Douane Magazine n°14 jui/aoû/sep 2019
Douane Magazine n°14 jui/aoû/sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jui/aoû/sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Douanes et Droits Indirects

  • Format : (180 x 260) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : la douane et la lutte contre la contrefaçon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 LES CHIFFRES DES DEMANDES D’INTERVENTION (DI) EN 2018  : 1 442 DI VALABLES EN FRANCE 346 DEMANDES DE RENOUVELLEMENT 551 OCTROYÉES PAR LA FRANCE 205 NOUVELLES DI
Témoignage croisé. Hélène Guillemet, Sous-directrice du commerce international (COMINT), DGDDI Gil Lorenzo, Sous-directeur des affaires juridiques et lutte contre la fraude (JCF), DGDDI 2. À la une. Luc Périgne, Directeur de la direction du renseignement douanier (DRD), DNRED Au sein de la Direction générale des douanes et droits indirects, la sous-direction du commerce international (COMINT) est en charge de la politique du dédouanement, des restrictions et de la sécurisation des échanges, de la politique tarifaire et commerciale, de l’action économique au bénéfice des entreprises. La sous-direction des affaires juridiques et lutte contre la fraude suit, quant à elle, les affaires juridiques et contentieuses, la politique des contrôles et la lutte contre la fraude. Enfin, au sein de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, la DRD est une centrale de renseignement. Elle gère et anime la filière renseignement, élabore le plan national de renseignement, centralise et traite le renseignement sur la fraude. Quels sont les nouveaux enjeux en matière de contrefaçon ? Gil Lorenzo  : L’explosion du commerce électronique représente aujourd’hui un enjeu majeur dans la lutte contre les contrefaçons  : les nouvelles technologies ont facilité et accéléré l’accès aux produits licites mais également accru l’offre de produits illicites et, notamment, des contrefaçons. Les saisies réalisées dans le e-commerce représentent aujourd’hui 30% de nos interceptions et 60% de nos procédures, alors que le phénomène était quasiment résiduel il y a quelques années. La prolifération d’envois par colis postal ou fret express génère des coûts de contrôle conséquents, pour des quantités interceptées bien moindres que dans le fret conteneurisé. Quelle est la stratégie de la douane pour y répondre ? Gil Lorenzo  : Pour répondre à ces nouveaux enjeux, nous avons 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :