Direct Soir n°789 23 jun 2010
Direct Soir n°789 23 jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°789 de 23 jun 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Marc Levy : « Rendre les autres heureux »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 CULTURE SÉLECTION CONCERTS Pop, folk et punk rock De passage à Paris, Jack Johnson et Norah Jones raviront les amateurs de pop et de folk. Quant à Green Day, le groupe californien électrisera les amateurs d’une musique survoltée. P.SEEGER/AFP Norah Jones. Green Day. JACK JOHNSON ENCORE SUR LA VAGUE ➔ Ancien surfeur professionnel, Jack Johnson n’a pas quitté le cœur des romantiques amateurs de pop depuis son tube Bubble Toes, qui l’a fait connaître en 2001. Son nouvel album To The Sea vient tout juste de sortir et le songwriter est déjà en tournée. Jack Johnson, en concert les 23 et 24juin à Paris (Zénith). TOUS AMOUREUX DE MISS JONES ➔ La jolie brune aux yeux noisette, fille du joueur de sitar indien Ravi Shankar, découverte en 2001 avec Come Away With Me fera résonner deux soirs durant sa voix douce, avec notamment les titres de The Fall, LIVRE Pour briller en société ➔ Comment s’appelait réellement le bateau de Christophe Colomb ? Pourquoi met-on la main devant sa bouche quand on bâille ? Rackham le Rouge a-t-il vraiment existé ? Qui sait qu’Einstein a rêvé de la théorie de la relativité enfant ? Le journaliste et écrivain touche-à-tout Bruno Costemalle (auteur entre autres de Mais qui a tordu la trompette de Dizzy et autres histoires de jazz, Nova éditions), se permet de répondre à toutes ces questions de manière simple et ludique dans un petit livre à parcourir selon ses envies. Le but d’un tel ouvrage ? Pouvoir briller en société en étalant sa culture allégrement L. CRESPI Jack Johnson. S. SIMONNSEN/AFP son quatrième album sorti en novembre 2009, devant un Olympia conquis. Norah Jones, en concert les 24 et 25 juin à Paris (Olympia). GREEN DAY À L’ATTAQUE ➔ Californiens survoltés considérés dans les années 1990 comme les nouveaux fers de lance de la mouvance punk rock aux côtés d’Offspring, les éternels ados de Green Day, qui ont remporté en 2010 le Grammy Award du « meilleur album rock pour le 21st Century Breakdown », enflammeront le parc des Princes, le 26 juin. Green Day, en concert le 26 juin à Paris (Parc des Princes). devant les yeux ébahis des autres convives, si ce n’est simplement faire passer un étonnant moment de lecture. Culture confiture, Bruno Costemalle, Nova éditions, 12 €. Bruno Costemalle. ED. NOVA MAGAZINE À la poursuite de la découverte ➔ Science, nature, environnement, technologie : autant de sujets que le nouveau magazine de la connaissance Comment ça marche abordera en répondant de manière claire aux questions que chacun peut être amené à se poser. Sur une centaine de pages, le mensuel apporte un nouvel éclairage sur notre monde avec l’aide de spécialistes reconnus sur des sujets variés. Le décryptage idéal de l’actualité. Comment ça marche, Fleurus presse. En kiosques le 26 juin, 3,90 €. ED. DUPUIS ED. FLEURUS BANDE DESSINÉE Une ado particulière ➔ Quand on a 15 ans et qu’on pèse vingt kilos de plus que ses copines, la vie n’est pas tous les jours facile. Mais Tamara ne se laisse pas abattre, d’autant que Diego est amoureux d’elle et qu’elle ne veut pas le perdre. Mais des « amies » malintentionnées vont essayer de les séparer. Avec toujours plus de succès, les auteurs de Tamara (Zidrou au scénario et Darasse au dessin) continuent de développer les aventures de cette adolescente décidément très attachante, qui a aussi investi le Web avec un blog ! Tamara, Oh, le salaud !, t. 8, Zidrou et Darasse, Dupuis, 9,95 €. Directsoir N°789/Mercredi 23 juin 2010 ALBUM Bricoleurs du son ➔ Leurs lives ressemblent à de grandes cérémonies vouées au culte du son et de la lumière. Demi-dieux de la bidouille sonore, Tom Rowlands et Ed Simons des Chemical Brothers viennent de sortir Further, leur septième album. Trois ans après la sortie de We Are The Night, qui leur a permis de décrocher leur cinquième numéro un consécutif dans les charts anglais, les frères du son se paient un voyage à travers quarante ans d’électro, mixant harmonies power pop, rythmes répétitifs à la krautrock et expérimentations venues d’ailleurs. L’alchimie suffit à mettre en orbite leurs auditeurs. Direction planète psychédélique, des premières mesures, pas loin du morse alien, jusqu’à la transe en crescendo d’un live gigantesque dont ils ont le secret. A noter que chacun des huit morceaux a donné lieu à la réalisation de films par Adam « Flat Nose George » Smith, l’homme derrière tous leurs visuels de scène depuis 1994. Further, Chemical Brothers (EMI). DVD Roman de renard ➔ Célèbre voleur de poules, Mr. Fox a beau avoir essayé de ranger au placard ses mauvaises habitudes à la naissance de son fils, l’instinct, plus fort que tout, lui fait reprendre du service. Mais détesté des fermiers des alentours, notre renard va devoir s’appuyer sur ses amis. Entièrement réalisé en stop motion, ce film d’animation apporte une dimension authentique aux animaux. Les images « fabriquées main » s’enchaînent, donnant ainsi du mouvement aux costumes et fourrures des personnages. Certaines séquences ont nécessité trois mois de préparation et autant de tournage. Une adaptation fidèle à l’esprit du roman de Roald Dahl, qui saura séduire petits et grands. Fantastic Mr. Fox, de Wes Anderson, Fox Pathé Europa, 19,99 €.
www.directsoir.net ROMAN Quand Michèle Reiser cuisine l’amour Pour son roman atypique, « Jusqu’au bout du festin », Michèle Reiser a reçu le prix de la Révélation littéraire 2010 décerné par les internautes du site Aufeminin.com. ➔ En décernant le prix de la Révélation littéraire à Michèle Reiser pour son second roman, les internautes du site aufeminin.com saluent un projet original, une romance aussi dérangeante que touchante. En effet, ce récit d’amour contrarié, sujet largement traité dans la littérature, prend une orientation qui ne manque pas d’interpeller. Certes, tout commence comme un conte de fées. Victoire, jeune fille de bonne famille, et Chus, diminutif de Jésus, fils d’immigré espagnol interne en cardiologie, s’aiment. Ils s’apprêtent à se marier. Jusqu’ici tout va bien. Mais Chus tombe malade. Atteint d’un cancer des os, il doit se faire amputer d’une jambe. Dès lors, Michèle Reiser sort des sentiers battus. Chus demande à sa bien-aimée de DVD PATHÉ VIDÉO ED. ALBIN MICHEL Les liens du sang cuisiner et de servir ce membre le soir de leurs noces. En résulte un ouvrage beau et fort, inspiré de son histoire personnelle puisque son époux, le dessinateur Jean-Marc Reiser, est décédé en 1983 de la même maladie. Jusqu’au bout du festin, Michèle Reiser, Albin Michel, 14 €. ➔ Dernière œuvre de Francis Ford Coppola, Tetro met en scène deux frères face à leur destin. Tetro, l’aîné, a choisi de s’exiler en Argentine en changeant d’identité pour oublier sa vie auprès d’un père despotique. Bennie, son jeune frère, le rejoint sans l’avertir. Il veut comprendre ce qui s’est passé. Une vérité pas toujours facile à entendre que la caméra filme en noir et blanc : contraste de sentiments retenus et de révélations fracassantes. Tetro, de Francis Ford Coppola, Pathé Vidéo. Cavalier étude pour la fille de Jephté, vers 1859-1861, sanguine (collection Senn, musée Malraux, Le Havre). CULTURE 11 EXPOSITION Premières esquisses du grand Degas Le musée André-Malraux du Havre expose jusqu’à la fin de l’été une cinquantaine de dessins signés Edgar Degas. Des œuvres de jeunesse annonciatrices de son talent. Loin des danseuses en tutu et des coulisses de l’opéra, le musée André-Malraux du Havre (76) lève le voile sur des aspects moins connus de la carrière d’Edgar Degas. Une cinquantaine de dessins, issus de la collection Olivier Senn, associés à des prêts exceptionnels consentis par le musée d’Orsay permettent de remonter aux origines du génie. « Degas n’a peint que cinq toiles traitant de thèmes historiques, dont quatre sont restées inachevées. La seule qu’il ait terminée – Le malheur de la guerre– fut exposée dans l’indifférence totale », explique Annette Haudiquet, conservatrice du musée. Peintes de front, ces cinq toiles occupèrent toutes les pensées de Degas entre 1859 et 1865. Les œuvres présentées au Havre sont, pour l’essentiel, les esquisses préparatoires à ces toiles décriées hier, aujourd’hui accrochées dans les plus grands musées du monde. A la mine de plombou au pastel, ces croquis révèlent un artiste qui se cherche, qui tâtonne, qui ne renonce pas. « En observant ses dessins, on pense immédiatement à Ingres, pour qui Degas avait une grande admiration. C’est toute sa dextérité et son savoir-faire que l’on découvre. Mais aussi la fougue de Delacroix, avec lequel il voulait rivaliser », souligne Annette Haudiquet. Cette exposition inédite, présentée dans le cadre du festival Normandie impressionniste, mérite le détour – tout autant que les collections permanentes du musée. Degas inédit, jusqu’au 19 septembre, musée Malraux, 2, bd Clemenceau, Le Havre (02 35 19 62 62) et www.normandieimpressionniste.fr.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :