Direct Soir n°780 10 jun 2010
Direct Soir n°780 10 jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°780 de 10 jun 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 274) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Concert : Muse inspire Paris

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 MUSE EN COUVERTURE ÉLECTRIQUE ET BRITANNIQUE Le rock alternatif et progressif de Muse triomphe dans le Resistance Tour. Au Stade de France dès demain, Muse poursuit son Resistance Tour. Un succès sans faille pour le groupe britannique adulé dans le monde entier, douze ans après la sortie de son premier album. 3 ALBUMS WEA « Origin Of Symmetry » ➔ Après une première percée avec leur album Showbiz en 1999, Origin Of Symmetry, sorti deux ans plus tard, projette définitivement Muse sur le devant de la scène. Les titres Plug In Baby, New Born, Bliss, Feeling Good et Hyper Music participent au succès de l’album. Les sorties, en 2002, du CD et DVD live permettent au groupe d’atteindre rapidement le top des ventes en Angleterre. Admirateur ou détracteur des envolées lyriques du leader et chanteur de Muse, Matthew Bellamy, on ne peut que saluer la puissance d’un groupe qui, depuis plus de dix ans, détonne sur la scène rock internationale. Vendu à plus de deux millions d’exemplaires dans le monde, le dernier album de Muse, The Resistance, vient s’ajouter aux quelque dix millions de disques vendus par le groupe depuis 1999. Après un concert à guichets WEA « Absolution » fermés au Casino de Paris le 25 mai, Muse a rempli sans difficulté les 80000 places du Stade de France pour les deux concerts consécutifs (vendus en quatre heures pour le premier et en quatre jours pour le second), qui auront lieu demain et samedi, garantissant un show grandiose, fidèle à leur réputation. Le succès est déjà garanti pour ce Resistance Tour, qui s’achèvera pour sa partie européenne au stade Wembley de Londres les 10 et 11 septembre, et dont les 80000 places se seraient arrachées en quelques dizaines de minutes. Elu meilleur groupe live du monde par la presse internationale, prix de la meilleure prestation live aux derniers Brit Awards, meilleur grou - pe britannique d’après le ma - ga zine rock NME, le trio a d’abord connu les petits clubs anglais avant de s’attirer la ferveur des foules dans les plus grands stades du monde. EN 1992, ILS ONT 14 ET 15ANS LORSQU’ILS LANCENT LEUR PREMIER GROUPE LE TRIO DU DEVON Composé de Matthew Bellamy, Christopher Wolstenholme (basse) et Dominic Howard (batterie), le trio s’est formé au Teignmouth Community College, dans le Devon (sudouest de l’Angleterre). En 1992, ils ont 14 et 15 ans lorsqu’ils lancent leur premier groupe, Gothic Plague, qui prendra plus tard le nom de Rocket Baby Dolls, sous lequel les jeunes prodiges remporteront en 1994 le concours Battle of the Bands, organisé dans le Devon. Après cette victoire, les trois musiciens choisissent le nom de Muse, et leur ascension ne se fait pas attendre. En 1999, l’album Showbiz, et notamment le titre Muscle Museum, puis en 2001 l’album Origin Of Symmetry, consacrent définitivement le groupe. En 2003, Absolution paraît ➔ En 2003, un troisième album, Absolution, consacre le trio sur la scène mondiale. Un disque sombre, marqué par des notions de fin du monde (Apocalypse Please). Les titres Hysteria, Stockholm Syndrome, Time Is Running Out sont plébiscités par le public. Fort de cet engouement, Muse part en tournée, notamment dans les plus gros festivals européens, dont celui de Glastonbury où ils jouèrent devant 60000 personnes. WEA Directsoir N°780/Jeudi 10 juin 2010 et grimpe très vite en tête des charts britanniques et français. Les récompenses et les superlatifs pleuvent. En 2006, c’est au tour de Black Holes And Revelations de recueillir les faveurs de la critique et du public. Un album dont Matthew Bellamy précise dans une interview au magazine Rock & Folk ce mois-ci, qu’il fait basculer le groupe dans les stades au niveau des concerts. « Un nouveau chapitre dans notre histoire », dit-il. L’album live Haarp (2008) complète leur répertoire avant The Resis - tance (septembre 2009), certifié disque de diamant en France, vendu à plus de 500 000 exemplaires à ce jour. « RESISTANCE » Hard, classique, électro, parfois funk et RnB : le répertoire des rois de l’alternative rock aux accents de Queen et de Radiohead multiplie les influences sur des mélodies parfois qualifiées de mystiques et incantatoires. Dernier et ambitieux opus du groupe, The Resistance se démarque des derniers morceaux et parie sur le répertoire classique. Une touche propre à Matthew Bellamy, qui y introduit le morceau Exogenesis, symphonie en trois parties inspirée entre autres de Chopin et de Rachmaninov et interprétée par quarante musiciens. Colère, mélancolie, tourmente et… résistance. Ces traits de caractère de la musique de Muse marquent à nouveau The Resis - tance, inspiré du roman 1984 de George Orwell dans lequel la liberté d’expression est réduite à néant. Plébiscité par son public, Muse devrait à nouveau attirer demain la ferveur d’un public français depuis longtemps acquis à sa cause. Muse, en concert demain et samedi au Stade de France (Paris), et le 15 juillet au Festival des Vieilles Charrues (Carhaix). « Black Holes And Revelations » ➔ En 2006, un quatrième album vient confirmer le succès planétaire du groupe et donne lieu à une tournée de deux ans qui engendrera à son tour un album live, Haarp, sorti en septembre 2008. Black Holes And Revelations, qui s’enrichit de nouvelles sonorités électro, se vend à quelque trois millions d’exemplaires. Le single Starlight, largement plébiscité par la critique, fait connaître Muse au grand public.
www.directsoir.net LE GROUPE Matthew Bellamy : le pilier charismatique ➔ Leader incontestable du groupe, Matthew Bellamy – « Bells » (cloches en français) pour les fans – est connu autant pour ses prouesses vocales que pour son extravagance scénique et ses multiples guitares. Celui pour qui « composer est avant tout avoir la possibilité d’évacuer (ses) espoirs, (ses) rêves et (ses) frustrations » a fait son entrée cette année dans le Guinness des records comme étant l’artiste ayant cassé le plus grand nombre de guitares sur scène. Il s’essaie à ses premiers accords dès l’âge de 14 ans, influencé par Jimi Hendrix, Syd Barrett, Slash et Kurt Cobain. Toutes ses guitares sont aujourd’hui fabriquées et personnalisées par la célèbre maison Manson. Le modèle Manson MB-1 (Matthew Bellamy 1) fut créé exclusivement pour les concerts du chanteur et musicien. La Twin P90 Bridge Soapbars, guitare à double manche, a également été conçue pour lui. A chaque représentation, Matthew Bellamy livre un show à la hauteur de son talent. Sa voix puissante, aiguë, inimitable et son charisme participent grandement à sa popularité auprès des critiques et du public. L. URMAN/SIPA DR EN COUVERTURE 9 Le leader de Muse est réputé pour ses extravagances sur scène. RM7/ZJE/WENN.COM/SIPA RM7/ZJE/WENN.COM/SIPA ➔ Christopher Wolstenholme : le bassiste Benjamin du groupe, il est repéré par Matthew Bellamy et Dominic Howard alors qu’il allie le chant à ses talents de batteur avec les Fixed Penalty. Il apprend donc la basse et sera félicité par l’ancien Beatles, sir Paul McCartney. ➔ Dominic Howard : le batteur Il apprend les rudiments de la batterie dès l’âge de 11 ans. Fan de Stewart Copeland, Buddy Rich ou encore Tre Cool, Dominic Howard utilise sa main gauche pour jouer de son instrument fétiche, lequel est disposé à l’envers.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :