Douane Magazine n°12 jan/fév/mar 2019
Douane Magazine n°12 jan/fév/mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de jan/fév/mar 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Douanes et Droits Indirects

  • Format : (180 x 260) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : entreprises, préparez-vous au Brexit !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
La douane conseille les start-ups à la French Tech Central de Station F. On compte près de 10 000 start-ups en France. 54% d’entre elles réalisent leur chiffre d’affaires à l’international. Un enjeu de taille pour les cellules conseil aux entreprises (CCE). Plus d’un tiers de ces start-ups sont situées à Paris et ses environs. En deux ans, les cellules conseils aux entreprises de Paris et Paris-Ouest sont passées d’un accompagnement individuel à une permanence mensuelle dans le plus grand incubateur de start-ups du monde  : la station F, fondée par Xavier Niel, créateur de Free. Il y a un peu plus d’un an, le jeudi 7 décembre 2017, le ministre de l’Action et des comptes publics Gérald Darmanin, le Secrétaire d’Etat chargé du numérique Mounir Mahjoubi, et Xavier Niel, propriétaire de la Station F, inauguraient la French Tech Central. Au sein de la station F, où elle a établi ses quartiers, la French Tech Central propose une offre de service public innovante consistant à réunir une vingtaine d’administrations (Impôts, URSSAF, DIRECCTE, Pôle Emploi, douane etc.) venant au contact des start-ups pour accompagner leur développement. Les directions régionales des douanes et droits indirects de Paris Ouest et Paris participent à ce projet, en mettant à disposition leur cellule conseil aux entreprises, deux demi-journées par mois. Depuis le lancement de la French Tech Central, plus de 100 startups ont été rencontrées. Au cours des permanences qui leur sont proposées, ils présentent aux start-ups une offre douanière adaptée à leur besoin en insistant sur les normes et la valeur en douane pour l’importation, sur les ventes à distance et l’origine pour l’exportation, ou sur l’admission temporaire lorsque ces entreprises participent à des salons à l’étranger. En parallèle, la douane anime une Masterclass, tous les trimestres, 3. Grand angle. présentation au cours de laquelle ses représentants détaillent les offres et dispositifs d’accompagnement ainsi que les bases des obligations douanières pour aider les start-ups à fluidifier leurs échanges, baisser leurs coûts à l’importation et augmenter leur compétitivité à l’international. Quand elles débutent, ces jeunes pousses présentent des risques douaniers plus importants que n’importe quelle autre forme d’entreprise. « Les entrepreneurs manquent de temps pour se familiariser avec les formalités douanières. Ils ne se rendent pas compte qu’en franchissant la frontière leur marchandise peut-être bloquée par la douane. C’est toute la start-up qui risque de tomber à cause de ces pertes financières » constate la CCE de Paris Ouest. D’où l’intérêt d’une présence douanière dans le coeur du plus grand incubateur de start-ups du monde et l’importance de proposer à ces sociétés un accompagnement au plus près de leurs besoins. n 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :