Direct Soir n°812 17 sep 2010
Direct Soir n°812 17 sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°812 de 17 sep 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (212 x 281) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : 1/2 finale Coupe Davis France - Argentine, à nous la victoire !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
EXTRÊME Pour traverser les Alpes, la Transalpine Run emprunte les chemins de trois pays : l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Le départ a été donné le 4 septembre, à Ruhpolding (Allemagne), et le raid s’est achevé 8 jours plus tard, à Sexten (Italie). Les 150 binômes ont escaladé l’équivalent de 3,5 fois le mont Blanc. TRANSALPINE RUN ENSEMBLE VERS 150 duos de coureurs ont I’m on the highway to hell… » Il bras, à la limite des larmes. D’autres traces de Hannibal, ce fameux général est 7 h 59, au cœur des Dolomites, plaisantent, avec, eux aussi, de l’émotion plein les yeux. Tous savent qu’il Christ. Un défi solitaire, contre ses pro- carthaginois du II bouclé, la semaine dernière e siècle avant Jésusquand les vociférations d’AC/DC brisent le silence des montagnes leur reste 33 km et un col de 2 405 pres limites physiques et mentales, en Italie, l’un des ultratrails les plus difficiles au à blanc par des basses dignes d’une interminable épopée. À la différence des autres « ultra », du Tyrol. 300 coureurs, chauffés mètres à franchir avant la fin de leur mais aussi et surtout collectif. discothèque, se rassemblent telle une dans la Transalpine, les participants monde. La Transalpine Run, meute, au cœur de Niederdorf im Pustertal. Le nom de cette pittoresque cité Nous sommes samedi 11 septembre, mais avoir plus de 2 minutes d’avan- SUR LES TRACES DE HANNIBAL courent en binôme. Ils ne doivent ja- c’est la traversée des Alpes, ne l’indique pas, mais on se trouve en jour de la dernière épreuve, celui que ce (ou de retard) sur leur coéquipier. en 8 jours et 300 km. Italie, en compagnie des participants les coureurs ont souligné en rouge « Pour les sportifs lambda, ce n’est de la Transalpine Run, l’un des ultratrails les plus difficiles au monde. trois heures pour les meilleurs, beau- Taillandier, seul représentant français. dans leur calendrier. Dans moins de pas un désavantage, assure Patrick Reportage dans les pas de 8 étapes en 8 jours, plus de 300 km à coup plus pour les autres, ils seront, si Être accompagné, ça calme l’appréhension. Tout seul, je n’aurais jamais ces trailers qui ont décidé avaler au total, avec 17 700 mètres tout se passe bien, des finishers. de défier l’enfer… à deux. de dénivelé positif… L’accomplissement d’un rêve : traverser les Alpes en suivant, comme l’as- Aujourd’hui, je sais que je suis capable osé me lancer dans une telle aventure. Une minute avant le départ, certains des concurrents se prennent dans les sure la brochure de l’organisation, les d’endurer de tels efforts. » Son parte- TEXTE > GEOFFROY BRESSON, ENVOYÉ SPÉCIAL À SEXTEN (ITALIE) PHOTOS > KELVIN TRAUTMAN Direct Soir n o 812 Vendredi 17 septembre 20
L’ENFER naire est un pote de galère (ou de bonheur, tout dépend quel point de vue on adopte…) : l’Allemand Patric Matuszic. Avec lui, ce quadragénaire a déjà bouclé plusieurs marathons. Mais l’ultra-trail, c’est le niveau au-dessus. Un peu comme leur Everest. ACCROCHÉS À UNE CORDE… « Pour courir à deux, commente le Français, l’important est d’avoir des caractères complémentaires. Avec la fatigue, on devient plus susceptible. Il faut savoir lire son partenaire. Comprendre, par exemple, quand il a envie de parler. Au bout de quatre jours, on n’a même plus besoin d’ouvrir la bouche pour savoir ce que pense l’autre. » Top départ. Les rides creusées par 50 heures d’effort depuis une semaine, les 150 binômes quittent Niederdorf. Épuisés, certains se font tirer par leur binôme, accrochés à une corde. D’autres se tiennent par les bâtons. Les plus fringants, eux, se relaient pour tenir la cadence. « Lancer des duos assure plus de sécurité sur une telle épreuve, ajoute Heini Albrecht, organisateur. En pleine montagne, il y a toujours quelqu’un pour vous aider en cas de problème. Et puis, réussir un exploit avec un partenaire, cela procure aussi une plus grande émotion. » Au sommet du dernier col, à 2 405 mètres d’altitude et 13 km de l’arrivée, Patrick Taillandier ne peut pas résister. Avec son partenaire, il sort une bière du sac. Ils ont réussi, ils ont traversé les Alpes et ont envie de fêter ça comme une bonne vieille victoire dans un match de foot. « Le chrono risque d’en pâtir un peu, avouent-ils en chœur. Mais il fallait qu’on partage encore un moment, un dernier, avant de se lancer dans la descente vers l’arrivée. » 300 KM À PLUS DE 10 KM/H Un peu plus d’une heure plus tard, après 5 h 53 de course, ils arrivent dans la station d’altitude de Sexten. Passée la ligne d’arrivée, ils s’écroulent par terre, puis embrassent le bitume, tandis qu’on les asperge de champagne, comme tous les autres. Les premiers sont là depuis plus de 3 heures. Ils sont anglais : Andy Simons et Tom Owens. Eux ont tenu une moyenne de 12 km/h sur cette dernière étape. Au final, sur ULTRA-TRAIL 8 jours, ces potes de 28 ans, qui se sont entraînés ensemble dans les forêts écossaises pour préparer leur « objectif de l’année », bouclent les 300 km en 28 h 29 (soit une moyenne à plus de 10,5 km/h), reléguant leurs dauphins à 1 heure 30 et les derniers à… 50 heures. « À haut niveau, courir à deux est handicapant pour la vitesse, admet Andy. C’est difficile de s’adapter au rythme de l’autre. Mais avec Tom, nous avons les mêmes cadences en montée et en descente. Nous nous connaissons depuis notre entrée à la fac, il y 10 ans. Dans les courses traditionnelles, on se tire toujours la bourre. Parfois, il gagne. Parfois, c’est moi. » Cette fois, au fin fond des Dolomites, pas de jaloux. C’est ensemble qu’ils soulèvent le trophée. Il est mieux d’être accompagné, quand on réussit à traverser l’enfer…• < TOUT SEUL, JE N’AURAIS JAMAIS OSÉ PARTICIPER. AUJOURD’HUI, JE SAIS CE DONT JE SUIS CAPABLE... > Direct Soir n o 812 Vendredi 17 septembre



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :