Direct Soir n°866 7 déc 2010
Direct Soir n°866 7 déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°866 de 7 déc 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Antoine de Caunes rock'n drôle

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
SPORT BIO EXPRESS Née le 13 juin 1980 à Clermont-Ferrand Club : US Métro Entraîneur : Nodar Bokhashvili Palmarès• Sélectionnée olympique en 2008 à Pékin en moins de 72 kg.• Championne du monde en 2007 en moins de 59 kg• Championne de France en 2005 et 2006 en moins de 59 kg, 2007 en moins de 55 kg, 2008 en moins de 72 kg, 2009 et 2010 en moins de 63 kg. AUDREY PRIETO Direct Soir n o 866•Mardi 7 décembre 2010 16 < LA LUTTE DÉVELOPPE SURTOUT LE MENTAL. > C’EST LA LUTTE ! Elle fait partie de la liste des Français qui affronteront la Turquie, ce soir, lors d’un test-match au Cirque d’hiver Bouglione de Paris. A 30 ans, cette championne de lutte féminine n’est pas encore près de délaisser les tapis. Son prochain objectif : les Jeux olympiques de Londres, où elle espère réaliser son rêve de médaille. Audrey Prieto n’a pas hésité à prendre dix kilos pour participer aux derniers JO de Pékin en 2008.
Déterminée. S’il fallait décrire Audrey Prieto en un seul mot ce serait sans doute celui-ci. Celle qui a choisi de s’imposer dans un univers masculin est prête à tout pour réaliser ses rêves. Même relever le défi de prendre 10 kg pour participer aux derniers Jeux olympiques à Pékin, en 2008. Championne du monde dans la catégorie non olympique des moins de 59 kg, la lutteuse est obligée de prendre du poids pour tenter sa chance dans la catégorie des moins de 72 kg. « Je ne pouvais pas passer à côté des JO », explique-t-elle. Apport en protéines, musculation, la Française parvient à gagner son ticket pour Pékin. Cette force de caractère, elle l’explique par sa passion : « La lutte développe beaucoup le physique mais surtout le mental. Il y a un réel dépassement de soi qui permet d’obtenir une grande confiance en sa personne. » Malgré un mental à toute épreuve, Audrey se retrouve vite dépassée face à des lutteuses plus lourdes. Pas de quoi décourager cette championne dont le but reste de remporter une médaille olympique. Envoyée au tapis Inutile de chercher bien loin pour comprendre d’où lui vient sa passion pour la lutte. Avec un père entraîneur de lutte à l’ASM (Association sportive montferrandaise) pendant trente ans, Audrey a côtoyé les tapis depuis son plus jeune âge. « Entre 4 et 9 ans, je passais beaucoup de temps avec lui dans son club. Ma maman a fini par m’inscrire à la gymnastique. Elle avait peur que je devienne un garçon manqué », explique la championne. Audrey Prieto abandonne alors les bagarres à l’école pour enfiler un justaucorps. « J’ai eu un coup de foudre pour cette discipline que j’ai pratiquée pendant treize ans », raconte-t-elle. Mais à l’âge où le corps des jeunes filles se transforme, Audrey ne se sent plus très à l’aise dans son costume de gymnaste. « J’ai pris des formes. Je me sentais complexée. Et puis il y avait aussi cette envie d’atteindre le plus haut niveau, de devenir championne. En gymnastique, je n’étais pas assez forte pour y parvenir », confie la Clermontoise. Pour le plaisir, elle retourne sur les tapis vers l’âge de 16 ans. Après avoir décroché quelques titres, Audrey est sélectionnée pour la première fois pour les championnats du monde junior de lutte féminine. Un déclic pour la jeune femme qui se rêve alors championne de lutte. Un objectif aujourd’hui atteint pour celle qui parle de son sport comme d’une drogue. Il ne se passe pas une semaine où elle ne s’entraîne pas. « J’essaie de le faire tous les jours, mais quand je travaille, c’est difficile de tenir cet emploi du temps. » Comme beaucoup de sportifs de sa discipline, Audrey Prieto ne gagne pas sa vie en tant que lutteuse. Après avoir enchaîné les petits boulots, elle bénéficie en 2006 d’une convention que la RATP accorde à certains sportifs. « Cette main tendue m’a sauvée. Grâce à eux, je peux désormais vivre de ma passion. » Agent double Soixante-quinze jours par an, Audrey se retrouve donc agent de maîtrise ; le reste de son temps, elle le consacre à la lutte. Prochain rêve : les Jeux olympiques 2012 à Londres. « Je me prépare tous les jours pour être championne olympique. Et cette fois-ci, j’espère pouvoir me présenter dans ma catégorie des moins de 63 kg », souligne-t-elle. En attendant Audrey retrouve le tapis ce soir au Cirque d’hiver (lire ci-contre), déterminée à ne pas laisser une seule chance à son adversaire turque, mais surtout à offrir un beau spectacle, nécessaire à la promotion de son sport encore méconnu. PORTRAIT LA FRANCE DÉFIE LA TURQUIE Pour la cinquième année consécutive, la Fédération française de lutte organise un test-match France- Turquie qui aura lieu ce soir, au Cirque d’hiver Bouglione à Paris, dans le 11 e arrondissement. Ce rendez-vous présentera trois styles de lutte : la lutte gréco-romaine, la lutte libre et la lutte féminine. Onze combats sont au programme. Outre Audrey Prieto, la sélection française sera composée de toutes ses habituelles têtes d’affiche, avec notamment SteeveGuénot et son frère Christophe, respectivement champion olympique et médaillé de bronze aux Jeux de Pékin en 2008. Informations et réservations : www.fflutte.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :