Direct Soir n°95 24 jan 2007
Direct Soir n°95 24 jan 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°95 de 24 jan 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Les Enfoirés : les voix du coeur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mercredi 24 janvier 2007 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW JACK LANG Conseiller très spécial L’ancien rival de Ségolène Royal à la candidature socialiste est devenu l’un de ses plus proches conseillers. L’éléphant du PS, ancien ministre de François Mitterrand et de Lionel Jospin, explique son rôle auprès de la candidate. Qu’est-ce qu’un « conseiller spécial » ? C’est un conseiller « spécialement » amical. Entre Ségolène et moi, c’est une relation de confiance, de complicité ancienne, une relation de travail. Nous ne sommes pas des clones, mais nous avons travaillé sur tellement de sujets depuis longtemps : l’école, la République… Auriez-vous eu les hésitations qu’elle a pu avoir au Proche-Orient, ou des écarts de langage en Chine ? Je suis souvent séduit par sa créativité. Le mot « bravitude » a désormais un destin et un avenir. Quand Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor ont inventé le mot négritude, cela ne sonnait pas forcément très bien. Ne nous plaignons pas que les politiques parlent la langue de bois. Là, elle parle la langue de la poésie. Peut-on exister en politique sans communiquer ? Je ne crois pas beaucoup à la communication. La seule façon de franchir le mur des médias, Le mot « bravitude » a désormais un destin et un avenir Repères N. TAVERNIER/REA c’est d’être soi-même, c’est l’authenticité, la singularité et l’action. L’action est une communication, un message. Je suis en désaccord total avec Sarkozy, mais je reconnais son talent. Il a réussi à faire passer quelques messages forts. Il n’a pas besoin de communicant auprès de lui. Le 11 février, Ségolène Royal fera ses propositions en fonction des débats participatifs. Comment cela va-t-il se passer ? D’abord, il y a le socle : le projet des socialistes. Il a été adopté par 98% des militants et Ségolène Royal était l’une des personnalités associées à sa rédaction. Ensuite, ces débats apporteront des enrichissements au projet. Puis, elle définira de manière beaucoup plus forte encore ses engagements. Je peux déjà vous dire qu’il faudra changer la République, organiser la révolution du savoir (éducation, culture, recherche scientifique), permettre à l’égalité de mieux se réaliser, dans la santé, le logement. Nous aurons également besoin d’une nouvelle politique internationale. Que pensez-vous du seuil des 4 000 € mensuels évoqués par François Hollande ? François Hollande a commis la modeste maladresse d’évoquer un chiffre, mais ce qu’il voulait dire est essentiel. Nous remettrons en cause J.L.LUYSSEN/GAMMA les exonérations scandaleuses qui ont été accordées à 3% de contribuables. Pourquoi ne pas accorder des avantages fiscaux aux entrepreneurs qui construisent des logements sociaux ? Voilà des choix fiscaux. Comment financer le projet du PS ? L’Etat a été désargenté par une politique économique dont Nicolas Sarkozy, qui a été J.L.LUYSSEN/GAMMA ministre de l’Economie et des Finances, est l’un des responsables. Ségolène Royal veut construire une nouvelle démocratie dans laquelle le pouvoir n’est pas accaparé par une personne mais par un vrai Parlement. Nous changerons la Constitution pour donner aux citoyens le droit de saisir le Parlement. Estimez-vous que Nicolas Sarkozy doive démissionner ? L’usage qui est fait par Nicolas Sarkozy des moyens de l’Etat est intolérable.A qui fera-t-on croire qu’il fait cette sortie sur la recherche scientifique en tant que ministre de l’Intérieur ? Il y va en tant que candidat. Cette confusion permanente des fonctions et des pouvoirs est un problème pour le futur. Comme son maître Chirac, et peut-être avec un talent supérieur, il aime tout concentrer entre ses mains. Il est le fils spirituel de Jacques Chirac : toujours promettre, ne jamais tenir. Ex-présidentiable Ségoléniste Critique « Ce n’était pas un caprice. Je pensais apporter à cette élection l’expérience de douze ans de gestion de l’Etat. Mais Ségolène Royal avait pris la tête de la course. Il était préférable qu’elle soit élue au premier tour plutôt que de se diviser et de se faire plaisir en étant candidat jusqu’au bout. » PROPOS RECUEILLIS PAR BORIS EHRGOTT ET CAROLINE ITHURBIDE AVEC XAVIER PLASSON PARCOURS 2001 : battu aux municipales par Nicolas Perruchot (UDF), il quitte la mairie de Blois (Loir-et-Cher). 2002 : député du Pas-de-Calais (Boulognesur-Mer). 2005 : défend le « oui » durant la campagne pour le référendum sur le traité pour la Constitution européenne. 2006 : chargé du projet socialiste pour 2007 avec Martine Aubry et Dominique Strauss- Kahn. 2 octobre 2006, se retire de la course à la présidentielle au profit de Ségolène Royal. « Elle a une « autre » expérience. Je n’ai pas été mère de famille, je n’ai pas élevé quatre enfants comme elle. Je n’ai pas connu le parcours mental qui a été le sien. Elle a une expérience qui parfois m’impressionne. » Jack Lang sur le plateau de 88 minutes (Direct8). « Comme je l’ai écrit dans La révolution fiscale (Plon), je ne suis pas favorable à une hausse des impôts. Le PS est favorable à une réorganisation du système fiscal, caractérisé par trois maux : il est illisible, inefficace économiquement et injuste pour certains citoyens, mais aussi pour les communes. » MERIA/OG/DIRECT8
JC. SIMON/AFP www.directsoir.net DISPARITION/La France rend hommage au plus célèbre des abbés Bouleversés par sa disparition, anonymes et personnalités se recueillent devant le cercueil de l’abbé Pierre. Hommage à l’abbé Pierre dans la chapelle du Val-de-Grâce, ce matin. h Deux jours après l’annonce de la mort de l’abbé Pierre, la France est encore sous le choc et les témoignages de sympathie affluent de toutes parts. Hier, le président de la République, Jacques Chirac, est venu se recueillir devant le cercueil du défunt dans la chapelle de l’hôpital militaire du Val-de- Grâce à Paris. Il a été suivi dans la matinée par d’autres personnalités politiques, dont le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, et le candidat UDF à l’élection présidentielle, François Bayrou. Peu après son départ, Ségolène Royal, la candidate du PS, est arrivée à son tour, tenant une rose blanche à la main. Elle est repartie en compagnie de Bernard Kouchner sans faire de déclaration. Depuis ce matin, des centaines d’anonymes se recueillent devant le cercueil de l’abbé Pierre à l’hôpital du Val-de-Grâce. La chapelle est ouverte exceptionnellement au public jusqu’à demain soir. Jeudi soir, un grand rassemblement est prévu au Palais omnisports de Bercy, à partir de 19 heures. Ses obsèques se dérouleront vendredi matin à la cathédrale Notre-Dame de Paris à 11 heures et seront retransmises en direct à la télévision. Le corps de l’abbé Pierre sera ensuite inhumé à Esteville, en Seine- Maritime, mais cette fois dans la plus stricte intimité. FRANCE E-ADMINISTRATION/Le guichet unique pour objectif h Selon une étude du cabinet OpinionWay, un Français sur deux n’est pas capable de définir le terme e-administration. Un comble lorsqu’on sait que plus de dix millions de foyers français disposent d’une connexion Internet. Le gouvernement souhaite s’attaquer à ce paradoxe. Aujourd’hui, le Premier ministre, Dominique de Villepin, doit inaugurer le nouveau portail Internet www.administration24h24.gouv.fr. L’objectif est simple. Le site doit regrouper l’ensemble des démarches administratives en ligne, jusqu’ici éparpillées en fonction des instances concernées, tels les changements d’adresse ou encore les déclarations d’impôt en ligne. A terme, l’internaute aura accès à un guichet électronique unique. Avec le lancement de ce site, la France souhaite répondre à l’ambition fixée le 5 janvier 2006 par le président de la République : permettre à tous les Français de réaliser simplement et rapidement l’ensemble des démarches administratives par Internet à l’horizon 2008. Le projet répond à une véritable attente : 97% des personnes interrogées voient en Internet un moyen efficace pour mener à bien la modernisation des services publics.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :