Direct Soir n°91 18 jan 2007
Direct Soir n°91 18 jan 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°91 de 18 jan 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : Simone Veil en mémoire des justes

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Jeudi 18 janvier 2007 10 H ; CAUX/REUTERS ACTU MONDE DARFOUR/L’aide humanitaire menacée En raison de l’insécurité qui règne au Darfour, l’ONU craint de ne plus pouvoir assurer les opérations humanitaires en cours. h Par l’intermédiaire d’un communiqué signé par quatorze de ses agences, dont l’OMS, le PAM ou encore l’Unicef, l’ONU a rappelé la détérioration de la situation au Darfour. L’organisation considère qu’elle ne sera bientôt plus en mesure d’assurer les MERCOSUR/Le vent de la discorde h Déséquilibre de pouvoir entre ses membres, impuissance des institutions et incapacité à résoudre ses conflits internes, la crise s’amplifie au sein du Mercosur, la communauté économique sudaméricaine. Elle réunit jusqu’à demain les présidents des cinq pays membres. Le chef d’Etat brésilien, Luiz Ignacio Lula da Silva, recevra ses homologues d’Uruguay, du Paraguay, d’Argentine et du Venezuela, membres depuis 2006. Avec 260 millions d’habitants et un PIB de 1 200 milliards de dollars, le Mercosur représente une véritable force économique sur le papier. Pourtant en 16 années d’existence, il n’a pas su combler le fossé qui sépare ses grandes puissances (Brésil et Argentine) des « petites » (Paraguay et Uruguay). L’Uruguay menace de se tourner vers les Etats-Unis pour entamer des accords bilatéraux. Si un tel Réunis à Rio, les cinq pays membres du Mercosur vont tenter de sauver l’institution ébranlée par ses propres adhérents. NICOLAS CAILLEAUD,MATTIS MEICHLER rapprochement se concrétisait, l’union douanière déjà qualifiée d’imparfaite pourrait alors voler en éclats. Autre point de discorde : la faiblesse des institutions communautaires. Celles-ci se révèlent incapables de résoudre les différends bilatéraux entre ses membres. Faute de structures adéquates, certains pays ont dû porter leurs litiges devant l’Organisation mondiale du commerce. Ce sommet de Rio devrait néanmoins calmer les tensions afin de corriger « l’asymétrie » tant décriée. La mise en place d’un « fonds de convergence structurelle » d’un montant de 100 millions de dollars, financé à hauteur de 70% par le Brésil et 27% par l’Argentine devrait permettre de stimuler les économies de l’Uruguay et du Paraguay. Le président Lula a tenu à rappeler la nécessité d’encourager le Mercosur auquel il « associe le destin économique du Brésil ». Femmes soudanaises au camp de Goz Amir (est du Tchad), le 22 décembre dernier. missions humanitaires qu’elle poursuit dans cette province située à l’ouest du Soudan, meurtrie par plus de quatre années de guerre civile. Ces six derniers mois, douze travailleurs humanitaires ont été tués, alors que la force de maintien de la paix de l’Union africaine (UA), déployée dans la région, peine à assurer sa mission. Parallèlement, le gouvernement soudanais refuse de répondre favorablement à la proposition de l’ONU de soutenir les soldats de l’UA. Le conflit qui ensanglante le Darfour implique désormais trois pays : le Soudan, le Tchad et la République centrafricaine. Il oppose depuis 2003 l’Armée de libération du Soudan (ALS) et le Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE) à l’armée régulière soudanaise soutenue par des milices arabes, les Jenjaweeds. Celles-ci mènent des incursions meurtrières contre les tribus de l’est du Tchad. Le Soudan soutient de manière implicite les factions arabes, le Tchad finançant en retour les rebelles soudanais. Les populations sont les principales victimes : selon l’ONU, plus de 200 000 victimes sont à déplorer depuis le début du conflit. Deux millions de personnes ont été déplacés. Les présidents argentin et vénézuélien, Nestor Kirchner et Hugo Chávez, lors du sommet du Mercosur à Cordoba, le 21 juillet 2006. Les ministres des Affaires étrangères du Mercosur et leur homologue russe, à Brasilia, le 15 décembre dernier. M. Bachelet, présidente du Chili, à Cordoba, le 20 juillet 2006. D. GIUDICE/POOL/REUTERS J. BITTAR/REUTERS A. STAPFF/REUTERS L. SHANGGANG/REUTERS EN BREF AVIS DE TEMPÊTE SUR L’EUROPE La moitié nord du continent européen est aujourd’hui frappé par une forte tempête, du Royaume-Uni jusqu’au nord-ouest de la Russie. En Allemagne, les vents dépasseront les 100 km/h et devraient occasionner de graves dégâts, selon les services météorologiques. Eole pourrait souffler jusqu’à atteindre des records de 135 à 180 km/h dans les Sudètes, à la frontière entre la Pologne et la Tchéquie. NIGERIA/SIX OTAGES ÉTRANGERS LIBÉRÉS Un des trois otages italiens et cinq employés chinois enlevés ont été libérés dans la nuit. Le ministère italien des Affaires étrangères n’a pas donné de détails sur les conditions de la libération des otages, mais indique poursuivre ses efforts afin de libérer leurs ressortissants encore détenus. De leur côté, les services diplomatiques chinois annoncent que les cinq otages ont été libérés sains et saufs. Ces ouvriers avaient été enlevés le 5 janvier dernier. Depuis, Pékin avait fait de leur libération une priorité. Le sud du Nigeria est actuellement secoué par des violences internes causées par différents groupes armés. Plus de 60 étrangers ont été enlevés dans cette région l’an dernier. L’IRAN AVAIT TENTÉ DE NÉGOCIER AVEC LES ÉTATS-UNIS La BBC a révélé hier soir l’existence d’une lettre secrète, datée de 2003, adressée par l’Iran aux Etats-Unis. La République islamique y proposait de mettre fin au soutien qu’elle apporte au Hezbollah et au Hamas en contrepartie d’un arrêt des sanctions américaines à son encontre. L’Iran se disait prêt à user de son influence pour aider à la stabilisation de l’Irak et à faire preuve d’une totale transparence sur son programme nucléaire. La Maison Blanche avait alors rejeté les propositions iraniennes. IRAK/NOURI AL-MALIKI CRITIQUE GEORGE W. BUSH Fustigé par les Etats-Unis pour ses faibles résultats, le Premier ministre irakien attaque aujourd’hui durement l’administration américaine. Dans une interview accordée au quotidien italien Corriere della Sera, Nouri al-Maliki affirme que « le président américain, George W. Bush, n’a jamais été aussi faible qu’aujourd’hui ». Et de conclure : « J’ai l’impression que ce sont eux à Washington qui touchent à leur fin, et non nous ici à Bagdad. »
D. GRAY/REUTERS www.directsoir.net OCÉANIE/Les sécheresses dévastatrices enfin expliquées La revue scientifique de référence Nature révèle, aujourd’hui, l’impact du réchauffement planétaire sur le dérèglement climatique australien. Pompiers australiens intervenant sur un feu au nord de Sydney. h La découverte en 1999 d’un phénomène climatique sur l’océan Indien, comparable à El Niño, trouve aujourd’hui un commencement d’explication. La revue britannique Nature publie une étude scientifique destinée à lever le voile sur le mystère qui entoure la formation de cet effet. Baptisé « dipôle de l’océan Indien », cette activité météorologique cyclique, à l’origine des sécheresses australiennes et des pluies torrentielles africaines, pourrait bien s’accélérer. En cause : le réchauffement climatique. Aujourd’hui, les scientifiques observent à des intervalles de quelques années que les températures de surface de l’est de l’océan Indien tombent, alors qu’à l’ouest, celles-ci montent en flèche au large de l’Afrique tropicale. Pour le British Antarctic Survey de Cambridge, le phénomène trouve sa cause principale dans la mousson. En répertoriant la fréquence d’apparition du dipôle sur les 6500 dernières années, grâce à l’étude de fossiles de coraux, l’équipe a observé que les années de fortes moussons sont suivies par cet effet. Or, les moussons sont souvent connectées au phénomène El Niño observé dans l’océan Pacifique. Un lien que le réchauffement climatique est en train de rompre. En outre, le renforcement des moussons constaté ces dernières années a pour conséquence d’accélérer l’apparition des dipôles. En Indonésie et en Australie, les dipôles devraient gagner en intensité, allant jusqu’à compromettre l’agriculture dans cette région du globe. MONDE ALLEMAGNE/La « Semaine verte » sous le signe de l’Union européenne h Le plus grand salon agricole du monde ouvre aujourd’hui ses portes à Berlin. La chancelière allemande Angela Merkel, qui préside pour six mois l’Union européenne, doit inaugurer ce soir la « Grüne Woche » (Semaine verte) en compagnie du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Plus de 400000visiteurs découvriront durant une semaine les produits de 1600 exposants venus de 56 pays. La France, les Pays-Bas et la Russie seront les plus représentés. Le développement des bioénergies constituera l’un des thèmes majeurs du salon. L’Allemagne en a fait l’une de ses priorités au cours de la présidence de l’Union européenne qu’elle entame. La Pologne et la Russie pourraient profiter de leur présence pour tenter de régler le différend commercial qui les oppose. Varsovie met son veto à l’ouverture de négociations sur un accord de coopération, concernant notamment le secteur énergétique, entre la Russie et l’UE. Ce blocage est une réponse à la décision prise par Moscou à l’automne 2005 de cesser les importations de viande polonaise. L’Union européenne est le deuxième exportateur et le premier importateur mondial de produits issus de l’agriculture.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :