Direct Soir n°820 29 sep 2010
Direct Soir n°820 29 sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°820 de 29 sep 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Raphael, de l'orage dans l'air

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
SPORT Le parachutiste autrichien Felix Baumgartner se prépare à sauter à 36,5 km d’altitude à une vitesse de plus de 1100 km/heure. Visionnez le trailer 12 Lumpur en Malaisie, de la statue du Christ rédempteur à Rio de Janeiro, du viaduc de Millau, etc. –, Felix Baumgartner a décidé d’aller encore plus loin et surtout encore plus haut. Il s’agit cette fois de monter à la limite extérieure de la stratosphère, d’où il effectuera un saut en chute libre à une vitesse qui pourrait dépasser Mach 1.0 (plus de 1 100 km/h), avant de terminer par une descente en parachute vers la Terre. Avec ce saut historique de 36,5 km d’altitude, l’Autrichien pourrait battre quatre records : celui de la plus longue chute libre, celui du saut le plus haut jamais réalisé, le record d’alti- (en anglais) LE GRAND SAUT avoir sauté d’un peu partout dans le tude en ballon habité et celui de vitesse Dépasser le mur du son en chute libre, c’est le pari fou de l’Autrichien monde – des tours Petronas à Kuala en passant le mur du son. Ces exploits Felix Baumgartner. Actuellement en phase de préparation aux Etats- Unis, ce parachutiste confirmé, spécialiste de base jump, espère se jeter dans les airs d’ici à la fin de l’année. Si cette mission, baptisée Red Bull Stratos, réussit, quatre records du monde seront battus. Au cours des cinquante dernières années, l’homme a accompli de grandes choses, comme marcher sur la Lune. Chose intéressante, personne n’a jamais dépassé la vitesse du son avec son propre corps », affirme Felix Baumgartner. Un défi de taille Direct Soir n o 820•Mercredi 29 septembre que l’athlète autrichien espère relever dans les prochains mois. Spécialiste de chute libre et de base jump, cet Autrichien de 41 ans s’est notamment fait connaître en 2003 en réussissant la traversée de la Manche en chute libre, équipé d’une aile rigide en carbone. Après G. MILAN/RED BULL PHOTOFILES L. AIKINS/RED BULL PHOTOFILES appartiennent à l’Américain Joseph Kittinger qui, le 16 août 1960, a sauté d’une altitude de 31 300 mètres, effectuant une chute libre de 4 minutes et demie (il a ouvert son parachute à 5 500 mètres) avec une pointe de vitesse de 988 km/h. Selon lui, il aurait franchi le mur du son, mais cela n’a jamais été formellement établi. Depuis, personne n’a fait mieux. À la frontière de l’espace Comme son prédécesseur, avec qui il travaille aujourd’hui sur ce projet, baptisé Red Bull Stratos (démarré en 2004), Felix Baumgartner rejoindra la stratosphère à Pour préparer son saut, Felix Baumgartner s’est entouré d’une équipe d’experts et s’est doté d’un équipement pressurisé.
bord d’une capsule portée par un ballon d’hélium. Ce dernier est constitué d’une enveloppe en polyéthylène haute résistance de 0,02 mm d’épaisseur. Suspendue à l’enveloppe du ballon, la capsule, une sphère « pressurisée » de 1,80 mètre de diamètre, recevra l’athlète autrichien. Il s’y tiendra assis durant les deux heures et demie de l’ascension qui le mèneront à 36 kilomètres au-dessus de la Terre. Une fois sorti de sa capsule, son casque, sa combinaison, ses gants et son parachute personnalisé (prévu pour s’ouvrir à une vitesse supersonique) seront sa seule protection. L’équipement sera bien entendu pressurisé pour affronter un environnement où la température peut atteindre -56 °C, où l’oxygène se fait rare et où le sang se met à bouillir. Autant dire que cette mission n’est pas sans danger. Pour préparer son grand saut, Felix Baumgartner s’est donc entouré d’une équipe composée de scientifiques et d’experts de renommée internationale avec lesquels il tente, depuis la naissance du projet Red Bull Stratos, d’éliminer les points obscurs de ce défi. Car aujourd’hui, une inconnue demeure. Comment le corps de Felix réagira-t-il lorsqu’il franchira le mur du son ? Personne ne connaît les effets produits par le passage d’une vitesse transsonique à une vitesse supersonique et vice versa. Une question à laquelle les scientifiques espèrent bientôt répondre dans l’intérêt des futurs vols spatiaux. Car le projet Stratos n’a pas pour unique but d’impressionner le public ou de rassasier un homme en manque de sensations fortes. Cette expérience est aussi et surtout l’occasion de fournir de précieux renseignements pour de futurs programmes spatiaux. Le saut de Felix sera ainsi suivi de très près : tout sera enregistré (température, rythme cardiaque, etc.) afin d’être analysé ensuite par des experts, permettant à terme d’améliorer les combi naisons spatiales entre autres. « Si la mission Red Bull Stratos est un succès, nous pourrons partager de nouvelles données. Un jour, il sera peut-être possible d’organiser le retour sans encombre des astronautes, en cas de problème avec leur fusée », explique Felix Baumgartner. Destination : l’inconnu En attendant, être dans la peau d’un cobaye n’est pas sans risque. Une situation à laquelle l’Autrichien a déjà été confronté, mais qui ne l’empêche pas d’éprouver quelques angoisses. « La veille d’un saut risqué, je ne peux m’empêcher de penser que ce sera peut-être ma dernière soirée », reconnaît Felix Baumgartner avant de poursuivre : « L’issue peut être fatale. » Malgré cette prise de risque incommensurable, aujourd’hui, ils sont deux à vouloir se jeter dans l’inconnu. Outre Felix Baumgartner, le Français Michel Fournier, 66 ans, travaille lui aussi sur ce défi depuis plus de vingt ans. De nombreuses tentatives ont d’ailleurs déjà été faites (2002, 2003 et 2008), mais toutes ont échoué en raison de problèmes techniques ou à cause des conditions météorologiques. La quatrième tentative de Fournier pourrait avoir lieu d’ici à la fin de l’année, comme la première de l’Autrichien. Reste à savoir qui tombera du ciel le premier ? E. ROBERT/DIRECT 8 J.-P. THOMAS/ICON SPORT P.PERUSSEAU/ICON SPORT A. GADOFFRE/ICON SPORT LE CHOIX DES MOTS LE CHOIX DU PRÉSIDENT LE CHOIX DU SAMEDI ➲ LE CHOIX D’AVENIR « Y’A PAS QUE LE FOOT Moqueur, le président Aulas ! Devant la frange la plus intransigeante de son public refusant de quitter le stade de Gerland et réclamant la tête d’un entraîneur indéfendable après un revers 1-0 face à l’ennemi stéphanois, « JMA » a empoigné le micro et tenu un vrai meeting. Vert de rage, le président leur a rappelé que son club, qui a perdu contre Saint-Etienne pour la première fois depuis seize ans, hume les pelouses de la Ligue des champions, tandis que les Stéphanois se contentent d’y participer sur console de jeu ! DÉFI DANS LA VIE… ET POURTANT » PAR CHRISTOPHE PACAUD JOURNALISTE RTL Demain, Laurent Blanc dévoilera la liste des joueurs retenus en vue des deux matchs de qualification pour l’Euro 2012 de l’équipe de France, face à la Roumanie et au Luxembourg. Après avoir géré les absences des bannis, des mutins, et fait en fonction des suspensions et les blessures, le sélectionneur devrait certes conserver la formation victorieuse en Bosnie, mais en ajoutant peut-être une valeur sûre devant le but, le toujours vert David Trezeguet ou un diamant brut couleur émeraude, Dimitri Payet… J’aime le parfum de C1 qui flotte en ce moment sur notre championnat, ainsi que l’attente suscitée, ces derniers temps, par nos rendez-vous du week-end, à l’image de ce Saint-Etienne-Marseille, samedi soir. D’un côté, la nostalgie 1976 et de l’autre, l’unique vainqueur du plus prestigieux des trophées européens en 1993. L’OM dans un chaudron stéphanois surchauffé… Replongeons avec délectation et sans retenue dans ce qui constitua, durant longtemps, les plus belles heures des rares grandes soirées foot. Choisir. Cruel dilemme, surtout lorsqu’on est le descendant de l’un des plus célèbres n°10 de l’histoire du football. Enzo Zidane, 15 ans, qui possède la double nationalité franco-espagnole, voit les portes de deux sélections s’entrouvrir. L’Espagne le presse et le marque à la culotte, la France lui fait les yeux doux de loin. Patience, le temps de la décision interviendra à 21 ans. Mais parfois, le choix est si cornélien que certains prennent le contre-pied. Samedi soir, au Stade de France, Yannick Noah, ovationné par plus de 80 000 personnes, a décidé de porter un maillot argentin frappé d’un n°10 dans le dos. Pourquoi pas, finalement...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :