Douane Magazine n°8 nov 16 à avr 2017
Douane Magazine n°8 nov 16 à avr 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de nov 16 à avr 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Douanes et Droits Indirects

  • Format : (180 x 260) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : la douane vous aide à exporter.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
4. Exportation. La douane et les acteurs des ports de l’axe Seine sont mobilisés pour faciliter vos exportations.
Comment s’organise l’activité des douanes sur l’axe Seine ? Yvan Zerbini  : L’axe Seine représente une part non négligeable de l’activité douanière en région Normandie. Les ports du Havre et de Rouen sont du ressort de la Direction Interrégionale des douanes de Normandie (DI) et celui de Gennevilliers de celle d’Île-de- France. Le périmètre de l’axe Seine évolue, après avoir atteint Bonneuilsur-Marne, il sera demain connecté à l’aire d’activité de Roissy. Le potentiel de développement du transport de marchandises sur l’axe Seine est réel et la Douane y prend toute sa part, de même qu’elle l’avait fait, auparavant, en encourageant fortement la création d’HAROPA. Comment s’organise les flux de marchandises ? Y. Z.  : Sur 100 conteneurs qui débarquent au Havre, 85 partent par la route, 8 à 10 par le fluvial Interview. Yvan Zerbini, directeur interrégional des Douanes et droits indirects de Normandie et le reste en ferroviaire. Malgré l’ancienneté de l’utilisation de la Seine comme vecteur des flux de marchandises ceux-ci demeurent limités. Cette répartition n’évoluera, lentement, que si plusieurs facteurs sont réunis  : accessibilité des bateaux fluviaux à Port 2 000, mise en fonctionnement de la plateforme multimodale au Havre, stabilisation des aides économiques des pouvoirs publics au secteur. Comment vos services agissent-ils pour remplir vos nombreuses missions tout en accélérant les flux de marchandises ? Y. Z.  : La douane participe depuis longtemps à la fluidification de la circulation des flux de marchandises tout en approfondissant ses techniques de contrôle pour mieux remplir ses missions. À cet effet la douane s’est appuyée sur deux pivots  : la dématérialisation des procédures douanières qui est toujours en cours, avec une nouvelle étape en train d’être franchie avec la dématérialisation des documents d’accompagnement et la mise en place de Guichet Unique National (GUN) ; par ailleurs la douane a encouragé le développement et la généralisation d’un système informatique commun à tous les ports français, le CCS AP+. Cet outil commun à tous les opérateurs portuaires est couplé au système douanier Delt@. Cet attelage a permis d’unifier et de simplifier la circulation d’information entre les intervenants de la chaîne logistique, notamment sur l’axe Seine. Aujourd’hui la douane est au cœur du renouvellement des CCS de nouvelle génération afin de conforter la fiabilité de la circulation des marchandises dans un cadre juridique renouvelé par la mise en œuvre du CDU depuis le printemps 2016. Quelles entreprises, quels marchés ou secteurs d’activités sont concernés par le commerce fluvial sur la Seine ? Y. Z.  : Le trafic fluvial sur la Seine demeure concentré à certains types de produits avec de gros volumes tels les céréales, les matériaux du BTP ou la chimie. Toutefois l’instabilité du niveau des aides économiques fournies au secteur pénalise l’attractivité du vecteur fluvial sur la Seine en dépit des efforts permanents de la douane pour valoriser son potentiel. 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :