Direct Soir n°807 10 sep 2010
Direct Soir n°807 10 sep 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°807 de 10 sep 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : Entretien avec José Mourinho spécial et unique

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
4 e ÉDITION RENCONTRES EDF HANDISPORT D É C O U V R I R É C H A N G E R P R A T I Q U E R 10 11 SEPTEMBRE PARVIS DE L’HOTEL DE VILLE DE PARIS de 9H00 à 18H30 ENTRÉE LIBRE 30 DISCIPLINES SPORTIVES EN PRÉSENCE DES ATHLÈTES DU TEAM EDF TM Avec la participation de la Fédération Française du Sport Adapté Plus d’informations sur rencontreshandisport.edf.com Direct Matin HAVAS SPORTS & ENTERTAINMENT – PHOTO : D. ECHELARD –L. BAHEUX – G. PICOUT – S. KEMPINAIRE
DIRECT SPORT TRAVERSÉE DE LA MÉDITERRANÉE UN RECORD EN VUE Dans son édition de Mercredi, Direct Soir braquait ses dans un tel défi – baptisé Terrésens dispose pas de poste de navigation – que le duo espérait boucler en ou d’habitacle. « Ça, c’est sûr, on n’a projecteurs sur le catamaran de sport de Bourgnon et 60 heures maximum, afin d’établir pas dormi, même si au cours de la un premier record ? « Parce qu’on première nuit, on a pu un peu se reposer quand le vent est tombé. » Lagarrigue, qui tentaient d’établir un record entre Marseille ne parle jamais de ces bateaux (qui et Carthage. Le duo devait toucher terre ce matin. seront au programme des JO 2016, Côté alimentation, les deux hommesndlr), explique Yvan Bourgnon. Mais attendront leur retour à terre pour se TEXTE > STÉPHANE ATTARD PHOTO > DR surtout, parce je souhaitais retrouver les valeurs premières de la voile les barres énergétiques et les fruits payer un bon gueuleton, car seules Marseille, Carthage, la mer Méditerranée, les bateaux de empruntée car, contrairement aux get humains. Sans assistance, sans plus difficile à encaisser, ce ne seront 2,60m, pour 190 kg !) et de la route et revenir à un projet à taille et bud- secs ont été tolérés à bord ! Mais le plage… Pour les cafardeux idées reçues, naviguer sur la Méditerranée n’a rien d’une promenade ce qui s’est passé dans la voile est fa- ou encore les ventres qui crient fami- électricité. Ces dernières années, tout ni les vagues, ni l’intensité de l’effort de la rentrée, pas la peine ne. Mais plutôt l’agression répétée d’en rajouter. La simple évocation de ces mots clés suscite va- des fous », explique Yvan Bourgnon, de cette course au gigantisme où du sel de mer sur les yeux ! de santé. « C’est clair, on passe pour buleux, mais j’en avais un peu marre cances, nostalgie et farniente. Pour Yvan Bourgnon et son acolyte Jérémie Lagarrigue, ces éléments dignes 39 ans, frère de Laurent et ancien vainqueur des Transat Jacques-Vabre, Mini-Transat, Mini-Fastnet et on salue moins la performance humaine que sportive. J’avais envie de LES YEUX EXORBITÉS d’une carte postale évoquent surtout Trans gascogne. retrouver des sensations fortes. » Au cours de cette traversée, qui devait s’achever ce matin au terme que, le sel finit par tout bouffer et on « C’est le truc le plus dur, explique Yvan Bourgnon. Même avec un mas- leur métro-boulot-dodo actuel. Parti mercredi matin à 5 h 52 précises de Marseille, ce duo de marins DES CREUX DE 3 MÈTRES d’une cinquantaine d’heures de navigation (avec un pic à 51,8 km/h !), ne voit plus rien. Sur des raids en mer chevronnés a décidé de s’attaquer à la traversée de la Méditerranée entre la cité phocéenne, donc, et Carthage, en Tunisie, à bord d’un Hobie Cat Fox, injustement considéré comme une vulgaire embarcation de vacanciers. Un défi inédit et un brin insensé, en raison du bateau utilisé (6,10 m sur « C’est un peu extrême de partir au large avec le catamaran de sport de monsieur Tout-le-Monde car, en Méditerranée, la mer est courte et défoncée, poursuit le cadet des Bourgnon. Très vite, on se retrouve avec 3 mètres de creux, on bute dans la vague et on est en permanence sous l’eau. » Alors, pourquoi diable s’être lancé les deux marins en auront eu pour leur argent. « Quand tu prends des paquets de mer non-stop pendant toute la traversée, tu redeviens primaire », poursuit le Suisse ! Quant au sommeil, ce n’est pas la peine d’y penser. Impossible de se reposer sur ce type de navigation qui ne de quatre jours, j’ai le souvenir d’être revenu avec des yeux exorbités… » En attendant de tirer le bilan de cette expérience sans précédent, Bourgnon et Lagarrigue espèrent ouvrir une nouvelle voie. Et donner des idées aux autres marins avides de sensations fortes et en manque de nouveaux frissons.• Direct Soir n o 807 Vendredi 10 septembre• 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :