Direct Soir n°785 17 jun 2010
Direct Soir n°785 17 jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°785 de 17 jun 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : « L'agence tous risques » l'assurance du succès

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 Vous aviez 8 ans, quand la série Agence tous risques a été créée. Etiez-vous un fan ? Bradley Cooper : Pas autant que Sharlto Copley (le comédien qui joue Looping,ndlr), lui, c’est un vrai fan. J’aimais bien la série, mais j’étais plus accro à Miami Vice. C’est toujours un peu risqué de porter une série sur grand écran. Pourquoi avez-vous accepté ? VU PAR EN COUVERTURE Bradley Cooper (Futé), Quinton « Rampage » Jackson (Barracuda), Sharlto Copley (Looping) et Liam Neeson (Hannibal). « L’AGENCE TOUS RISQUES » « FUTÉ » RACONTE TOUT Révélé dans « Very Bad Trip », Bradley Cooper incarne le lieutenant Templeton Peck, alias Futé, dans « L’agence tous risques ». Rencontre dans la langue de Molière, s’il vous plaît. B.C. : Le scénario était très bon. Joe Carnahan est un excellent réalisateur, il se donne à 2000%. Et Liam Neeson est le meilleur acteur du monde. Comment pouvais-je refuser ? Avez-vous regardé les anciens épisodes avant ? B.C. : Non. Il ne fallait surtout pas tomber dans la parodie. Je crois en plus que mon personnage est celui qui a le plus évolué par rapport à la série. Dans la version 2010, Futé est moins élégant, il se comporte davantage comme un enfant. Il aime les femmes, adore être soldat et n’a pas peur de mourir. Il se jette dans la bagarre avec le sourire. Je crois que Joe Carnahan a voulu le mettre en scène avec un peu plus d’humour. Vous sentez-vous proche du personnage ? B.C. : J’ai évidemment mis beaucoup de moi dans le personnage. Mais Futé est davantage ce que je voudrais être que ce que je suis vraiment. Avez-vous rencontré Dirk Benedict, qui jouait Futé dans la série ? Quel était votre personnage préféré dans la série ? ➔ Jessica Biel (Charissa Sosa) J’étais trop petite pour regarder la série. J’ai vu quelques épisodes récemment et j’ai vraiment accroché. Mais je ne pourrai pas choisir un personnage parmi les quatre. Ni dans la série ni dans le film. Jessica Biel, qui incarne Charissa Sosa, apporte une touche féminine au film. ➔ Quinton « Rampage » Jackson (Barracuda) A l’inverse, moi je n’étais encore qu’un môme et j’adorais cette équipe de choc. J’ai vu tous les épisodes de la série avec mon père et je voulais absolument ressembler à Barracuda. Ça tombe assez bien puisque j’en interprète le rôle aujourd’hui. ➔ Liam Neeson (Hannibal) A l’époque où la série a été diffusée pour la première fois, j’avais déjà une trentaine d’années. Je dois reconnaître que je n’étais pas un grand fan. Mais si je devais en choisir un dans la bande, ce serait Barracuda. « NOUS AVONS ÉTÉ COACHÉS ENSEMBLE AU MANIEMENT DES ARMES » ➔ Bradley Cooper (Futé) J’étais fan de « Looping » le pilote fou. J’aimais bien Barracuda, mais Mister T, le comédien qui jouait le rôle avait incarné Clubber Lang dans Rocky 3 : l’œil du tigre, alors je l’associais à ce personnage-là. Directsoir N°785/Jeudi 17 juin 2010 B.C. : Oui, on nous voit tous les deux dans le générique. C’était très chouette de le rencontrer, mais je ne sais pas s’il a aimé le film. A l’écran, vous apparaissez très musclé, très à l’aise au combat. Comment vous êtes-vous préparé physiquement pour ce rôle ? B.C. : Ça a été très dur. Je suis tellement content que ce soit terminé ! Je me suis entraîné comme un dingue. Je suivais un régime très strict, avec 2000 calories par jour. Je me nourrissais toutes les deux heures et je devais dormir huit heures par nuit. Les résultats ont été incroyables, mais quinze jours après la fin du tournage, mon corps était revenu à la normale. Vous avez eu de bonnes relations avec vos partenaires sur le tournage ? B.C. : Au début, nous avons été coachés ensemble au maniement des armes. Ça nous a immédiatement rapprochés, parce qu’aucun de nous n’était vraiment à l’aise avec les pistolets. Etes-vous prêt à rempiler pour un deuxième volet d’Agence tous risques ? B.C. : Oui, bien sûr. Si ça marche, on recommencera ! Ce week-end va être décisif car le film sera sorti partout. Il est déjà en salles depuis dix jours aux Etats-Unis et les résultats sont plutôt bons. Je n’ai rien contre les suites. Je vais d’ailleurs très bientôt commencer le tournage de Very Bad Trip 2. Pour finir, comment se fait-il que vous parliez aussi bien français ? B.C. : J’ai passé six mois en France quand j’étais étudiant. C’était dans le cadre d’un programme d’échange et j’étais dans une famille à Aix-en-Provence, qui parlait exclusivement français. Hélas, je n’ai pas tellement l’occasion de le pratiquer... ➔ Sharlto Copley (Looping) C’était ma série préférée ! J’avais des posters, des figurines, j’ai eu un gâteau d’anniversaire avec les membres de l’Agence tous risques dessinés dessus. J’avais même un gang à l’école qui s’appelait l’Agence tous risques, et j’étais Hannibal parce que je voulais être le chef, bien sûr.
20 TH FOX FILM CORPORATION/DR 20 TH FOX FILM CORPORATION/DR www.directsoir.net GALERIE « L’Agence tous risques, c’est vraiment la dernière chance au dernier moment », disait la chanson du générique français de la série créée par Frank Lupo et Stephen J. Cannell. A croire qu’Hollywood a bien compris la leçon car depuis quelques années, les majors enchaînent les projets d’adaptation. FANS DES SIXTIES A défaut d’idées originales, les scénaristes d’Hollywood planchent sur des reboots. Le Fugitif, avec Harrison Ford, ouvre le bal en 1993. Brian De Palma emboîte le pas trois ans plus tard avec sa relecture de Mission impossible, et Tom Cruise en vedette. Puisant à nouveau dans le riche matériau des séries télé sixties, Chapeau melon et bottes de cuir prend à son tour la route du grand écran en Un casting aux petits oignons ➔ Respecté de ses hommes, le colonel John « Hannibal » Smith aime les plans sans accrocs. Incarné par George Peppard dans la série, ce rôle a été confié à Liam Neeson, très à l’aise dans les films d’action depuis le succès de Taken, de Pierre Morel. ➔ Looping, pilote dingo et génial campé par Dwight Schultz dans la série, ne pouvait trouver meilleur interprète que Sharlto Copley, producteur de télévision sud-africain qui a commencé sa carrière d’acteur international en 2009 dans District 9, de Neill Blomkamp. DU PETIT AU GRAND ÉCRAN 1998. Le réalisateur McG réalise de son côté une très bonne opération avec Charlie et ses drôles de dames, carton de l’année 2000 notamment grâce à son casting de rêve : Drew Barrymore, Lucy Liu et Cameron Diaz. UN VRAI CHALLENGE On pourrait aussi se souvenir de Shérif faismoi peur ou Ma sorcière bien-aimée, mais il ne vaut peut-être mieux pas… Car souvent le passage au grand écran n’est pas très heureux. Le défi, pourtant, a parfois été relevé. La recette de ces bons crus : bien choisir son sujet – il faut que la série sélectionnée ait marqué les esprits –, dépasser celle-ci en action ou effets spéciaux grâce au progrès des nouvelles technologies et, point essentiel, capitaliser sur le plaisir des retrouvailles avec les personnages. Lucy Liu, Drew Barrymore et Cameron Diaz ont repris les rôles des Drôles de dames. SIPA A. WEBER/SIPA 20 TH FOX FILM CORPORATION/DR 20 TH FOX FILM CORPORATION/DR ➔ Surnommé « Futé » en français (« Face » en anglais, traduire par « Belle gueule »), le lieutenant Templeton Peck (Dirk Benedict dans la série) est le roi de la combine. Ce personnage charmeur et bras droit d’Hannibal est interprété par Bradley Cooper. ➔ Mister T incarne dans la série le sergent Bosco Albert « Barracuda » Baracus. Le rôle est repris par l’ancien champion de l’UFC catégorie « Light Heavyweight », Quinton « Rampage » Jackson. Le costaud de la bande a la phobie des engins volants. INTERFOTO USA/SIPA EN COUVERTURE 7 A. WEBER/SIPA A. WEBER/SIPA FOX 2009 LE FILM Quatre rebelles pleins d’avenir ➔ Explosions, tirs et cascades : L’agence tous risques version 2010 est un vrai spectacle. Jouant la carte du film d’action musclé, pas franchement réaliste mais délirant, le réalisateur Joe Carnahan ressuscite efficacement l’ambiance de la série, diffusée en France dès 1984. Les nostalgiques de la « véritable » Agence tous risques seront convaincus par le nouveau quatuor, qui respecte à la lettre les codes de la série. Transposée à notre époque, L’agence tous risques suit le scénario originel. Les quatre soldats d’élite sont condamnés pour un crime qu’ils n’ont pas commis. Emprisonnés, ils s’évadent et mettent tout en œuvre pour prouver leur innocence. L’agence tous risques, de Joe Carnahan, en salles.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :