Direct Soir n°871 14 déc 2010
Direct Soir n°871 14 déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°871 de 14 déc 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Jean Dujardin : « Je fais un métier d'enfant »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
EN COUVERTURE Visionnez les vidéos Direct Soir n o 871•Mardi 14 décembre 2010 4
JEAN DUJARDIN « J’AI COMMENCÉ A VIVRE A 20 ANS » Après Brice de Nice, OSS 117, Lucky Luke ou Octave Parango dans « 99 francs », Jean Dujardin revient dans un rôle plus sombre et personnel. Dès demain, il sera à l’affiche du nouveau film de Nicole Garcia, « Un balcon sur la mer ». De retour d’un tournage outre-Atlantique, l’acteur se prête au jeu de la confidence pour « Direct Soir ». Vous avez tourné sous la direction de Nicole Garcia qui, selon vous, regarde bien les acteurs, en particulier les hommes. Jean Dujardin : Nicole Garcia aime la contradiction entre la masculinité et la fragilité. Elle filme souvent les hommes de dos. C’est un cinéma de regard, très nuancé. Parfois, elle se perd elle-même dans sa mise en scène pour en trouver la substance. Nicole vous accompagne dans le jeu et vous pousse à vous dévoiler, à vous abandonner… Ce que vous avez accepté de faire dans Un balcon sur la mer… C’est la première fois que je vais chercher aussi loin en moi. Les acteurs sont souvent pudiques, alors qu’ils font un métier qui ne l’est pas. Pour ce film, je LE FILM J. M. LEROY me suis mis à nu, car je savais que je serai bien regardé. Ce film fait-il écho à votre enfance ? Oui, chacun peut y mettre sa photo. J’ai un rapport très intime avec l’enfance. Même mes choix au cinéma sont parfois très juvéniles. Cette histoire a également trouvé de l’écho dans ma vie d’homme. Comme Marc, mon personnage dans le film, j’avance, je me pose des questions sur ce que je suis devenu. L’homme est complexe. Il a cette envie d’être un père idéal, un mari fabuleux ou un célibataire endurci. Il a envie de tout maîtriser sans y parvenir. Quel genre de gamin étiez-vous ? J’étais timide et assez inhibé, avec un imaginaire très fort. On m’appelait Marc (Jean Dujardin) et Cathy (Marie-Josée Croze) dans une enquête sentimentale. « Jean dans la lune », car j’étais souvent dans ma bulle. J’observais beaucoup, je parlais peu. Je préférais ne rien dire pour paraître plus intelligent. Enfant, je dessinais aussi beaucoup. Dès lors que j’ai commencé ce métier, j’ai arrêté de dessiner. Tout ce qui était enfoui en moi est sorti. Je m’amuse parfois à dire que j’ai commencé à vivre à 20 ans. Et depuis, avez-vous mûri ? Quand j’étais petit, je voulais être grand. Et maintenant que je suis adulte, je fais un métier d’enfant. Je sais que le môme que j’étais sommeille encore en moi ; parfois je l’appelle, j’ai besoin de lui pour incarner certains personnages. Mais quand je me retrouve dans un duel « Jean contre Jean », je lui demande de partir. DOUBLE JE Jean Dujardin ne se limite pas aux rôles comiques. Il y a quatre ans, il incarnait un flic naviguant en eaux troubles dans Contreenquête, de Franck Mancuso. Dans Un balcon sur la mer, de Nicole Garcia, il revêt le costume d’un agent immobilier varois sur les traces de son passé. Père de famille, marié, Marc voit son quotidien bouleversé au cours d’une visite. Il croit reconnaître en la mystérieuse acheteuse, Cathy, son amour d’enfance rencontré en Algérie alors que la guerre gronde et qu’un grand nombre de familles rentre en France. Il tombe sous son charme. A l’issue de leur première nuit d’amour, Cathy (Marie- Josée Croze) disparaît. Le doute s’installe dans l’esprit de Marc. Qui est cette femme ? Sa mémoire lui ferait-elle défaut ? Marc va mener l’enquête. Entre drame et thriller sentimental, Nicole Garcia et le scénariste Jacques Fieschi ont construit ce long RENCONTRE Jean Dujardin incarne un agent immobilier sur les traces de son passé. métrage comme « une enquête sur la mémoire et les pièges qu’elle recèle ». Flash-back et réalité s’entremêlent avec lenteur. Un manque de rythme qui parasite le suspense, mais met en relief la psychologie des personnages : une femme complexe et un homme aux souvenirs confus. Un balcon sur la mer, de Nicole Garcia, en salles demain.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :