Direct Soir n°808 13 sep 2010
Direct Soir n°808 13 sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°808 de 13 sep 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Guns N'Roses immortels

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
SPORT DirectSoir n o 808• Lundi 13 septembre 2010 8
INDÉTRÔNABLE FLESH GORDON Trente-six ans de combats et un titre de champion du monde ont élevé le colosse au rang d’icône du catch français. Une discipline revenue depuis peu sur le devant de la scène, pour le plus grand plaisir de cet amoureux du ring. Discrète depuis les années 1970, la retransmission du catch américain sur la TNT a permis au catch français de tirer son épingle du jeu. Abonnée aux arrière-salles et aux gymnases municipaux, la discipline remplit désormais les Zénith partout en France. « Depuis la média tisation par la TNT, les salles sont devenues trop petites », reconnaît Flesh Gordon, la référence du catch français, avant d’apporter une petite nuance au phénomène : ce sport a toujours bien fonctionné, mais seule la presse locale s’y intéressait. Pour le « Dinosaure » – surnom que lui ont donné ses élèves –, le catch est le sport de combat le plus populaire. En tout cas, nul doute que pour cette masse de 100 kilos au crâne rasé et à la moustache en forme de U retourné, le catch représente toute sa vie. « Je suis tombé dedans à 15 ans, après avoir fait de la boxe anglaise et du pancrace (1). Depuis, je ne me suis jamais éloigné du ring. » Porte-drapeau Aujourd’hui, à 57 ans, Flesh Gordon catche encore quatre fois par mois et s’entraîne quatre à cinq heures par jour. Un régime de champion pour un sportif de haut niveau. Car pour Flesh Gordon, pas question de parler de spectacle. « Bien sûr il existe du catch théâtral, mais ceux qui le pratiquent sont plus des professionnels du spectacle. Pour nous, le catch c’est du sport. Quand on est sur le ring, ce sont de vrais combats. Le côté spectacle réside uniquement dans les costumes, dans notre entrée en musique et dans les noms. » Le sien, il le porte depuis 1982. « A mes débuts, j’avais pris le nom de Super Flèche et en 1982, alors que le film Flash Gordon faisait un tabac, je suis devenu Flesh Gordon. » Depuis, inutile de l’appeler autrement que par son patronyme de catcheur. « Même mes filles m’appellent Flesh ! », s’amuse-t-il. C’est dire si le catch fait partie intégrante de son quotidien. Directeur technique national de la Wrestling Stars (la fédération internationale de catch sportif), à la tête de son école de catch depuis vingt ans, Flesh Gordon est un peu le porte-drapeau de la discipline sur le plan hexagonal. Alors, quand on évoque les accidents de catch dans les écoles, il s’agace : « Les bagarres dans les cours d’école, ça a toujours existé. Dans nos stages de découverte, on explique aux gamins qu’il ne faut pas faire ce que l’on voit à la télé. » Pour lui, si le catch véhicule l’image d’un sport violent ou truqué, c’est avant tout à cause de sa CV FLESH GORDON 1953 : naissance à Villeneuve-Saint- Georges (Val-de-Marne) 1974 : premier combat public 1988 : champion d’Europe par équipe 1992 : champion du monde individuel RENDEZ-VOUS « LE CHOC DES GLADIATEURS » Cette tournée réunit les stars du catch européen et sera le 19 novembre à Troyes, le 21 novembre à Bourges, le 21 janvier 2011 à Reims, le 22 janvier à Mulhouse. CATCH A 57 ans, Flesh Gordon monte encore sur le ring quatre fois par mois. méconnaissance par le grand public. « Quand on met le doigt dans l’œil de son adversaire, le but n’est pas de le lui crever, mais de lui faire lâcher prise, explique le sportif. Même chose pour les chutes. Les gens pensent que l’on fait du bruit en tombant pour que ce soit plus spectaculaire. Pas du tout. On tape sur le ring pour envoyer des ondes sur le sol afin de ne pas ébranler le cerveau. » On l’aura compris, le ring c’est son truc. Reste à savoir pour combien de temps. Pourtant, même si Flesh Gordon avoue songer à la retraite, il reste en pleine forme : « Quand je m’entraîne avec les jeunes, j’oublie mon âge. » Le « Dinosaure » n’est donc pas près de s’éteindre et s’il doit se résoudre un jour à descendre du ring, gageons qu’il n’en restera jamais bien loin. (1) un sport de combat



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :