Direct Soir n°864 3 déc 2010
Direct Soir n°864 3 déc 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°864 de 3 déc 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : Finale de la Coupe Davis Serbie - France, impossible n'est pas français

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
TÊTE D’AFFICHE < MES OBJECTIFS N’ONT PAS CHANGÉ. J’Y CROIS TOUJOURS. ET J’ESPÈRE Y ARRIVER. > Direct Soir n°864• Vendredi 3 décembre 2010 24 "'-
Cet été, à Budapest, vous n’avez terminé en individuel que 6 e du 400 met 8 e du 200m. À quoi attribuez-vous cet échec ? Je ne sais pas trop. Je tenais pourtant une grande forme. Mes courses étaient en fin de semaine et on n’a peut-être pas tenu assez compte de ça. Peut-être aussi qu’on avait de grands yeux en voyant que tout le monde réussissait. Je suis arrivée pleine d’envie, et ça n’a pas suffi. Sur place, avez-vous accusé le coup ? Oui, car j’attendais beaucoup de ce championnat. J’étais déçue. Mais bon, ça ne m’empêche pas de continuer et d’y croire encore. De retour en France, avez-vous subi un contrecoup ? J’étais très déçue. J’en ai beaucoup parlé. J’ai beaucoup échangé avec mon entraîneur, Alain, mes amis, Crédit Photo : Augustin Détienne/INFOSPORT ma famille. Ça m’a permis d’évacuer cette déception. Il fallait le faire. À deux ans de l’objectif majeur que sont les Jeux olympiques, n’est-ce finalement pas un mal pour un bien ? C’est parfait. Ça permet de corriger le tir. Comme ça, on sait ce que l’on doit améliorer, ce que l’on doit arrêter ou bien continuer de faire. Comment s’est passée votre reprise ? Il m’a fallu bien couper et prendre du recul. J’ai bien fait le bilan. Ça m’a permis de repartir du bon pied. Avez-vous revu vos objectifs ? Ils n’ont pas changé. J’y crois toujours. Et j’espère y arriver. Une médaille mondiale ou olympique me satisferait amplement. Mais le titre suprême reste mon objectif. Dans quel état d’esprit êtes-vous ? Revancharde, car je reste convaincue que je peux faire quelque chose de bien. Je m’accroche à ça. Et tant que je n’aurai pas atteint mon objectif, je ne serai pas contente. Laure Manaudou est une référence qui vous a longtemps tirée vers le haut. Le fait qu’elle soit retraitée vous a-t-il placé dans un certain confort ? Quand on a quelqu’un devant, une telle tête d’affiche, c’est sûr que l’objectif est de la dépasser. Après, le plus dur, c’est de rester en haut. Et de ce point de vue-là, oui, le retrait de Laure a changé quelque chose. Aujourd’hui, quelles sont les nageuses que vous redoutez le plus ? Il y a les Anglaises (Adlington, Jackson), les Françaises (Étienne, Muffat), l’Italienne Pellegrini. Et puis, il y a aussi des Américaines et des Australiennes. Ça fait beaucoup de monde. La fin des combinaisons vous a-t-elle un peu perturbée ? Non, au contraire. Ça a été un soulagement de ne plus avoir à calculer son départ en fonction de l’enfilage de ces combis, ne plus se péter les doigts en les mettant (certains nageurs se cassaient les ongles, se brûlaient les mains…,ndlr), ne plus avoir à regarder si votre adversaire direct porte la même que vous ou une nouvelle. On est tous logés à la même enseigne, et ça fait du bien. LE GRAND FORUM DU LUNDI AU VENDREDI DE 18H00 À 20H30 2H30 DE DIRECT AVEC LES ANALYSES DE NOS INVITÉS CONSULTANTS ET JOURNALISTES LA 1 ERE CHAÎNE D’INFO SPORTIVE Marina Lorenzo - Eric Besnard DISPONIBLE SUR LE CABLE, ET NATATION CORALIE BALMY TOUCHÉE, COULÉE ? Annoncée comme la digne héritière de Laure Manaudou, Coralie Balmy tarde à confirmer tous les espoirs placés en elle. Passée complètement à travers des Championnats d’Europe, l’été dernier, la compagne d’Alain Bernard croit toujours en elle. Et compte bien le prouver. PROPOS RECUEILLIS PAR > GÉRALD MATHIEU PHOTO > FLOURET VINCENT/PRESSESPORTS Entrez-vous dans les deux années les plus importantes de votre carrière ? Non. Mais c’est vrai qu’avec les Mondiaux puis les Jeux, on est toujours dans une attente. Il y a plus de pression, mais ça ne change pas ma préparation. Mes objectifs seront les mêmes. Depuis un an, vous avez rejoint votre compagnon, Alain Bernard, à Antibes. Est-ce un avantage ? Oui, ça m’a apporté un plus. Ça favorise l’équilibre et la performance. Mais c’est pareil pour tous ceux qui ont la chance de pouvoir vivre à deux.• LES « FRANCE » AVANT LES MONDIAUX Étrangement positionnés entre les Championnats d’Europe et du monde (du 15 au 19 décembre), les « France » en petit bassin ont débuté aujourd’hui à Chartres, et s’achèveront dimanche. Tous les héros des Championnats d’Europe de Budapest, l’été dernier, seront de sortie. À commencer par Camille Lacourt, Sébastien Rouault, Alain Bernard, Yannick Agnel, Frédérick Bousquet, Hugues Duboscq, William Meynard ou encore Ophélie-Cyrielle Étienne. WWW.INFOSPORT.FR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :