Direct Soir n°94 23 jan 2007
Direct Soir n°94 23 jan 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de 23 jan 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Dominique Baudis la télé du futur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mardi 23 janvier 2007 6 ACTU EN COUVERTURE BAUDIS/L’homme de la télé numérique pour tous Les six années passées par Dominique Baudis à la tête du CSA auront été marquées par les mutations profondes du Paysage audiovisuel et numérique français. LUDOVIC/REA Quel bilan tirezvous de votre présidence au sein du CSA, ses points forts ? Le point fort incontestablement c’est la TNT, la Télévision numérique terrestre, que j’ai appelée un jour la télévision numérique pour tous puisqu’elle concerne le plus grand nombre. Plus des deux tiers des téléspectateurs ne reçoivent que les chaînes gratuites car ils ne peuvent pas ou ne veulent pas payer d’abonnement à des chaînes à péage. Pour les téléspectateurs de la télévision gratuite, les plus nombreux, rien n’avait VÉRONIQUE FORGE E. DE MALGLAIVE/GAMMA Le départ de Dominique Baudis de la tête du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) après six ans d’exercice marque un tournant. Durant cette période, le Paysage audiovisuel français a connu de nombreuses mutations, parmi lesquelles l’arrivée de la Télévision numérique terrestre (TNT) dont le succès est aujourd’hui incontestable.Au-delà du bilan de cette présidence, il y a l’homme public. Revenir sur le parcours de Dominique Baudis, c’est parler de l’homme politique et maire de Toulouse (1983-2000), mais évoquer sa carrière journalistique. Dès 1971, il part au Liban alors que la guerre civile montre ses premiers signes. Il deviendra tour à tour grand reporter pour TF1 de 1976 à 1977, puis présentateur du journal télévisé de FR3 jusqu’en 1982, date à laquelle il est chargé d’assurer les relations avec le Sénat, une transition qui le renvoie à ses amours de jeunesse : la politique.Ancien élève de Sciences-Po, il a connu très tôt les arcanes du pouvoir grâce à son père, Pierre Baudis (maire de Toulouse de 1971 à 1983) mais aussi en tant que responsable du mouvement des Jeunes démocrates. En 1983, succédant à son père, Dominique Baudis prend la tête de la mairie de Toulouse. Il devient député européen en 1984, puis député à l’Hémicycle à partir de 1986 et ce jusqu’à sa démission en 2000, date à laquelle il est nommé à la tête du CSA par Jacques Chirac. Il quitte alors tous ses mandats électifs pour se consacrer à sa charge. La présidence de Dominique Baudis à la tête du CSA est marquée par ses actions contre le racisme, la protection du jeune public et son combat contre la pornographie, la lutte pour la diversité des origines dans la représentation à l’antenne, ainsi que le pluralisme, notamment politique. Alors que la campagne électorale officielle vient de débuter, il a rappelé récemment à l’antenne de RFI que « tout le monde devait avoir accès à l’antenne » et « que l’égalité rigoureuse devrait être respectée au moment de la clôture des candidatures le 20mars ». Face aux critiques de François Bayrou qui juge les médias responsables de la bipolarisation politique, l’autorité de régulation a un rôle unique de surveillance « qui n’a pas son équivalent dans les autres pays ». Dominique Baudis aura surtout su imprimer sa marque avec la Télévision numérique terrestre (TNT), sans aucun doute l’un de ses grands succès. D’abord décrié, il a su imposer une nouvelle offre télévisuelle qui a conquis un nouveau public.A titre indicatif, la vente de décodeurs a connu une croissance de plus de 200% en un an, un chiffre que peu d’analystes prévoyaient au moment de son lancement, en avril 2005. Autres chantiers qu’il a initiés : la Télévision haute définition, la télévision sur le téléphone portable, le Wi-Max ainsi que Onenparle Le successeur de Dominique Baudis Michel Boyon, ancien conseiller d’Etat, ancien directeur de cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et actuellement président de Réseau ferré de France, est pressenti pour succéder à Dominique Baudis. le développement des télévisions locales.Autant de projets dont son successeur aura la charge. Dominique Baudis quitte le CSA après six ans de bons et loyaux services. Il devrait rejoindre l’Institut du monde arabe, une institution tout aussi politique. « On a réussi la TNT. Aujourd’hui, tout le monde reconnaît qu’on avait raison. » changé depuis 15 ans. Aujourd’hui, ceux qui sont souvent les plus modestes ont le choix non plus entre cinq mais entre 17 programmes, et c’est ainsi qu’une chaîne comme Direct8 a pu apparaître et toucher tout de suite le plus grand nombre. Etes-vous satisfait de la qualité de ces nouvelles chaînes ? Au départ, il y a eu quelques critiques à ce sujet ? Vous savez, il y a toujours des critiques. Quand on a voulu lancer la TNT, il y a eu des critiques. On a réussi, et aujourd’hui tout le monde reconnaît qu’on avait raison. Sur le contenu des programmes des nouvelles chaînes, le CSA n’est pas un jury de télévision. On demande aux chaînes de respecter les lois, les conventions, les règles en vigueur. Après, heureusement, elles ont un espace de liberté et elles s’adressent à des publics différents, elles répondent à des attentes différentes. L’intérêt du téléspectateur, c’est justement la diversité des formats, que toutes les chaînes ne se ressemblent pas les unes les autres. On observe avec les études de Médiamétrie que quand une famille passe de la télévision gratuite avec ses cinq chaînes à la TNT avec ses 17 chaînes, les gens regardent en moyenne la télévision une demi-heure de plus, c’est-à-dire 4 h au lieu de 3h30. Pourquoi ? Parce qu’une offre de 17 chaînes leur apporte plus qu’une offre de cinq chaînes. Vous avez initié un certain nombre d’autres chantiers, notamment la télévision locale, qui est un de vos chevaux de bataille. Nous avions beaucoup de retard dans ce domaine. En France, la télévision s’est construite de manière très centralisée, un peu comme le réseau de chemin de fer. Tout partait de Paris pour aller dans toutes les régions, mais il n’y avait pas de télévision de proximité. Il y avait des décrochages, par exemple avec France 3, M6 mais pas de télévision installée dans une ville, dans une région, pour ne traiter que l’actualité locale. Toulouse est la première ville à avoir ouvert une télévision locale à la fin des années 80. Bordeaux, Lyon, Clermont-Ferrand, Marseille ont suivi. Il y en a une vingtaine aujourd’hui, c’est mieux qu’il y a dix ans mais c’est insuffisant. Avec la TNT, nous allons avoir la possibilité technique d’avoir partout en France une télévision de proximité, voire plusieurs sur la région Ile-de-France qui viendront s’ajouter aux chaînes nationales.
M. GAILLARD/REA B. TESSIER/REUTERS www.directsoir.net SÉGOLÈNE ROYAL/Nouveaux décors pour sa campagne François Hollande et Ségolène Royal. h Sous une tente transparente sertie de roses, Ségolène Royal a inauguré hier de nouveaux décors pour le début de sa campagne, au siège du parti socialiste, 10, rue de Solférino (Paris 7 e). « Aujourd’hui, c’est le coup d’envoi de l’accélération des débats participatifs », a déclaré la candidate socialiste. François Hollande, le premier secrétaire du PS, Jack Lang et Dominique Strauss-Kahn, ancien rival à la candidature, étaient présents. DSK s’est vite absenté. Laurent Fabius n’était pas là. MARIE-GEORGE BUFFET/Lancement officiel de la campagne h Premier grand rassemblement au Zénith pour la candidate communiste et lancement du site Internet pour les présidentielles (www.mariegeorge2007.org). Une campagne qui s’organise autour du thème du rassemblement de la gauche populaire et antilibérale. Marie-George Buffet dévoilera ce soir son programme avant de se rendre en Normandie pour son premier déplacement en province. Les jeux sont une source naturelle de calculs. Devenir astronome « virtuel » P.RAPSON/COSMOS ÉDUCATION/Le calcul est un jeu d’enfant h « Un relais 4x100 mètres, c’est une course de 400 mètres. » L’enseignement du calcul à l’école primaire doit être fait en relation avec les autres matières, comme le sport, mais aussi l’histoire, la géographie ou le français. « Ce n’est pas un hasard si « compter » et « conter » sont des homonymes », notent les scientifiques. Les enfants doivent se référer à des situations concrètes pour apprendre les mathématiques. C’est la première conclusion du rapport sur la place du calcul mental dans l’enseignement primaire, remis aujourd’hui par l’Académie des sciences au ministre de l’Education nationale, Gilles de Robien. Les opérations doivent devenir automatiques chez les écoliers, mais ils doivent comprendre les règles du calcul. Cet apprentissage passe par l’effort, mais aussi par le plaisir. « Les jeux sont une source naturelle de calculs », explique l’Académie des sciences. De la structure géométrique des damiers aux jeux de constructions, en passant par les jeux de dés ou les casse-tête, le jeu est non seulement une source intarissable de mathématiques, mais aussi un vecteur de socialisation des enfants. Enfin, le calcul, s’il est à la base des mathématiques, ne doit pas s’affranchir de la géométrie. La recherche cognitive a montré le lien étroit entre la représentation dans l’espace et l’arithmétique : tous deux font appel aux mêmes régions du cerveau. ESPACE/Les amateurs au service des astronomes h Découvrir une nouvelle planète n’est plus l’apanage des scientifiques. Grâce à Internet, les passionnés d’astronomie peuvent apporter leur pierre à l’édifice scientifique. Nul besoin d’un télescope dans son jardin, les images et les données sont collectées par les chercheurs et fournies aux amateurs qui peuvent les analyser. Des exoplanètes peuvent ainsi être repérées par ces bénévoles. Le projet SETI@home est un des premiers du genre. Il utilise la puissance d’ordinateurs de volontaires connectés à Internet pour créer un super-ordinateur virtuel, capable de repérer les communications radio extraterrestres. LES SITES À CONSULTER http://oklo.org http://stardustathome.ssl.berkeley.edu http://setiathome.ssl.berkeley.edu http://us-vo.org FRANCE LÉGISLATION ANTI-TABAC EN EUROPE Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a présenté ce matin la campagne d’information de lutte contre le tabac. Dès le 1 er février, le décret sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics entrera en vigueur. Tour d’horizon de la législation chez nos voisins européens. 1 Interdiction totale : l’Italie, la Norvège, la Finlande, la Suède, la République d’Irlande et Malte interdisent la cigarette dans les lieux publics, bars et restaurants compris. L’Angleterre appliquera l’interdiction en juillet prochain, alors que l’Espagne laisse le choix aux bars et restaurants de moins de 100 m². 2 Interdiction limitée : la Belgique applique depuis le début de l’année une interdiction partielle, prévoyant la création d’espaces clos réservés aux fumeurs dans les restaurants. Aux Pays-Bas, le tabac est interdit au travail, mais pas dans les zones publiques des bars et restaurants. 3 Interdiction inexistante ou inappliquée : l’Allemagne a interdit le tabac sur les lieux de travail depuis 2002, mais il n’existe pas de législation pour les lieux publics. La Grèce est le mauvais élève de l’Union européenne, car la loi limitant la cigarette dans les lieux publics n’est pas appliquée. Seuls les transports publics sont préservés. HADRIEN LECŒUR,ALEXANDRE GIRAUD,XAVIER FORNEROD,COLOMBE PRINS DR Directsoir t Mardi 23 janvier 2007 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :