Douane Magazine n°13 avr/mai/jun 2019
Douane Magazine n°13 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Douanes et Droits Indirects

  • Format : (180 x 260) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : la douane au service d'une société de confiance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Entretien croisé. Jean-François Depin Chef PAE de Paris-Est Bon nombre d’entreprises parisiennes sont tournées vers l’international. Comment les accompagnez-vous ? L’export est un enjeu stratégique fort, qu’il faut savoir anticiper. Qui mieux que la douane pour optimiser les échanges internationaux ? Notre parfaite connaissance des rouages réglementaires et des procédures, fait de nous le partenaire incontournable, d’autant qu’une marchandise non dédouanée ne peut être mise sur le marché. Grâce à des entretiens personnalisés, suivis d’un audit et d’un diagnostic, nous pouvons mettre en place les outils les mieux adaptés à leurs besoins, quelles que soient leurs spécificités, en mobilisant si nécessaire d’autres services de l’État comme l’Inpi ou Business France, pour apporter la réponse la plus adéquate à leur problématique. Et tout cela gratuitement ! Le recours aux expertises de la douane doit devenir un véritable réflexe. Plus d’un an après l’entrée en vigueur du CETA, quels sont les effets constatés ? 34 Jean-Marie Lapierre Chef PAE de Paris En réduisant les droits de douane réciproques de 98% et en levant certaines contraintes, il a véritablement dopé les exportations vers le Canada. Sur Paris, elles se sont accrues de 100% entre septembre 2017, date d’entrée en vigueur, et septembre 2018. En novembre 2018, vous avez lancé le Club OEA d’Îlede-France. Qu’en attendez-vous ? Nous l’avons conçu comme un outil pédagogique et de dialogue, organisé en ateliers pratiques illustrés par des témoignages d’entreprises, qui permet aux opérateurs certifiés, d’échanger les bonnes pratiques, d’évoquer les difficultés rencontrées, de renforcer leur réseau et de faire remonter les informations du terrain pour améliorer les prestations. Le moyen d’humaniser leurs relations avec la douane et de susciter de nouvelles vocations. Nous invitons régulièrement une sélection d’entreprises pour leur faire découvrir les avantages liés au statut d’OEA, et dès avril prochain, Jean-Mencacci Chef PAE de Paris-Ouest Jean-François Depin, Jean-Marie Lapierre et Jean Mencacci sont à la tête des trois pôles d’action économique qui couvrent les besoins des entreprises franciliennes. Leur principale mission  : promouvoir une offre de services dédiée. nous donnerons à ce club une nouvelle dimension en développant des réunions thématiques très pragmatiques associant les OEA du secteur de Roissy. Les entreprises franciliennes vous semblent-elles suffisamment préparées pour faire face à l’entrée en vigueur du Brexit ? Jusqu’à Noël dernier, elles étaient très attentistes. Le premier vote du parlement britannique rejetant le projet d’accord avec l’UE, a fait l’effet d’un électrochoc. Depuis, nous avons enregistré de fortes demandes relatives à la représentation en douane. Le plus important est qu’elles évaluent leur taux d’exposition au Brexit et qu’elles prennent contact avec nos services qui les aideront à mieux appréhender les nouvelles dispositions du commerce avec la Grande-Bretagne. Les entreprises doivent identifier clairement les différents types de flux (physiques, financiers, etc.) qu’elles ont avec le pays et s’enregistrer auprès de la douane.
4. Focus régional. Témoignage. Cécile Desport, Directeur douane et transport international du groupe ETAM. Avec 1 405 points de vente dans plus de 60 pays, le groupe ETAM fait de son développement à l’international une priorité et de la douane un partenaire de confiance. Avec votre dimension internationale, l’activité douanière est stratégique. Quelles relations entretenezvous avec les services de la douane au quotidien ? Cécile DESPORT  : Depuis toujours, et au travers des différentes périodes de son évolution, le groupe ETAM, à travers ses différentes marques (Etam, Maison 123, Undiz, …), entretient des relations privilégiées avec la douane, qu’elle soit européenne, nationale, régionale ou locale. Ces relations sont basées sur un climat de confiance mutuelle, de transparence et de coopération. Si les services de la douane ont besoin d’informations de la part des opérateurs pour piloter leur activité, nous avons de notre côté clairement besoin de leurs différents services pour nous aider à appréhender une réglementation parfois complexe, en évolution constante, ne seraitce que par les changements qui affectent non seulement les textes, mais aussi les marchés, ou la nature des flux internationaux. Le pôle d’action économique est notamment un outil extrêmement important pour nous, un support à la réflexion sur toute nouvelle démarche, mais aussi un soutien majeur en cas de problématique particulière. Vous avez récemment obtenu le statut d’opérateur économique agréé. Quels avantages en retirez-vous et comment jugez-vous la création du club OEA Île-de- France ? CD  : Nous avons obtenu le statut OEA Full en 2018 pour la marque ETAM. Si ce label est un sésame à l’export, il est aussi la clef de voûte d’opérations simplifiées, notamment dans le cadre de notre Entrepôt Douanier. La création du club OEA Île-de-France est une opportunité fabuleuse de développer un réseau, d’échanger sur des problématiques communes et de trouver différents types de supports au développement international. Quels conseils donneriez-vous à une entreprise candidate à l’export ? CD  : Être candidat à l’export suppose une maîtrise du domaine douanier. Outre la constitution d’un service « douanes » correctement dimensionné et compétent, je conseillerais à toute entreprise désireuse de s’ouvrir à l’export, de commencer par se rapprocher du PAE dont elle dépend. Ses équipes seront un soutien infaillible pour l’orienter, la conseiller puis l’accompagner dans la construction d’une démarche ambitieuse dans ce domaine. « Le pôle d’action économique est pour nous un support à la réflexion sur toute nouvelle démarche. » 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :