Direct Soir n°99 30 jan 2007
Direct Soir n°99 30 jan 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de 30 jan 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Sarkozy chez Blair, tea for two

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Directsoir t Mardi 30 janvier 2007 14 CULTURE B. KLEIN/ABACA MUSIQUE/L’eldorado féminin L’année 2006 a été marquée par la sortie de disques d’artistes féminines aux univers très personnels. Un nouveau souffle qui séduit le public. Féminine, la création discographique de 2006 ? En musique, très certainement. Si l’année est déjà classée sinistrée par l’industrie du disque avec – 10,7% de ventes, les classements officiels attestent de la performance d’artistes qui ont épaté à la fois critique et public. En commençant par Diam’s. Dans ma bulle (EMI), son deuxième album, est la meilleure vente de l’année. Du côté des indépendants, la délurée Anaïs réussit la même performance avec The Cheap Show (V2). A elles deux, elles représentent le dynamisme nouveau d’une génération qui prend de plus en plus son destin en main, dévoilant des personnalités artistiques singulières et affirmées. Et qui ont, le plus CD/Norah Jones : la maturité u Norah Jones, pianiste, auteur, compositeur et interprète, revient avec son nouvel et troisième album. Plus personnel, puisque la chanteuse en a écrit onze des treize titres, celui-ci est celui de la maturité. La fille de Ravi Shankar s’est entourée de ses proches : Lee Alexander, son partenaire d’écriture, les guitaristes Jesse Harris, Adam Levy, le batteur Andy Borger, pour composer un album où piano, guitare électrique et guitare acoustique offrent un univers musical émouvant, mélancolique et subtil. Après le succès international de Come Away With Me, son premier album vendu à 20 millions d’exemplaires, puis de Feels Like Home, Norah Jones s’impose comme une artiste originale, à la voix envoûtante. Ses fans attendaient la sortie du petit dernier, c’est fait. Not Too Late (Blue Note/EMI). Dans les bacs. TOPDESTOPS Meilleures ventes de livres (hors BD et livres de poche) Jean-Christophe Rufin, médecin, politologue, romancier (Prix Goncourt 2001 pour Rouge Brésil) rappelle dans son nouveau roman Le parfum d’Adam que si elle ne prend pas la dimension humaine en compte, l’écologie peut déraper et devenir une idéologie meurtrière. 1 2 3 4 5 souvent, une démarche entière : elles ne se contentent pas de chanter, elles écrivent, et avec talent. Le cas d’Olivia Ruiz est révélateur du goût du public pour cette nouvelle génération. Sorti à la rentrée 2005, son second album La femme chocolat a mis un an pour devenir l’une des plus belles réussites commerciales de l’année. On soulignera aussi la force d’Emilie Simon, qui construit, avec force samples électroniques, et nappes mélodiques exquises avec Fleur de Saison (Barclay). L’année 2007 suit la même pente. Ces prochaines semaines, les Plasticines, âgées de 17 ans, viendront réveiller le rock à la française, alors que Babeth, du groupe Dionysos, proposera son premier album solo. Le parfum d’Adam (+1) Jean-Christophe Rufin/Flammarion Un pouvoir nommé désir (-1) Catherine Nay/Grasset La construction de soi (+1) Alexandre Jollien/Seuil Hannibal Lecter (-1) Thomas Harris/Albin Michel Les bienveillantes (=) Jonathan Littell/Gallimard LÉGENDE DE CE TOP HEBDO : (+1) : progression d’une place (=) : position inchangée (-1) : perte d’une place Source : Virgin OLIVIA DE BUHREN,EMMANUELLE DE PEYRON,CAROLINE HALAZY,OLIVIA ITHURBIDE,AMÉLIE FOUCAULT,THÉO PHAN,CAMILLE VIDAL La chanteuse Anaïs. D.R. D.R. EN DIRECT DU GRAND REX Maceo Parker Maceo Parker, l’une des figures incontestables du groove, sera ce soir au Grand Rex pour un concert unique à 20h. Ce saxophoniste s’est illustré dans les années 60 aux côtés de James Brown, avant d’entamer une carrière solo. Sa musique, qui oscille du funk au jazz, lui confère un style qui a conquis des millions de fans à travers le monde. C’est en live que Maceo montre tout son génie. Le Grand Rex. 1, bd Poissonnière, Paris 2e. Théâtre/L’amour dans tous ses états u L’amour vaut-il la peine d’être vécu ? C’est autour de ce thème qu’un psychanalyste et ses patients dissertent, dans Hannah et Lise. Tantôt légère, tantôt grave, cette pièce douce-amère, jouée jusqu’au 27 février à l’Espace Rachi, revient avec brio sur l’amour amoureux, l’amour parental, l’amour filial, l’amour impossible et leur lot de frustrations. Et s’il fallait pardonner, haïr ou encore partir pour aimer… Au final, chacun fait sa psychanalyse. Le spectateur ne peut que se délecter des jeux de mots, des pirouettes littéraires et des drôleries verbales de cette pièce aux détours philosophiques, née de l’imaginaire de Jean-Yves Naccache. C’est finalement une leçon de vie amoureuse qu’interprètent les acteurs : Michaël Denard, Régine Blaess, Laurence Guillermaz, Michel Robbe et Didier Terron. Hannah et Lise, jusqu’au 27 février. Espace Rachi, 39 rue Broca, Paris 5e. Tél. : 01 42 17 10 38 D. SILPA/UPI/GAMMA
Y ALLER Y ALLER Y ALLER/Y ALLER/Y ALLER/Y ALLER/Y ALLER J.-M. AYRAL/GAMMA www.directsoir.net DR RESTAURANT ✱ L’HÔTEL AMOUR Pour certains, c’est « the place to be », l’endroit où il faut être vu, et où l’on peut aussi rencontrer des people – les plus fidèles étant Marie Modiano, Emma de Caunes, ou encore le célèbre graffeur André – bref le lieu phare du moment. Pour d’autres, c’est trop, sans cachet, et impersonnel. Grâce à ou malgré son côté bobo, cet endroit est plaisant, non pas, il faut l’avouer, pour le contenu de ses assiettes ou la qualité du vin, mais parce qu’on s’y sent bien, parce que le décor est de qualité – les tables et chaises sont signées Charlotte Perriand et Jean Prouvé et certaines des chambres sont décorées par l’artiste Sophie Calle, parce que la courterrasse (même l’hiver) est superbe, parce que la musique est également bien choisie selon les ambiances. Cet endroit a une âme, affiche une vraie identité, et on aimerait voir ça plus souvent. L’Hôtel Amour ✱ ORANGERIE 1934, LES PEINTRES DE LA RÉALITÉ La réouverture du musée de l’Orangerie a été l’occasion pour Pierre Georgel, le directeur du musée et conservateur général du patrimoine, de donner un vrai ton à ce lieu qui était, avant 1939, celui lieu des grandes expositions parisiennes. Pour cela, il reprend une exposition de 1934, Les peintres de la réalité, lien entre le passé et le futur du musée. On y redécouvre de grands noms de l’art comme La Tour, Maurice Denis, Picasso ou encore Magritte, et l’on constate comment, à travers les siècles, les artistes se répondent et s’approprient les codes propres aux uns et aux autres. Jusqu’au 5 mars Musée de l’Orangerie Jardin des Tuileries Paris 1 er ✱ « UN PAS VERS LES ÉTOILES » Plusieurs fois récompensé pour son travail de photojournalisme, Gérard Uféras prend aujourd’hui son envol. Jusqu’au 28 février, il présente dans les foyers du Palais Garnier Un pas vers 8, rue Navarin, Paris 9 e EXPOSITION Michel Robbe est à l’affiche de la pièce d’Hannah et Lise à l’Espace Rachi (Paris 5 e). ✜ SON LIEU La campagne française, puisque j’y habite. J’apprécie le calme et l’atmosphère détendue qu’elle procure. RMN JAMEL COMEDY CLUB La nouvelle génération du stand-up se produit au Casino de Paris. Prêts à assurer la relève, ils ont quelques minutes pour vous convaincre. De vraies performances basées sur l’improvisation. Jusqu’au 23 février. Du mardi au samedi à 20h30 et dimanche à 16h30. 16, rue de Clichy, Paris 9e. les étoiles, une exposition tout en souplesse et en légèreté. Passionné par la danse et l’opéra, il a suivi pendant plus d’un an une des meilleures compagnies au monde : le Ballet de l’Opéra national de Paris. En côtoyant les danseurs au quotidien, il a suspendu le temps sur leurs pas éphémères, fixés les pieds crispés dans l’effort, arrêté des corps en extension ou surpris quelques silhouettes aériennes. Les clichés réalisés en argentique et traités en numérique constituent un choix esthétique ambitieux. VIES NOCTURNES de Michel Robbe ✜ SON BAR Je n’ai pas de bar de prédilection. En revanche, j’affectionne les bars des grands hôtels pour leur déco. ✜ SON RESTO Le Grand Colbert, 4 rue Vivienne, Paris (2 e), ou les brasseries parisiennes pour leur ambiance. ✜ SA SALLE Le Théâtre des Variétés. ✜ SON DVD Les producteurs de Mel Brooks (Sony) et les films de Buster Keaton. ✜ SON BOUQUIN J’aime lire les pièces de théâtre. Je lis également plusieurs hebdomadaires par semaine et j’apprécie les beaux livres sur l’architecture. ✜ SON SITE Les sites où je peux voir de belles maisons, j’adore l’architecture. ✜ SA MUSIQUE Toutes les musiques. ENVOYER VOS BONS PLANS+ à lejournal@directsoir.net DR SORTIR Ils traduisent sans conteste une vision personnelle, profondément affective, et transcendent les danseurs en étoiles insaisissables. Gérard Uféras réussit ce que certains ont manqué : surprendre la réalité sans la trahir, tout en laissant sa place au rêve. Foyer du Palais Garnier De 10h à 17h. Jusqu’au 28 février Place de l’Opéra Paris 9 e BAR ✱ LE BRÉBANT Sur les trottoirs des Grands Boulevards souvent gorgés de touristes, le Brébant se présente à nous comme une invitation. Sa grande terrasse couverte et agréablement chauffée accueille aussi bien la journée que le soir, quelle que soit la dégustation. Pour les adeptes de l’apéritif, happy hour à partir de 19h. Jusqu’à 21h, la pinte de bière et les cocktails sont à moitié prix, soit 5 € environ, avec en prime, une carte riche et variée. Service efficace, esprit chaleureux : on passe un bon moment. 32, bd Poissonnière, Paris 9 e DR DR Directsoir t Mardi 30 janvier 2007 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :