Direct Soir n°844 3 nov 2010
Direct Soir n°844 3 nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°844 de 3 nov 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Largo Winch : bulles et champagne !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
PHOTOGRAPHIE CHASSEUR D’IMAGES Direct Soir n o 844•Mercredi 3 novembre 2010
Pendant quatre ans, Bruno Calendini est parti chasser des images de la faune africaine. De ce périple est né, il y a deux ans, un livre, « Sauvages », qui vient d’être réédité. Tout a commencé en 2005. La photo numérique avait encore besoin de faire ses preuves. C’est dans ce but que le magazine Le Monde de la photo a envoyé une première fois le photographe Bruno Calendi en terre africaine, sur les berges du delta de l’Okavango, seul fleuve à se jeter non pas dans la mer, mais dans le désert. Un lieu privilégié pour observer la faune qui vient s’y désaltérer. Patience et longueur de temps Quelques mois plus tard, ce reportage, qui visait à convaincre de la possibilité de faire des photos de qualité en numérique, en apporte la preuve éclatante à l’occasion du Festival international de la photo animalière et de nature de Montier-en-Der (Haute-Marne). Une sélection de trente photos est exposée en grand format et fait sensation. Aussitôt, un éditeur propose à Bruno Calendini de repartir et de faire un livre. Quatre ans et plusieurs voyages seront nécessaires pour réaliser les quelques dizaines de milliers de photos qui donneront naissance à l’album Sauvages. En Afrique, les animaux se laissent approcher de très près, mais à bord de véhicules, dont la proximité ne les effraie pas. A pied, l’homme redevient un prédateur dont ils repèrent la présence de loin et qu’ils fuient. C’est donc dans une sorte de jeep sans carrosserie que le photographe est parti à leur recherche. Au fil des semaines, il apprend à s’adapter à ce défi qu’est la photo animalière, un genre à part entière dans lequel on ne maîtrise rien. « Les animaux ne posent pas. Il faut s’adapter aux conditions, connaître leur comportement », raconte Bruno Calendini. Une véritable observation des habitudes de chaque espèce permet d’anticiper, de connaître et d’attendre cet instant où deux lions viennent se câliner, où un léopard part en chasse… Avec beaucoup de patience, on peut ainsi être présent au bon moment. « Certaines photos ont été pensées des mois à l’avance », souligne Bruno Calendini. De la patience donc, une bonne préparation liée à une véritable connaissance du sujet et, le moment venu, beaucoup d’improvisation, car l’image vient rarement telle qu’on l’avait prévue. Réinventer la photographie animalière A l’origine, Bruno Calendini n’est pas un photographe animalier. Ce qui caractérise son travail, c’est qu’il ne cherche pas à cerner un comportement, mais à porter un autre regard, à saisir une image qui soit belle et qui n’ait pas déjà été faite. Vitesse lente pour un effet flou, grand PHOTOS : B. CALENDINI RENCONTRE angle ou au contraire téléobjectifs pour les portraits de loin… Le photographe tenait « à rythmer [son] travail », à le varier. Le photographe s’est même fait fabriquer un système de télécommande lui permettant de faire fonctionner son boîtier accroché au bout d’une perche de preneur de son. Pour donner vie au livre, la sélection s’est ensuite faite selon une démarche plus esthétique que comportementaliste. Enfin, tout un travail d’optimisation de l’image par le recadrage, le virage de couleur (passage au sépia), et de désaturation (pour adoucir les couleurs) a été réalisé. Pour Bruno Calendini, ces étapes ne dénaturent pas la photo, mais permettent au contraire de lui donner une interprétation personnelle, de « rapporter des sensations de ce [qu’il a] vécu. » Sauvages, Bruno Calendini, éditions Eyrolles et Le Monde de la photo, 36 € (www.vision-sauvages.com). EXPOS Bruno Calendini sera au Salon de la photo, du 4 au 8 novembre, Porte de Versailles (stand C17). Il expose également jusqu’au 7 novembre à la Maison des arts d’Evreux (27), place du Général-de-Gaulle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :