Direct Soir n°827 8 oct 2010
Direct Soir n°827 8 oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°827 de 8 oct 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : Entretien avec Laurent Blanc : les mots du « président »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
ENJEU ANNECY 2018 PASSE LA VITESSE SUPERIEURE Direct Soir n°827• Vendredi 8 octobre 2010 22
Sommé de revoir sa copie sous peine d’être éliminé de la course à l’organisation des JO d’hiver 2018, Annecy 2018 a fait fort. Avec une nouvelle carte des sites, un nouveau slogan et une nouvelle approche, la France se reprend à rêver. TEXTE> GÉRALD MATHIEU PHOTOS > DR A battu, taclé, vexé, pour ne pas dire un brin humilié, en juin dernier, après les réserves émises sur son compte par le Comité international olympique (CIO), Annecy 2018 a rectifié le tir. Et s’est repositionné comme par miracle dans la course à l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2018. Sommée de revoir sa copie sous peine d’être écartée de la liste des finalistes au profit de Munich (Allemagne) et Pyeongchang (Corée du Sud), la direction de la candidature française a donc dévoilé, lundi, un projet new-look, resserré et remodelé. Assorti d’un nouveau slogan : « La neige, la glace et vous ! » « Nous proposons au CIO ce que nous avons de mieux et de plus compact pour répondre à ses attentes », détaille Edgar Grospiron, champion olympique de ski de bosses 1992, devenu directeur général d’Annecy 2018. « Nous avons recentré nos sites sur deux pôles, Chamonix et Annecy, en nous efforçant de garder les familles « neige » et « glace » ensemble. Les distances qui lient les sites de compétition à l’hébergement des athlètes ont été concentrées. Avec cette candidature valeur sûre, nous avons de belles chances d’aller au bout. » UNE NOUVELLE IMPULSION « Le fait d’avoir un dossier qui réponde aux exigences du CIO donne un élan, une force et une impulsion nouvelle, s’enthousiasme Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français. Tout le monde y croit de nouveau. Le message sera plus facile à faire passer. » En particulier à l’international, terrain d’expression capital pour tenter de convaincre les membres influents du CIO. Depuis un mois, justement, Annecy 2018 semble être perçu différemment. Alors que la candidature de Pyeongchang est désormais jugée trop agressive et que celle de Munich ANNECY 2018 : LA NOUVELLE CARTE DES SITES commence à s’essouffler, celle d’Annecy reprend du poil de la bête. De Zurich, où se tenait la réunion technique de la Fédération internationale de ski, à New Delhi, qui accueille les Jeux du Commonwealth, en passant par Singapour, qui organisait les premiers Jeux olympiques de la jeunesse, les premiers échos sont plus que favorables. DES SONDAGES À LA HAUSSE « La popularité d’Annecy à l’international remonte dans les sondages », souligne Antoine Dénériaz, champion olympique 2006 de descente et ambassadeur du dossier français. « Les gens commencent à se rappeler de nous. C’est un nouveau départ. » Pour faire passer le message avec tact, l’État français a même nommé une ambassadrice, Michèle Ramis, chargée des relations internationales. Histoire d’afficher une nouvelle french touch. « J’essaie d’expliquer les atouts de notre candidature de manière cordiale, explique-t-elle. Les Français sont perçus comme étant arrogants et repliés sur eux-mêmes. Nous, nous ne sommes pas dans cette posture. » Annecy 2018 a désormais jusqu’au 11 janvier, date de dépôt des dossiers, pour peaufiner sa copie. Quant à l’heureux élu, son nom sera connu le 6 juillet prochain. Le suspense reste entier.• JO D’HIVER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :