Direct Soir n°9 16 jun 2006
Direct Soir n°9 16 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de 16 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : DSK : « Rassemblons au-delà de la Gauche »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Vendredi 16 juin 2006 8 ETIENNE DE MALGLAIVE/GAMMA L’ACTU FRANCE Vite dit Il est où Balou ? v L’ours slovène relâché dans les Pyrénées il y a deux semaines ne donne plus signe de vie. La ministre de l’Ecologie, Nelly Olin, s’est dit « extrêmement inquiète ». Le plan de réintroduction est donc suspendu pour l’instant. Chérèque rempile v François Chérèque, l’actuel secrétaire général de la CFDT, a été réélu hier soir pour un nouveau mandat de quatre ans à la tête de la confédération syndicale. Peu de suspense, François Chérèque était le seul candidat à sa succession. Il récolte 91,69% des suffrages. Corse : cocktail explosif v Deux attentats à l’explosif ont eu lieu cette nuit en Corse. L’un a endommagé une brasserie à Porticcio, en Corse du Sud. L’autre a détruit une résidence secondaire en construction à Piana, dans la même région. Ni victimes ni revendications pour le moment. Noël Forgeard abuse d’Airbus v L’A 380 sera en retard. Du coup, le titre a plongé mercredi en bourse, à 18 euros. Problème, le coprésident d’EADS, lui, a vendu en mars des milliers d’actions fixées alors à 32 euros. De quoi faire naître quelques soupçons de délit d’initié. Les Aéroports de Paris s’envolent v Un tiers du capital des ADP est cédé par l’Etat. Pour sa première cotation ce matin, le titre a bondi de 4,45%. Le prix d’introduction pour les particuliers était fixé à 44 euros, ce qui a séduit 2,6 millions de personnes, et 70% des salariés de l’entreprise. EUTHANASIE/Un débat nécessaire ANNIVERSAIRE/Bayeux, 60 ans après… C’était le 16 juin 1946. La France est dénuée de gouvernement, le général de Gaulle décide alors de se rendre à Bayeux, ville symbolique où il signa son retour sur le territoire français en juin 1944. C’est là qu’il a prononcé le discours qui donnera naissance à la Constitution de la V e République, sous laquelle nous vivons toujours. Prônant notamment la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, un chef de l’Etat arbitre « au-dessus des contingences politiques », – un costume qu’il s’est taillé sur mesure –, le bicamérisme (Assemblée nationale et Sénat) ; le Général s’est érigé en véritable précurseur. Ses paroles n’ont pas été entendues sur le moment. Mais pas question de jeter l’éponge, il a su les resservir en temps voulu : elles restent la véritable inspiration du texte qui régit l’Etat de droit qu’est la France, à savoir la Constitution du 4 octobre 1958. Anne Deverre, Samantha Szwec, Thomas Liard, Jean-Baptiste Werner, Clovis Casali, Xavier Fornerod En France, l'euthanasie est illégale. Mais comment réagir face aux contradictions de la justice ? Deux affaires, jugées récemment pour des faits identiques, se sont soldées par deux verdicts opposés : un Danois qui avait mis fin aux souffrances de sa femme atteinte d’un cancer en phase terminale a été acquitté, alors qu’un médecin et une infirmière ont été renvoyés devant les assises pour avoir donné la mort à une patiente, également en phase terminale. De quoi relancer la polémique qui avait secoué la sphère juridique lors du procès Humbert : la mère et le médecin d’un jeune tétraplégique l’avaient « accompagné dans la mort ». Les deux « exécutants » avaient obtenu le non-lieu. On pensait que l’arrêt ferait jurisprudence. Il n’en est rien. L’euthanasie demeure un sujet tabou et éludé au sein de la société française, au grand dam de Bernard Kouchner. Médecin de formation, l’ancien ministre de la Santé demande qu’un débat national « sur la fin de vie » soit ouvert. Pour Bertrand Delanoë, qui a également pris position sur Europe 1, « il faut en finir avec l’hypocrisie ». Selon le maire de Paris, les socialistes doivent oser dire qu’une loi « sur le droit à mourir dans la dignité » va être votée. De son côté, le garde des Sceaux, Pascal Clément, a réfuté l’idée même de la dépénalisation de l’euthanasie. « Les cas se multiplieraient », a déclaré le ministre devant les caméras de Canal+ : la question de la frontière entre euthanasie et meurtre se poserait alors. Le secrétaire général du syndicat médical MG France, Vincent Rébeillé-Borgella, considère que le garde des Sceaux « se lave les mains » en laissant le juge seul décideur. « Le tribunal juge en aval quand le débat doit avoir lieu en amont. » Le médecin face à la douleur de son patient agit seul. Sa conscience d’un côté, la déontologie de l’autre. Eric Raoult, député-maire UMP du Raincy (93) s’indigne des tenues sexy de certaines jeunes filles dans les collèges et lycées. Il répond aux questions de Directsoir. Pourquoi demander à la FCPE et à la PEEP (fédérations de parents d’élèves) de veiller à la « décence » des tenues des collégiennes ? Il ne s’agit pas de faire la guerre des sexes ! On doit avoir une liberté de mœurs, mais on ne doit pas avoir des accoutrements équivoques. Surtout que nous sommes dans le monde scolaire et qu’il s’agit de toutes jeunes filles… Pas la peine d’attirer tous les « dingues » avec des habits provocants. Nous vivons dans une société dangereuse : attention aux quiproquos ! Ce n’est pas un problème d’ordre moral ? Il ne faut pas que les mômes foutent le feu aux bagnoles et les filles le feu ailleurs ! Avec le jean baissé, on peut voir leurs fesses, leur piercing ou les poils du pubis ! Après, on a des attouchements dans les collèges et les lycées ! « Non pas qu’il faille légaliser l’euthanasie, poursuit-il, mais discuter pour éviter au médecin d’être confronté à une situation intenable ». Il ne faut pas se limiter à l’acte de l’injection et décharger le médecin d’une responsabilité qui ne doit pas être la sienne. Il est grand temps d’ouvrir le débat. RAOULT/Cachez ce string que je ne saurais voir... Doit-on dire aux jeunes comment s’habiller ? Je ne prône ni la blouse bleue ni l’uniforme, juste une tenue correcte. Porter un string à 12-13 ans est une incitation à la débauche. Et le rôle des parents là-dedans ? Il faut que les parents soient confrontés à la réalité, c’est aussi de leur responsabilité. L’autorité parentale n’est pas seulement contre la violence des garçons, mais aussi contre l’indécence des filles. Eric Raoult sera l’invité de l’émission 88’, samedi 20h30 sur Direct8. AFP OLIVIER DOULIERY/ABACAPRESS
www.directsoir.net TRANSPORTS/Carte orange : un prix d’amis Au 1 er octobre, plus d’un million de Franciliens bénéficieront de tarifs préférentiels, voire de gratuité, sur la Carte orange. Hier, Jean-Paul Huchon a dévoilé ses mesures sociales pour les transports. La mesure ne va pas passer inaperçue, tant elle facilitera la vie des plus démunis. La remise à plat du dispositif de la Carte orange permettra, dès octobre prochain, à plus d’un million de Franciliens d’obtenir une réduction de 75% sur son prix. Dans le courant de l’année 2007, les Rmistes pourront également voyager gratuitement dans toute l’Ile-de- France, afin de faciliter leur recherche d’emploi. Pour Jean-Paul Huchon, président PS de la région mais aussi président du Syndicat des transports d’Ile-de-France, ces efforts sociaux sont « normaux, de la part d’une région aussi riche ». Concrètement, les réductions concerneront les quelque 780 000 bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) qui profitent actuellement de 50% de réduction, tout comme les 100 000 bénéficiaires de l’aide médicale d’Etat (AME). Viennent s’ajouter les 70 000 attributaires de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) et les 30 000 attributaires de l’Allocation de parent isolé (ASI). Pour l’ensemble de ces personnes, le coût mensuel plein tarif passera pour les zones 1-2, de 51,50 € à 12,90 €, pour les zones 1-4, de 84,40 € à 21,10 € et pour les zones 1-8, de 139,90 € à 35 €. Un coup de pouce non négligeable pour les plus bas revenus, que les représentants de gauche au conseil régional ont tenu à saluer. Gabriel Massou, du PCF, souligne « une avancée significative qui changera la vie de bon nombre de gens ». Mais la décision ne fait pas l’unanimité. Pour le président du groupe UMP, Roger Karoutchi, « c’est du faux social. Le vrai social aurait été de faire bénéficier tout le monde d’une réduction. On abandonne toute idée d’aller vers la Carte orange unique à 50 € pour tous. » Grande réforme de la tarification Pour les instigateurs de la réforme, Jean-Paul Huchon et Serge Méry, son adjoint aux transports, la tarification actuelle C’estdit « Depuis trop longtemps, économie et environnement ressemblent à des joueurs d’équipes rivales (…). Nous avons besoin de les faire jouer dans la même équipe. » Achim Steiner, directeur du programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) Anne Devere, Thomas Liard, Nicolas Cailleaud, Edwige Koscianski « Le projet sera intégralement financé par la région. Soit 87 millions d’euros par an. » n’est pourtant « pas assez équitable et trop complexe ». Partant du constat que « plus on s’éloigne du centre de Paris, plus le transport est cher, pour une qualité moindre ». Et l’enjeu est important : sur les quelque 38 millions de déplacements quotidiens enregistrés en Ile-de-France, près de 8 millions se font par le biais des transports publics. Le budget transport est d’ailleurs le premier pour la région, puisqu’il représente 26% de son budget global. Le président Huchon en a d’ailleurs fait son cheval de bataille au moment de sa réélection en 2004. Dans ses cartons : faire bénéficier à tous les abonnés à la Carte orange du dézonage durant les week-ends. Une mesure à laquelle seuls les titulaires d’une carte « ImaginR » ont droit actuellement. En outre, la limitation du nombre de zones est à l’étude, ainsi que l’établissement d’un ticket horaire, valable une heure trente. Pour l’heure, la région financera intégralement les premières mesures qui seront soumises au vote du conseil régional, le 30 juin. Et Jean-Paul Huchon de préciser qu’il en « coûtera 87 millions d’euros en année pleine ». Le prix de la Carte orange, pour tous les autres usagers, devrait quant à lui augmenter de 1,9% à compter du 1 er juillet. « Je constate beaucoup de proximité avec ses propositions. Hier femme de droite, elle a (…) évolué sur les questions démocratiques, les droits des femmes, la laïcité. » Dominique Voynet, au sujet de Corinne Lepage « La France n’a pas fait un grand match (…) J’avais l’impression qu’ils jouaient au handball. » Franck Leboeuf, ancien joueur POUZET/SIPA S. REIX/FOR PICTURE/CORBIS FRANCE JEUX VIDÉO/L’ultra-violence dans la ligne de mire h Les jeux vidéo sanglants n’ont jamais eu bonne presse, et pourtant, leur succès est loin de se démentir. L’association Familles de France réclame donc un renforcement des contrôles à destination des mineurs, qui pourrait se matérialiser sous la forme d’un bandeau informatif collé sur l’emballage. Selon l’association, il est trop facile de se procurer ces jeux dans les boutiques spécialisées, mais aussi sur Internet. Ceux mettant en scène des meurtres, du trafic de drogue ou du proxénétisme sont les principaux visés. Le jeu Grand Theft Auto : San Andreas fait partie de cette liste noire. Critiqué de toutes parts, il s’est quand même écoulé à près de cinq millions d’unités depuis sa sortie, il y a un an et demi. FAMILLES NOMBREUSES/La carte nouvelle est arrivée h Vous avez plus de trois enfants ? A vous les réductions. La nouvelle carte familles nombreuses a été lancée hier par Philippe Bas, le ministre délégué à la Famille. Nouveau logo, nouvelles couleurs, elle vient remplacer la célèbre « carte SNCF », lancée en 1921. Cette dernière, comme son nom l’indique, offrait principalement des réductions sur les billets de train. Ces réductions sont maintenues, mais de nouveaux avantages font leur apparition, notamment dans la grande distribution. 22 entreprises sont d’ailleurs associées à l’initiative. Pour l’obtenir, rien de plus facile. Son réseau de distribution s’est considérablement élargi. Auparavant simplement disponible aux guichets SNCF, vous pourrez désormais en faire la demande auprès des 123 caisses d'allocations familiales (CAF), des 96 agences de la Mutualité sociale agricole (MSA) et auprès de 200 mairies. Pour tous renseignements supplémentaires, consultez le site internet : www.famille.gouv.fr K. WHITE/REUTERS Directsoir t Vendredi 16 juin 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :