Direct Soir n°94 23 jan 2007
Direct Soir n°94 23 jan 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de 23 jan 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Dominique Baudis la télé du futur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Mardi 23 janvier 2007 10 ACTU MONDE DIGITALGLOBE/AFP NUCLÉAIRE/L’Iran hausse le ton En interdisant l’accès à son territoire à trente-huit inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’Iran défie à nouveau la communauté internationale. h « Trente-huit inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ne sont pas autorisés à pénétrer sur le sol iranien », a indiqué hier le chef de LIBAN/L’opposition compte ses troupes h Les leaders de l’opposition libanaise tentent de remobiliser leurs troupes. Le mouvement de grève générale annoncé pour aujourd’hui par Michel Aoun devrait leur permettre de mesurer le rapport de forces qui les oppose au gouvernement pro-occidental du Premier ministre, Fouad Siniora. Regroupant sous la même bannière le Hezbollah libanais, les partis chrétiens et les mouvements pro-syriens, l’opposition libanaise tente depuis près de deux mois de faire tomber le gouvernement en place. Le mouvement, lancé le 1 er décembre, montre des signes d’essoufflement. Le campement installé en plein centre de Beyrouth s’est peu à peu vidé de ses manifestants, mais les tensions restent vives. Elles font ressurgir le spectre de la guerre civile dans un pays traumatisé par le conflit qu’il a connu entre 1975 et 1990. Dans un entretien au journal Le Monde paru hier, Fouad Siniora tempérait : « Je pense que les Libanais ne vont pas s’entre-tuer de nouveau. la commission du Parlement iranien pour la Sécurité nationale,Alaeddin Boroujerdi. Il ajoute que « le premier pas destiné à limiter la coopération avec l’agence onusienne de sécurité Les partis appellent aujourd’hui à la grève générale, avec l’objectif de pousser le gouvernement à la démission. MATTIS MEICHLER,ANNE DEVERRE, FRANÇOIS DENAT Aucune des parties en présence n’y est disposée. » Il prévenait que les forces de sécurité libanaises « feront ce qu’elles doivent faire pour empêcher la paralysie du pays ». Ce matin, l’opposition avait bloqué les grands axes routiers du Liban. Au moins quinze manifestants ont été blessés par balles lors d’affrontements entre opposants et forces de l’ordre. Selon le Premier ministre libanais, le moment choisi par l’opposition pour appeler à la grève n’est pas anodin. Une conférence internationale des donateurs doit se tenir jeudi à Paris afin de venir en aide au Liban. Fouad Siniora doit y présenter un plan de réformes économiques qui comprend des privatisations et une hausse progressive de la TVA. L’objectif est de relancer l’économie libanaise. Par l’intermédiaire de sa Commissaire aux relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, l’Union européenne réitérait hier son soutien au gouvernement libanais. nucléaire était ainsi franchi ». Le dialogue n’est pourtant pas rompu, l’AIEA disposant de suffisamment d’inspecteurs pour surveiller le programme nucléaire. Bien que Image satellite d’une usine d’enrichissement d’uranium, en Iran. membre du Traité de nonprolifération nucléaire (TNP), l’Iran a décidé de durcir sa position après l’adoption le 23 décembre de sanctions à son encontre par le Conseil de sécurité de l’ONU. Refusant de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium, le Parlement iranien a adopté le 27 décembre une loi invitant le gouvernement à « réviser (sa) coopération avec l’AIEA ». Le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, justifie la mise au ban des émissaires de l’agence par « le droit de s’opposer à la visite de n’importe quel inspecteur » pour tout pays membre de l’AIEA. Washington s’est dit prêt dimanche à une seconde série de sanctions dès le 21 février si l’Iran ne suspend pas ses activités nucléaires, alors que l’Union européenne affirmait hier sa volonté de « mettre en œuvre en intégralité et sans délai » les sanctions de l’ONU. Banlieue de Beyrouth, ce matin. Le Premier ministre Fouad Siniora. Au début du mouvement, en décembre. M. AZAKIR/REUTERS J. SAIDI/REUTEURS A. AMRO/AFP EN BREF CHINE : ESSAI D’UNE ARME ANTISATELLITE La Chine a confirmé ce matin qu’elle avait testé avec succès une arme antisatellite. L’essai a été réalisé en prenant pour cible un ancien satellite météo chinois, situé à 800 km au-dessus de la Terre. Répondant aux réactions inquiètes de plusieurs pays, dont les Etats-Unis, le gouvernement chinois a affirmé que « la Chine (...) a toujours prôné un développement pacifique de l’espace ». GUINÉE : VINGT-TROIS MANIFESTANTS TUÉS La Guinée a connu hier la journée la plus meurtrière depuis le début de la crise sociale qui secoue le pays. Au treizième jour d’une grève générale illimitée, trente manifestants ont été tués par les forces de l’ordre, portant à quarante le nombre de victimes depuis le début du mouvement, le 10 janvier dernier. On dénombre 150 blessés dont l’envoyé spécial de RFI, qui devrait être rapatrié aujourd’hui. La manifestation avait été lancée à l’appel de plusieurs syndicats et partis d’opposition, pour dénoncer la corruption et l’ingérence du président Lansana Conté dans les affaires judiciaires. Dimanche, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé le pays à trouver un accord pour mettre fin à la crise. SOMALIE : REDDITION DU N°2 DES TRIBUNAUX ISLAMIQUES Cheikh Sharif Sheikh Ahmed, chef de l’exécutif du Conseil suprême islamique de Somalie (SICS), s’est rendu hier aux autorités kenyanes. C’est la première reddition importante depuis la déroute qu’a connue le mouvement islamique face aux troupes éthiopiennes et somaliennes il y a trois semaines. Ce matin, le vice-premier ministre somalien, Hussein MohamedAidid, annonçait que l’armée éthiopienne avait commencé à se retirer de Mogadiscio. LE PRÉSIDENT BUSH FACE AU CONGRÈS George W. Bush doit prononcer aujourd’hui son discours annuel sur l’état de l’Union. Devant un Congrès composé en majorité de démocrates, il défendra à cette occasion sa décision d’envoyer 21 500 soldats supplémentaires en Irak. Il affirmait hier qu’il refusait d’envisager tout calendrier de retrait. Le président américain devrait toutefois consacrer une grande partie de son intervention aux questions de politique intérieure. La couverture santé, la dépendance énergétique ou encore le réchauffement climatique figurent au programme de son discours.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :