Direct Soir n°851 16 nov 2010
Direct Soir n°851 16 nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°851 de 16 nov 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Bruce Willis red dingue !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
LIRE,ÉCOUTER,VOIR ONE-MAN SHOW VINCENT MOSCATO ESSAI TRANSFORMÉ Il a précédé Eric Cantona et Franck Leboeuf sur scène. Depuis 2008, on l’a communicative, ses états de service sur un cap et aborde, doté d’une énergie vu aux côtés de Bernard Tapie dans la pelouse et sa reconversion. Mais il Oscar, donner la réplique à Doc Gynéco n’apprécie guère qu’on l’interroge sur son dans Le siècle sera féminin ou ne sera passage du sport à la scène. « Entre mes pas. Depuis septembre, Vincent Moscato, films et le théâtre, cela fait dix ans que je ancien talonneur du XV de France, joue en joue et l’étiquette du sportif me colle à la solo. « Avant d’affronter l’exercice du oneman show, j’avais besoin d’avoir un peu qu’on est jugé. Que les médias vous pren- peau. J’essaie de m’en dégager, parce de métier, de faire mes heures de jeu, nent pour un gros c… de rugbyman. » comme on dit dans le sport. Jouer avec des collègues et en solo, c’est sans commune mesure, il y a de grands moments C’est donc en comédien qu’il a écrit seul Le plein de souvenirs de solitude. » Avec Moscato fait son son spectacle : « Tu l’écris, tu le lis à tes show, son premier seul en scène, il passe proches et tu y vas. Il faut jouer pour voir Direct Soir n o 851•Mardi 16 novembre 2010 10 ce qui fonctionne. Si tu as 60% de bonnes vannes, tu l’adaptes. Un spectacle est une nature vivante. » Dès lors, il replonge dans ses souvenirs, qu’il caricature avec plaisir : le ballon ovale, les coulisses des matchs – en off on reconnaît la voix de Bernard Laporte, l’ex-entraîneur du XV de France – le calendrier, mais aussi sa vie après le sport, les castings. Car c’est sur grand écran que Moscato poursuit sa reconversion. Après déjà douze apparitions (Camping 2, Protéger et servir, Astérix aux Jeux olympiques…), il sera en janvier à l’affiche du Fils à Jo, un film de Philippe Guillard avec Gérard Lanvin et Olivier Marchal pour une histoire de… rugby. Moscato fait son show, jusqu’au 1 er janvier, au Théâtre du Petit Gymnase, 38, bd Bonne-Nouvelle, Paris 10 e (0142467979). POINTS UNIVERSPOCHE SÉLECTION POCHE SUR LE FIL DE LA COMPASSION Alors qu’un funambule s’apprête à relier les Twin Towers, des destins new-yorkais au bord du désespoir se croisent sans réellement se rencontrer. Mère, prêtre ou prostituée, chacun vit dans sa solitude. Un roman dramatique et une multitude de personnages émouvants. Et que le vaste monde poursuive sa course folle, de Colum McCann, éditions 10/18, 8,60 €. SŒURS SOURIRE En marge de la sortie, le 1 er décembre, de son adaptation cinématographique, Pieds nus sur les limaces sort en format poche. Ce roman sensible écrit par l’auteur de Cafards et de Mal partout, traite du deuil et des rapports difficiles entre sœurs. Pieds nus sur les limaces, de Fabienne Berthaud, éditions du Seuil/Collection Points, 5,50 €.
NATASCHA KAMPUSCH LA SURVIVANTE Le drame de cette jeune Autrichienne, enlevée à 10 ans puis séquestrée pendant huit ans, a suscité l’émoi partout dans le monde. A 22 ans, Natascha Kampusch raconte son calvaire dans un livre autobiographique poignant, intitulé « 3096 jours ». Réunis dans un restaurant parisien, les journalistes invités pour rencontrer Natascha Kampusch attendent la principale intéressée. La maison d’édition en profite pour les mettre en garde : aucune question d’ordre sexuel sur ses relations avec son ravisseur, Wolfgang Priklopil. La jeune femme s’installe enfin, sa traductrice à ses côtés, comme un ange gardien. Le regard mal assuré, son sac sur les genoux, elle revient sur son traumatisme et son quotidien de rescapée. Malgré une incroyable force mentale, elle avoue « ressentir encore parfois des séquelles » de cette expérience cauchemardesque auprès d’un homme « qui détestait les femmes, mais qui était honnête. » Libérée de ses chaînes, elle ne tente plus de le comprendre. « On ne peut plus changer ce qui est arrivé. Ce qui est arrivé est arrivé », précise-t-elle avec froideur. « Les gens aiment tirer un plaisir des souffrances des autres », affirme-telle, ajoutant ne pas comprendre l’engouement des médias pour son histoire. Libre mais fragile Aujourd’hui, Natascha Kampusch vit seule dans un appartement viennois. Privée d’environnement social pendant plus de huit ans, elle éprouve de grandes difficultés à créer des liens avec des personnes de son âge. « Les jeunes que je peux rencontrer font preuve d’animosité et sont faux. Ils sont superficiels et je dois me protéger contre leurs intentions parfois malveillantes. » Le réconfort, elle le trouve auprès de sa maman avec qui elle entretient « une relation positive et bonne ». Une thérapeute l’aide également « à gérer ce qui (lui) est arrivé » et surtout à « appréhender le présent » afin de « consolider (son) identité ». Le futur ? Natascha Kampusch refuse toute projection pour l’instant. Après avoir animé une émission de talkshow, elle a envisagé de suivre des études de psychologie. « Je ne sais pas ce que je souhaite faire », ajoute celle qui, privée de scolarité, prépare l’équivalent du baccalauréat. Quant à une éventuelle vie de famille, la jeune femme préfère éluder la question. « C’est une responsabilité très grande. Il faudrait que je sache à 100% si je suis à la hauteur. Et j’aurai toujours la crainte que quelque chose puisse arriver à (mon) enfant. » Lui laisser le temps de se reconstruire, voilà sans doute ce que demande cette miraculée. « Je suis simplement heureuse de m’en être sortie. J’ai commencé un nouveau chapitre de ma vie. Mais je n’ai pas encore écrit le premier mot », conclut-elle, esquissant un timide sourire. J.-C. LATTES SON LIVRE 3096 jours, Natascha encadre blanc Kampusch, éd. JC Lattès. Le 2 mars 1998, sur le chemin de l’école, Natascha TRILLER Kampusch est enlevée Texte par Wolfgang Priklopil, encadre un technicien autrichien. blanc Enfermée dans une cave de 5m 2, elle subit des violences IIIII corporelles et psychologiques. PLUS Elle réussit à s’échapper en Texte août 2006. Son tortionnaire se suicide quelques heures après son évasion. Natascha Kampusch raconte ses huit ans de détention dans 3096 jours. SÉLECTION



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :