Direct Soir n°779 9 jun 2010
Direct Soir n°779 9 jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°779 de 9 jun 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : Richard Gere, homme de coeur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 EN COUVERTURE RICHARD GERE UN JEUNE HOMME RANGÉ L’acteur, bouddhiste, est engagé depuis de nombreuses années dans la cause tibétaine. LE FILM METROPOLITAN FILMEXPORT FIDÈLE À SON MAÎTRE Parker (Richard Gere) et son chien Hatchi. ➔ Animaux et cinéma font décidément bon ménage. Après Marley et moi, Bambou et Trésor, Hatchi prouve sur grand écran que le chien est bien le meilleur ami de l’homme. Inspiré par la véritable relation qu’entretinrent un professeur d’université et son chien à Tokyo dans les années 1930, le film de Lasse Hallström transpose leur histoire dans l’Amérique contemporaine. Dirigé par le réalisateur suédois – avec lequel il avait déjà travaillé sur Faussaire, en 2006 – Richard Gere quitte son éternel costume de séducteur Sa crinière poivre et sel, son sourire ravageur et son magnétisme commençaient à se faire rares. Pourtant, à bientôt 61 ans, Richard Gere est loin de songer à la retraite. Récemment interrogé sur son avenir dans l’industrie du cinéma, l’acteur américain confie avoir encore quelques projets : « Il y a encore quelques rôles que je n’ai pas faits alors peut-être que je vais me pencher en priorité sur eux avant de mourir. » En attendant, l’acteur multiplie les genres. Si Richard Gere est réputé pour être un éternel séducteur, son jeu d’acteur n’a pourtant jamais été aussi performant que dans le polar, à l’image de ses personnages dans Sans pitié, de Richard Pearce, Affaires privées, de Mike Figgis ou encore sa dernière prestation dans L’élite de Brooklyn, d’Antoine Fuqua (en salles depuis début mai) où il campe un flic écorché et désabusé. L’ÉTERNEL SÉDUCTEUR Mais voilà que l’acteur revient aujourd’hui sur les écrans dans Hatchi, où il joue le rôle d’un maître chéri par un chien émouvant. Un grand écart pas si étonnant quand on connaît sa filmographie. Polar, film d’action, drame ou film fantastique… ce sont pourtant les comédies romantiques qui lui ont offert ses plus beaux succès commerciaux. Après avoir forgé son image de sexsymbol au début des années 1980 dans des films tels que Les chaînes du sang, Yanks et American Gigolo, Richard Gere Directsoir N°779/Mercredi 9 juin 2010 Après s’être illustré dans « L’élite de Brooklyn », Richard Gere revient sur grand écran avec « Hatchi », qui sort en salles aujourd’hui. L’acteur, qui fêtera bientôt ses 61 ans, n’a rien perdu de son charme. pour endosser celui de Parker, un père de famille aimant, marié à la même femme depuis trente-cinq ans. Un soir, en rentrant de l’université, il trouve Hatchi, un chiot dont il s’éprend tout de suite. La présence de cette boule de poils transforme sa vie de famille et son quotidien. Tous les jours, le chien l’accompagne à la gare et revient l’y chercher à la fin de la journée. Mais un jour, Parker ne rentre pas… Au Japon, le vrai Hatchi fait partie intégrante de la culture populaire et l’animal compte trois statues de bronze IL EST LE COFONDATEUR DE LA TIBET HOUSE À NEW YORK délaisse en 1990 son costume de jeune premier pour celui d’un séducteur grisonnant dans Pretty Woman (champion du box-office 1990). Cette love story entre Edward Lewis, homme d’affaires, et Vivian Ward, une prostituée interprétée par Julia Roberts, est devenue un grand classique romantique du cinéma américain. Son réalisateur, Gary Marshall, reformera d’ailleurs ce couple mythique quelques années plus tard dans Just Married, qui connaîtra un franc succès auprès du public, en particulier auprès de la gent féminine. Car l’homme séduit les femmes, et pas n’importe lesquelles. Marié quatre années à Cindy Crawford, sa réputation de tombeur ne fait qu’augmenter et sa vie privée s’affiche dans tous les tabloïds. Pourtant, si Richard Gere traîne sa belle gueule à Hollywood depuis quarante ans, l’homme a aujourd’hui une vie plutôt sage. IDÉALISTE Marié à Carey Lowell depuis 2002, père de famille, « l’American gigolo » est avant tout un idéaliste, un militant et un bouddhiste convaincu. Converti depuis 1982, il est le cofondateur de la Tibet House à New York, destinée à préserver l’héritage culturel et religieux du Tibet, et a créé la Gere Foundation, qui apporte son soutien à l’aide humanitaire en période de crise dans le monde entier. Outre la cause tibétaine, Richard Gere utilise sa renommée internationale pour un certain nombre de causes d’importance mondiale. à son effigie. Symbole de la fidélité, Hatchi avait déjà fait l’objet d’un film en 1987. La version de Lasse Hallström parvient à restituer toute l’intensité de cette relation étonnante et ne manquera pas d’arracher quelques larmes aux plus sensibles. Hatchi, de Lasse Hallström, en salles.
PORTFOLIO Son pouvoir de séduction aurait pu en faire un individu superficiel, « bling bling » à la sauce hollywoodienne. Il n’en est rien. Acteur de talent, Richard Gere est aussi un homme profond. Prince charmant www.directsoir.net Trois décennies au sommet Après une petite traversée du désert, Richard Gere donne un second souffle à sa carrière grâce au film Pretty Woman, de Gary Marshall, dans lequel il incarne le prince charmant de Julia Roberts. Un couple mythique que le même réalisateur décide de reformer en 1999 dans Just Married. La consécration 2002 A 53 ans, l’acteur démontre deux nouvelles facettes de son talent. Dans Chicago, de Rob Marshall, le public découvre un Richard Gere bon chanteur et danseur. Une interprétation qui lui vaut le Golden Globe du meilleur acteur. S. WALSH/AP/SIPA 1990 RETRO/HOUNSFIELD/MAUDE PRESS/LAZ Au début des années 1990, ils forment l’un des couples les plus glamour d’Hollywood. En 1991, Richard Gere épouse le superbe top model Cindy Crawford, dont il divorcera quatre ans plus tard. Depuis 2002, l’acteur est marié à Carey Lowell, la mère de son fils. Pour le Tibet 2010 A. WEBER/SIPA 1980 EN COUVERTURE 5 Dans American Gigolo, de Paul Schrader, Richard Gere campe un gigolo professionnel. Un rôle ambigu qui fait de lui le sex-symbol d’une génération. A 31 ans, sa carrière décolle. 1991 Jeune premier L’amour au grand jour Richard Gere abandonne en 1982 ses racines méthodistes et se convertit au bouddhisme tibétain. Très proche du 14 e dalaï-lama, Tenzin Gyatso, l’acteur a reçu sa bénédiction en janvier dernier pour son soutien et son engagement en faveur du Tibet.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :