l’entrée en application du nouveau code des douanes de l’Union (CDU) le 1er mai 2016. À travers les 40 mesures mises en place, quels étaient les objectifs de la douane ? S. Francerie-Deliau  : Avec ce plan, nous souhaitions placer les entreprises au cœur des priorités de la douane française et œuvrer davantage en faveur du développement économique. Pour cela, nous avons rassemblé au sein d’un même document, synthétique, concret et pratique, des mesures existantes et des mesures innovantes comme la création de Interview. Sandra Francerie-Deliau, chef du Pôle d’Action Économique (PAE) de la direction régionale des douanes et droits indirects de Marseille. clubs OEA. Ce plan valorise le travail réalisé par la douane, au quotidien, depuis de nombreuses années, et constitue un engagement fort envers les entreprises. Un an après l’entrée en application du CDU, quel est le bilan en matière de simplification des procédures douanières ? S. Francerie-Deliau  : Nous fêtons la première année du CDU en mai, le bilan est très positif. Sur le terrain, je constate que les entreprises et les services douaniers s’approprient sereinement l’ensemble des nouveautés liées au CDU. Nous avons jusqu’au 1er mai 2019 pour transformer les procédures existantes. Le dédouanement centralisé national, une des mesures phares du CDU, commence à être bien appréhendé par les professionnels. Il leur permet d’avoir un interlocuteur douanier unique, auprès duquel ils réalisent toutes leurs formalités pour l’ensemble de leurs marchandises, quels que soient leur lieu de passage et les modalités de dédouanement. Cette mesure vise l’efficacité, la rationalisation et l’optimisation des procédures douanières. Ces mesures permettentelles de renforcer la sécurité des marchandises et donc de favoriser la croissance du commerce international ? S. Francerie-Deliau  : Oui, sans aucun doute. Nous devons prendre en compte les impératifs logistiques et commerciaux des importateurs et exportateurs, leur besoin de fluidité, de rapidité et les concilier avec nos impératifs de contrôle et de sécurisation des flux. Sur nos platesformes logistiques, nous valorisons les opérateurs fiables (OEA), à savoir 85% d’entre eux dans le port de Marseille-Fos. C’est un gage de sécurité des intervenants et de la chaîne logistique internationale  : le synonyme d’un port fiable. 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :