Direct Soir n°829 12 oct 2010
Direct Soir n°829 12 oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°829 de 12 oct 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Justin Timberlake, homme de réseaux

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
INNOVATION INTERNET À CHACUN SES RÉSEAUX SOCIAUX Ils s’appellent Dogster, Curse ou myYearBook et s’annoncent comme les nouveaux rivaux de Facebook et de Twitter. Depuis trois ans et l’explosion des plates-formes sociales, plusieurs centaines de ces sites thématiques ou alternatifs ont fait leur apparition sur la Toile. Depuis l’ouverture de Facebook à l’ensemble des internautes, la popularité des réseaux sociaux est sans appel. Le site de Mark Zuckerberg, qui a inspiré le film The Social Network (lire p.6-7), compte un demi-milliard de membres dans le monde (dont plus de 15 millions en France) et plus de 20 milliards de messages ont été postés sur Twitter. Attirés par ce juteux marché, de nouveaux sites ont fait leur apparition. Et pour se faire une place, ils ont trouvé une stratégie imparable : la spécialisation. Il y en a des centaines et pour tous les goûts, des plus classiques aux plus insolites. Aux Etats-Unis, il existe déjà des réseaux sociaux consacrés aux jeux Direct Soir n o 829•Mardi 12 octobre 2010 12 vidéo, comme Raptr ou Curse, à la pêche et à la chasse (GoFISH, et bientôt GoHUNTn) ou aux mamans (CafeMom). Apple a récemment créé Ping, pour les utilisateurs de son logiciel de gestion de musique iTunes. Les malades peuvent se retrouver sur PatientsLikeMe, pour échanger sur leurs symptômes et leurs remèdes. Les pilotes d’avion se retrouvent sur myTransponder… Même les fumeurs de marijuana ont leur propre réseau social, PotSpace. « Beaucoup de réseaux privatifs se sont créés après l’arrêt de Ning, un service de création de réseau social (voir encadré,ndlr), analyse Eric Delcroix, expert en réseaux sociaux. Le phénomène est aussi lié à la notion de pouvoir. Un internaute ou une société qui crée un réseau social va pouvoir gérer sa communauté, la diriger. » Un public plus ciblé, mais moins étendu Peu à peu, le Web français voit naître lui aussi ces réseaux sociaux thématiques. C’est le cas par exemple de Beboomer, ciblé sur les personnes de plus de 45 ans, ou de Drawin, un jeune réseau d’artistes. Néanmoins, leur succès en France reste à prouver tant leur accroissement est à double tranchant. On peut effectivement y toucher un public plus ciblé, mais aussi plus restreint. Plus généralistes, Facebook, Twitter ou MySpace gardent un atout : le nombre de leurs membres. Eric Delcroix en prend pour exemple son expérience personnelle. « Je suis inscrit à deux sites de microblogging (diffusion de petits messages en temps réels,ndlr), Twitter et Identi.ca. Je n’utilise que Twitter car c’est celui sur lequel je vais toucher le plus de gens. » D’autant que les géants ont plus d’un tour dans leur sac. Mercredi dernier, Facebook a apporté des modifications sur sa fonction « Groupe ». Désormais, les membres d’un groupe (page sur un centre d’intérêt, un événement, une cause) peuvent mieux gérer leur flux d’informations et de partage, comme un petit réseau social dans le réseau social. Un bon moyen de couper l’herbe sous le pied de ses concurrents potentiels.
LEGENDES ALTERNATIVE Les quatre créateurs de Diaspora. LES ANTIFACEBOOK Ils sont quatre, âgés de 19 à 22 ans, et étudient à l’Institut courant de mathématiques de l’université de New York. Il y a quelques mois, Max Salzberg, Dan Grippi, Ilya Zhitomirskiy et Raphael Sofaer se sont lancé un pari fou : concurrencer Facebook, le premier réseau social du monde. Leur réseau, Diaspora, mise sur la protection des données personnelles sur le Web, point noir du leader. Pour cela, il fonctionnera sur un petit logiciel, pour que les données ne soient pas indexées sur les moteurs de recherche. En quelques semaines, ils ont récolté plus de 200 000 dollars (143 000 euros), pour financer leur projet. Son lancement est une question de jours. E. AUDRAS/ONOKY/PHOTONONSTOP DIASPORA B. MARGOT/AP/SIPA VIE PROFESSIONNELLE L’ESSOR DES PLATES-FORMES PRO CES SITES PERMETTENT DE TROUVER DES CLIENTS OU UN EMPLOI, DE SOIGNER SON E-RÉPUTATION… Les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn, Viadeo ou Xing attirent de plus en plus de membres chaque année. Ces derniers veulent développer leurs contacts ou trouver un job. INITIATIVE DEVENIR MAÎTRE À BORD Parmi les réseaux sociaux spécialisés, les plates-formes professionnelles tirent leur épinglent du jeu. LinkedIn, Xing ou encore le français Viadeo permettent de développer son réseau professionnel ou trouver des clients. « Les réseaux grand public sont super, mais on ne peut pas vraiment gérer le côté pro, explique Olivier Fécherolle, directeur général de Viadeo. Il suffit de remplir son profil et nous nous chargeons de le faire apparaître auprès des clients ou des recruteurs. » Ces sites permettent de se créer une carte de visite en ligne, de trouver des clients ou un emploi et de soigner son e-reputation (personnal branding). Et ça marche. Benjamin Catel, 25 ans, a trouvé un poste de trafic manager (gestion de la publicité pour des sites Internet) grâce à ces réseaux. « Ça m’a pris une vingtaine de minutes pour créer mon profil. J’ai inscrit les éléments les plus importants de mon CV, comme mon poste et mon employeur, ainsi que mes hobbies. Deux jours après une mise à jour, j’ai été contacté par un chasseur de tête. Aujourd’hui, je suis en CDI, mais je continue d’être sollicité. » Les réseaux sociaux professionnels connaissent une progression semblable à celle de Facebook. Le français Viadeo compte 30 millions de membres (3,7 millions en France), et 30 000 nouveaux membres par jour. Son concurrent américain LinkedIn en dénombre 70 mil lions et l’allemand Xing, 7 millions. Des réseaux gérés comme des blogs. Pas besoin d’être Marc Zuckerberg, le créateur de Facebook, pour devenir un magnat des réseaux sociaux. Avec des services comme Grou.ps ou Ning, chaque internaute peut se créer son propre site de réseau social. Ces platesformes hébergent les réseaux personnels de la même manière que les blogs le sont sur WordPress ou Skyblog. Fort de son succès, Ning est même devenu un service payant. BOURGEOIS/ISOPIX/SIPA RAPTR 2010 DOGSTER, INC. 2010 APPLE INC. DRAWIN BAKESPACE INC. MY YEARBOOK SÉLECTION TECHNOLOGIES QUEL RÉSEAU SOCIAL ÊTES-VOUS ? Raptr est une communauté de passionnés de jeux vidéo. Dogster rassemble 700 000 passionnés de la gent canine. Sa devise : « Pour l’amour du chien. » Ping, le réseau des utilisateurs du logiciel iTunes d’Apple (musique) revendique déjà un million de membres. Drawin permet aux artistes de partager leurs créations. Les gourmands aussi ont leur réseau social, BakeSpace. Ils y échangent leurs recettes de cuisine. 25 millions d’adolescents américains sont inscrits sur myYearbook, pour faire des rencontres.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :