Direct Soir n°786 18 jun 2010
Direct Soir n°786 18 jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°786 de 18 jun 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : Equipe de France, un échec sans appel

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
INCONTOURNABLE Direct Soir n o 786 Vendredi 18 juin• 30 Déprimé après la piètre prestation du XV de France contre les Springboks, Marc Lièvremont espère bien retrouver le sourire après les deux test-matchs en Argentine.
ARGENTINE-FRANCE C’EST DEJA L’HEURE DU RACHAT Avant d’affronter l’équipe première, la semaine prochaine, le XV de France (très remanié) va s’efforcer de panser, ce soir, face à une sélection argentine bis, la plaie béante ouverte il y a huit jours par les Sud-Africains (42-17). L’opération rachat a commencé. TEXTE > MATTHIEU FRACHON PHOTO > AFP PHOTO/ADRIAN DENNIS On est venu, on a vu et on a reçu ! Car pardon, pour une toise, ce fut une belle toise. Pour avoir négligé les fondamentaux face aux champions du monde sud-africains, les champions d’Europe français se sont retrouvés cul nu, proprement châtiés, la semaine passée, 42 à 17. Plaquages aux abonnés absents, impacts dignes de Fédérale 2, motivation en berne… Rien n’a fonctionné ou presque. Pourtant, à la fin du match, le trio Lièvremont-Retière-N’Tamack ne tirait pas sur l’ambulance tricolore. Mais la nuit est passée, le visionnage vidéo également et la tête de Lièvre mont s’est allongée. D’où un recadrage, pas vraiment « laportien » : le trio étant nettement moins enclin aux sorties médiatiques. Mais sévère remontrance. « Nous sommes déçus, énervés par le peu d’intensité qu’ils ont mis dans cette rencontre. Les joueurs ne se sont pas fait mal », a grondé Marc Lièvremont. Didier Retière pointe du doigt l’absence de préparation physique de tive des nouvelles règles, des joueurs dans un état de forme disparate… L’Argentine, toutefois, se profile et les coachs ne cherchent pas d’excuses, mais de la révolte et de l’envie avant l’ultime match de cette longue saison, samedi 26 juin, à 20 h 45, sur Direct 8. Pour la rencontre de cette nuit (à suivre également sur Direct 8) contre une équipe composée d’amateurs et de pros (dont 8 évoluent en Top 14), le trio français enverra la totalité de sa réserve, ne laissant comme titulaire de la raclée sud-africaine que le jeune Wenceslas Lauret. Une position fidèle à la ligne de conduite des sélectionneurs, pour lesquels il n’y a pas de fauteuils de sénateur en équipe de France ni de certitudes à un an de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Pour preuve, Florian Fritz, Louis Picamoles et David Skrela, réintégrés alors qu’on ne comptait plus vraiment sur eux. Ce soir, il ne s’agira pas de briller face à une équipe dont la défense devrait s’apparenter à des portes de saloon. Juste faire preuve de sérieux, d’envie et de discipline. Montrer surtout, qu’à l’instar des nations du Sud, quand il y a la place de passer 70 points, on les met… La titularisation d’un Dimitri Yachvili au poste de capitaine est éclatante en terme de rachat. Viré du match contre les « SudAf » pour avoir trop parlé, il n’a pas eu le temps de décoiffer son brushing. Il lui faudra prouver sa maîcertains joueurs, les sélectionneurs se montrant faussement surpris de ne pas avoir subi de casse face à des Boks amateurs de viande fraîche et dévoreurs d’intégrité physique. 14 RECALÉS SUR 15 Pour l’une des premières fois de son mandat, Lièvremont n’a pas hésité à fustiger des performances individuelles au rabais. La paire de centres Marty-Mermoz n’a pas brillé. Le premier a offert l’essai de début de match d’une passe hasardeuse. Le second s’est fait trouer consciencieusement. Clément Poitrenaud, habile sous les chandelles, a alterné les relances « foireuses », voire suicidaires. François Trinh-Duc a été peu inspiré en attaque. Quant à la touche, ce fut un naufrage. Faut-il pour autant désespérer de cette équipe de France ? Non, on ne jette pas les quinze gros bébés avec l’eau de la noyade. D’autant que la mêlée a été à la hauteur durant la majeure partie du jeu, et qu’il y a mille raisons à se trouver : une application approxima- RUGBY trise et gommer son image de « capitaine lenteur ». Personne n’est dupe, Lièvremont a tapé du poing sur la table, conscient que, lorsqu’il nous déclarait, au cours du Tournoi des VI Nations, « avoir déjà en tête l’ossature du groupe pour 2011 », il avait installé certains dans un confort trompeur. 90% DE SUEUR, 10% DE TALENT Et la suite ? Le match de samedi en huit devrait offrir, selon le comportement de ce soir, une équipe mixte, proche de l’état d’esprit voulu par les sélectionneurs, d’une humilité et d’un travail de tous les instants. 90% de sueur, 10% de talent : c’est la recette des grandes équipes. Parfois, le XV tricolore s’en remet à la seule somme de ses grands talents. Mais dans le rugby moderne, ça ne suffit pas, ça ne suffit plus. L’enjeu de ces deux rencontres est d’importance. Plusieurs joueurs doivent prouver qu’ils ont de l’orgueil, d’autres montrer qu’ils peuvent déboulonner les idoles. Mais tous doivent conclure une saison en beauté. Car l’Argentine est vexée d’avoir perdu en Écosse et reste une force qui ne nous réussit pas. Premiers éléments de réponse ce soir.• À SUIVRE SUR CETTE NUIT À 00H30 Direct Soir n o 786 Vendredi 18 juin•



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :