Direct Soir n°783 15 jun 2010
Direct Soir n°783 15 jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°783 de 15 jun 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Colin Farrell, la maturité

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Directsoir N°783/Mardi 15 juin 2010 18 BUZZ TÉLÉ INTERVIEW Nicolas Deuil, animateur « Revoir les meilleurs tubes » Victime de son succès, l’émission « Les 20 plus grands tubes du cinoche », présentée par Nicolas Deuil et Anne-Gaëlle Riccio, diffusée une première fois le 7 mai sur MCM, revient sur Virgin 17. Diffusée ce soir en prime time, elle sera l’occasion de revivre les meilleurs moments musicaux du 7 e art. Nicolas Deuil décrypte ce divertissement où se succèdent parodies, scènes cultes et moments de nostalgie. D’où vient l’idée de ce programme musical ? Est-ce l’adaptation d’un concept déjà existant à l’étranger ? Nicolas Deuil : L’idée vient du directeur des programmes de MCM, Nicolas Gicquel, et de la maison de production Pitch Prod. Je ne crois pas que ce programme soit inspiré d’un programme étranger. Qu’avez-vous pensé du concept de cette émission lorsqu’il vous a été proposé de la présenter ? N. D. : Ce qui m’a plu, c’est que l’émission rejoignait ce que j’avais fait précédemment sur la chaîne Comédie ! : un mélange d’animation télé et de fiction. J’adore faire ce genre de choses, donc je n’ai pas hésité une seule seconde. Comment se déroule l’émission ? A quoi le téléspectateur doit-il s’attendre en la regardant ? N. D. : Anne-Gaëlle Riccio et moi nous mettons en scène pour rejouer des scènes cultes du cinéma. Ces parodies sont des prétextes à revoir les meilleurs tubes du cinéma. On se replongera par exemple dans Pulp Fiction, Terminator, ou encore 9 semaines et ½, avec la fameuse scène devant le frigo. Il y aura aussi Ghost avec la célèbre scène de la poterie. Il y a donc de courts plateaux, des parodies et ensuite le lancement de la scène originale. Comment avez-vous fait le choix de ces scènes en particulier ? N. D. : Nous les avons choisies avec l’équipe, avec les gens de la chaîne et de la production. Mais, finalement le choix s’est fait assez rapidement parce que des grands tubes du cinoche, des véritables incontournables, il n’y en a pas tant que ça. D’ailleurs, on pourrait éventuellement faire une deuxième émission, mais pas davantage. Les bandes originales de musique sont souvent liées au succès du film. Il faut que ces scènes aient marqué les esprits. Comme la scène où John Travolta et Uma Thurman dansent dans Pulp Fiction, et qu’ils font ce mouvement des mains devant leurs yeux. Le spectateur doit pouvoir reconnaître tout de suite à quoi nous faisons référence. Quel ton adoptez-vous ? N. D. : Tout est fait sur le ton de l’humour, de la rigolade, du second degré pour que ce soit assez léger et digeste. Comment fonctionne votre duo avec Anne-Gaëlle Riccio ? N. D. : Très, très mal ! (rires) Elle est insupportable, elle passe des heures dans la loge de maquillage, elle se prend pour une vedette… Non, plus sérieusement, je ne la connaissais pas auparavant. Je l’avais vu dans Fort Boyard, mais on n’avait jamais travaillé ensemble. Ça a été une rencontre vraiment sympa. Notre collaboration a vraiment bien fonctionné. Mais il faut dire que tout était prétexte à rigoler, parce qu’on mettait des costumes, des perruques… La scène de la poterie de Ghost nous a valu un fou rire de 25 minutes ! Je crois que c’est le plus gros fou rire de ma petite carrière. Pensez-vous que ce programme puisse devenir mensuel ou hebdomadaire ? N. D. : Je ne pense pas, parce que des scènes comme dans Titanic, où Leonardo DiCaprio et Kate Winslet sont à l’avant du Nicolas Deuil et Anne-Gaëlle Riccio. « TOUT EST TRAITÉ SUR LE TON DE L’HUMOUR, DU SECOND DEGRÉ » C. LARTIGE/CL2P/MCM bateau sur une chanson de Céline Dion, on les a assez vues. Mais ce genre de programme fait partie des projets que la TNT apprécie particulièrement : des émissions assez fortes, mais événementielles. C’est ce qui fait leur intérêt. Vous avez déjà collaboré avec M6, W9, TF1, Comédie !, Canal+. Y a-t-il un média ou une chaîne de télévision pour lesquels vous rêveriez de travailler ? N. D. : Il n’y a pas vraiment un média qui ait plus mes faveurs qu’un autre. C’est plutôt une envie de faire des choses et de toujours y prendre du plaisir. J’étais aussi heureux quand j’étais sur Comédie ! que quand j’étais sur TF1 ou sur Canal +, notamment à cause des rencontres que j’y ai faites. J’ai vraiment envie de continuer à être sur des projets qui me plaisent et qui m’intéressent. Finalement, que je fasse une émission sur M6, W9, Direct 8 ou ailleurs, c’est vraiment parce que j’ai envie de la faire. C’est une question de rencontres et de format, davantage qu’une question de média. Quels sont vos projets dans l’immédiat ? N. D. : J’ai un projet sur une chaîne hertzienne et un autre avec la TNT. Cela va se décider dans les semaines à venir… Les 20 plus grands tubes du cinoche, ce soir à 20h40, sur Virgin 17.
www.directsoir.net 20H35 23H00 TOUT SUR HIRSCH Ce soir, dans Politiquement parlant, Valérie Trierweiler reçoit Martin Hirsch (photo), ancien haut-commissaire à la Jeunesse et aux Solidarités actives. Ensemble, ils analyseront les événements qui ont fait l’actualité de la semaine. Politiquement parlant, magazine. Afrique du Sud : du rêve à la désillusion ➔ L’espoir suscité par la libération de Nelson Mandela il y a vingt ans a, depuis, laissé place à une certaine amertume. Le rêve d’une nation sud-africaine multiraciale et démocratique se heurte désormais à une réalité sociale et économique où les inégalités entre les différentes communautés exacerbent les passions. Le Thema d’Arte intitulé Quel avenir pour la nation arc-en-ciel ? propose le portrait d’un pays en proie au doute à travers la diffusion de trois documentaires. Avec Les oubliés des townships, le réalisateur Richard Klug donne la parole aux habitants d’Intabazwe, une cité noire rongée par la pauvreté, le chômage et la criminalité. Ils y dénoncent l’inaction des hommes politiques qu’ils ont élus ainsi que la corruption qui les empêche de « récolter les fruits de leur libération ». Le documentaire Le Cap de l’espérance dresse notamment le bilan pour le moins mitigé du programme Black Economic Empowerment, mis en place pour venir en aide aux plus démunis. Quel avenir pour la nation arc-en-ciel ?, Thema. Madame Rangaka et sa famille se sont lancées dans la production de vin de renommée internationale. 20H35 Un lotissement inespéré ➔ La série américaine Desperate Housewives a remis le lotissement à la mode. Ce mode de logement est devenu le rêve de nombreuses familles en France. Le réalisateur Régis Sauder a suivi l’installation de plusieurs couples dans l’un d’entre eux baptisé « Villas Aurélia », à Salon-de-Provence, puis est revenu un an après. Au fil des jours, les nouveaux propriétaires ont découvert l’envers du decor. Le lotissement, documentaire. 20H10 Une des familles du lotissement « Villas Aurélia ». Trois spécialistes dans une cave d’affinage du comté. Fromages en danger ➔ Cette semaine, France 5 propose un road movie autour des fromages « dénaturés ». Il entraîne le téléspectateur de l’Europe aux Etats- Unis sur les traces des artisans du fromage en lutte pour la préservation du goût et des saveurs face à la puissance des firmes multinationales. La chaîne revient ce soir sur les productions de montagne. Tour d’horizon des fromages des alpages, comme le beaufort, le comté ou la brebis des Pyrénées. Ces fromages qu’on assassine, documentaire. FRANCE 5 J. DENIAU/FRQANCE 5 20H40 ZOOM TÉLÉ 19 Filles recherchent garçons ➔ Stéphanie (Valérie Allain) et Véronique (Sophie Carle) sont deux amies que tout sépare : l’une est fonceuse et très entreprenante avec les garçons, alors que l’autre est bien plus sage et réservée. Les deux adolescentes vont pourtant tomber sous le charme du même garçon, Cyril (Franck Dubosc) le séduisant champion de l’équipe de hockey. Entre les deux jeunes filles, le cœur de Cyril balance. Cet itinéraire amoureux est balisé par les jeux et surprises-parties d’une bande de copains délurés, quelques scènes de vie scolaire et les problèmes conjugaux des parents de Stéphanie et Véronique, autant d’événements qui nous replongent au cœur de nos tendres années… Entre La boum et A nous les petites Anglaises (également réalisé par Michel Lang), cette chronique des amours adolescentes pleine de situations cocasses se regarde avec beaucoup de plaisir, notamment grâce à quelques surprises, comme la présence au casting d’un Franck Dubosc encore bien jeune ou encore celle d’Eric Elmosnino (le futur interprète de Gainsbourg, vie héroïque). Une comédie réalisée par Michel Lang, avec Valérie Allain, Sophie Carle, Jean-Noël Brouté, Franck Dubosc et Roland Giraud. A nous les garçons, film. Véronique (Sophie Carle) et Cyril (Franck Dubosc). Stéphanie (Valérie Allain) et Véronique (Sophie Carle).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :