Direct Soir n°822 1er oct 2010
Direct Soir n°822 1er oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°822 de 1er oct 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : Didier Drogba : le king de Chelsea

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
TÊTES D’AFFICHE HARLEM GLOBETROTTERS SHOW DEVANT ! Depuis plus de 80 ans, les Harlem Globetrotters font frissonner de plaisir des millions d'amateurs de basket et de show à l'américaine. Véritable mythe vivant, cette équipe pas comme les autres sera de retour en France, ce week-end, pour une tournée de huit jours. Coup de projecteur sur cette institution avec George Eddy, la voix du basket US en France. PROPOS RECUEILLIS PAR > GÉRALD MATHIEU PHOTOS > DR Une fois n’est pas coutume, c’est l’équipe visiteuse qui mettra, demain, le feu à Marseille. Pour la première date française de leur tournée 2010, les Harlem Globetrotters débuteront leur show dans la cité phocéenne. Avant d’enchaîner avec Montpellier, le dimanche 10 octobre, Bordeaux le lundi 11, Rouen le mardi 12, Nantes le mercredi 13, Dijon le jeudi 14, Lille le vendredi 15 et enfin, Strasbourg, le samedi 16. Comme depuis deux ans, c’est à George Eddy, la voix du basket américain sur Canal+, qu’a été confiée l’animation de ce spectacle made in USA en France. Visite guidée du « monument » Harlem Globetrotters, par Mister Eddy. UN PAN DE LA CULTURE « Les Harlem Globetrotters occupent une grande place dans la culture US. Comme Holiday on Ice, ils font partie des grands spectacles mondialement Direct Soir n°822• Vendredi 1 er octobre 16 connus. Quand on parle des Harlem Globetrotters, franchement, il n’y a pas grand monde qui ne sait pas ce que c’est. La NBA a même noué un partenariat avec eux, car ils représentent la culture historique du basket américain. Quand tout a commencé dans les années 1920 (en 1926,ndlr), c’était la meilleure équipe au monde. Elle régnait bien avant l’apparition des équipes pros (en 1946). Avant d’être admis en NBA, les joueurs noirs évoluaient uniquement au sein des Harlem Globetrotters. C’est < COMME HOLIDAY ON ICE, LES « HARLEM » SONT MONDIALEMENT CONNUS. >
dans les années 1950 qu’ils sont devenus plus showmen que basketteurs. Et que leur spectacle s'est transformé en un show beaucoup plus familial. Et comme toutes les grandes traditions, les Harlem Globetrotters sont toujours à la mode. » DES JOUEURS AVANT TOUT « Même si ce sont des showmen, les Harlem Globetrotters sont tous Illustrations DUME RECYCLAGE DU VERRE. D’avance merci pour votre tri ! Le verre bien trié : on a tous à y gagner ! de vrais joueurs de basket, avec un passé universitaire américain. Parfois même, ils ont évolué en Europe ou carrément en NBA. Certains en sont au début de leur carrière, d’autres à leur terme. En 1958, un gars comme Wilt Chamberlain (légende NBA), par exemple, a disputé une saison chez les Harlem Globetrotters, avant de passer pro. Cette saison, on retrouve John Linehan, champion de France avec Cholet en 2010. Mais aussi Kareem Reid, meilleur passeur du Fondés en 1926, les Harlem Globetrotters viennent en réalité de… Chicago ! Jusqu’en 1950, cette équipe domine le basket nord-américain. Mais l’entrée en NBA du premier joueur noir, Chuck Cooper, va bouleverser la donne. Progressivement, les meilleurs joueurs du pays vont intégrer les rangs des franchises NBA pour délaisser les Harlem Globetrotters. Les championnat de France de Pro A avec Vichy lors de la saison 2009-2008. Ou encore Jamario Moon, qui a été l’un des coéquipiers de Lebron James à Cleveland. Tous sont de vrais pros, à tout point de vue. Côté spectacle, mais surtout côté sportif car il faut du sérieux et une parfaite hygiène de vie pour tenir la cadence. Les Harlem Globetrotters sont donc principalement recrutés en fonction de leurs dons. Les petits dribbleurs ultrarapides, les jeunes à la détente hors du commun, les gars qui font tourner le ballon sur un seul doigt, ceux qui shootent du milieu de terrain ou encore ceux qui sont capables de récupérer la balle un mètre au-dessus du panier, sont des profils très recherchés. Et les dunkers font partie des tout meilleurs au monde. Moi, j’ai toujours dit que si les Harlem Globetrotters jouaient sérieusement, ils auraient le niveau de la Pro B en France. » Triez le verre et gagnez des verres collector ! Venez déposer vos bouteilles ou bocaux en verre usagé à notre stand dans l’un des marchés d’arrondissement sélectionné. En échange, vous recevrez 2 « verres de Paris » en édition limitée et 1 sac de pré-collecte. Retrouvez la liste des dates et marchés sélectionnés sur www.pizzorno.com UN MYTHE QUI N’A PAS PRIS UNE RIDE Vendredi 17 septembre Marché Place de la Bourse (2 e arr.) Samedi 18 septembre Marché Saint Honoré (1 er arr.) Dimanche 19 septembre Marché couvert des Enfants Rouges (3 e arr.) Mercredi 22 septembre Marché Charonne (11 e arr.) Samedi 25 septembre Marché place Baudoyer (4 e arr.) Samedi 2 octobre Marché Villette (19 e arr.) Dimanche 3 octobre Marché Poniatowski (12 e arr.) Dimanche 10 octobre Marché Réunion (20 e arr.) BASKET quelques clowneries et autres facéties développées jusqu’alors deviennent leur marque de fabrique. Numéros de haute voltige, smashs spectaculaires, passes et dribbles ahurissants, jump-shoot surnaturels, séquences divertissantes : les Harlem Globetrotters deviennent LA référence sportivo-comique en la matière. Une réputation jamais démentie. DES GAGS À GOGO « Chaque année, l’effectif évolue suivant de nouveaux critères. Mais ce qui ne change pas, c’est le côté théâtral, car les joueurs disputent un match fictif. Ils passent leur temps à chambrer l’arbitre. La mascotte de l’équipe fait appel aux gamins, qui participent ensuite aux gags. On retrouve également la notion de bons et de méchants. Les bons, ce sont les Harlem Globetrotters. Les méchants, c’est l’équipe adverse. Et le grand méchant loup, c’est le coach adverse qui insulte le public ! Le tout avec une musique moderne pour une ambiance de fête. Bref, ce n’est pas réservé aux aficionados du basket. C’est surtout l’occasion idéale de passer une soirée de deux heures typiquement américaine, en famille, et sans vulgarité. Dans une salle chaleureuse et rigolote. Ce qui est assez rare aujourd’hui. Les jeunes de 8 à 14 ans sortent éblouis des salles. Leurs parents, pareil. Ça réunit les générations ! Et à la fin du spectacle, les joueurs sont accessibles et prennent le temps de signer des autographes pendant une bonne demi-heure. Les Harlem Globetrotters, c’est comme la glace à la vanille : ce n’est pas possible de ne pas aimer ! » •



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :