Douane Magazine n°6 mar/avr/mai 2016
Douane Magazine n°6 mar/avr/mai 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de mar/avr/mai 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Douanes et Droits Indirects

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : la douane au service de la filière vitivinicole de la plantation à l'export.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Depuis plus de 20 ans maintenant, la douane est en charge de la gestion de la filière vitivinicole. À travers ses actions de nature économique, fiscale et de contrôle, la douane est la seule administration à intervenir sur l’ensemble des étapes du cycle viticole. En matière vitivinicole, les missions de la douane sont orientées vers un objectif prioritaire  : assurer la compétitivité de la filière. Les enjeux économiques de la filière sont en effet considérables, le secteur générant près de 600 000 emplois directs ou indirects, pour une production annuelle d’environ 47 millions d’hectolitres, et fournissant plus de 17% de la richesse agricole nationale. En outre, la France constituait, en 2015, le premier exportateur mondial de vins en valeur, avec un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards d’euros. 47 millions d’hectolitres de production annuelle pour la filière vitivinicole. Réalité. « Les missions de la douane sont orientées vers un seul objectif  : assurer la compétitivité de la filière vitivinicole. » Dès lors, le soutien aux opérateurs vitivinicoles constitue l’une des priorités d’action de la douane afin de garantir le développement de ce secteur. Cette action de soutien se traduit, d’une part, par des évolutions réglementaires indispensables qui s’inscrivent dans une démarche de modernisation et de simplification de l’action des services douaniers pour la gestion et l’accompagnement de la Éditorial. filière viticole. Elle consiste, d’autre part, à développer une offre de services, notamment en matière informatique, de nature à faciliter les obligations déclaratives des entreprises, source de gain de temps et de réduction des coûts. Cet accompagnement des opérateurs de la filière viticole s’intensifiera encore à compter de 2016 dans le cadre, notamment, du déploiement de nouveaux outils informatiques et de travaux réglementaires d’adaptation. Pour assurer ce soutien, la douane coopère avec de nombreux partenaires institutionnels  : les élus qui défendent ce secteur dans les territoires, les ministères partenaires (agriculture et affaires étrangères notamment) et les structures publiques d’accompagnement de la filière (France AgriMer, etc.). Alors que le marché mondial viticole se transforme profondément, avec l’arrivée de nouveaux pays, les opérateurs français du secteur doivent savoir que leurs attentes sont au cœur des priorités de la douane et que les services douaniers sont à leurs côtés pour les soutenir, y compris dans leur stratégie d’exportation et de diversification de leurs débouchés commerciaux. Je vous invite à découvrir, dans ce nouveau numéro de Douane magazine, les missions douanières au service de la filière vitivinicole. Hélène Crocquevieille Directrice générale des douanes et droits indirects. 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :