Direct Soir n°776 4 jun 2010
Direct Soir n°776 4 jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°776 de 4 jun 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : Coupe du Monde J 7 : Messi s'y voit déjà

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
FRISSON < QUAND ON TOUCHE, À 100 KM/H, UNE EAU A 12 °C, L’IMPACT EST… FRIGORIFIANT ! > Direct Soir n o 776 Vendredi 4 juin• 26
RED BULL CLIFF DIVING SAUTE QUI PEUT ! Ils sautent de falaises et de tours de 26 mètres de haut. On les appelle les plongeurs de l’extrême. Cette armada de 12 acrobates parcourt le monde à la recherche des plus beaux sites pour satisfaire leur besoin d’adrénaline. Direct Sport les a rencontrés à La Rochelle, alors que leur saison vient de débuter. TEXTES > GEOFFROY BRESSON, À LA ROCHELLE PHOTOS >RAYDEMSKI.COM/RED BULL PHOTOFILES Une sorte de langue dépasse de la tour Saint-Nicolas. Un appendice qui nargue le vide à 26 mètres de haut et crache tour à tour les victimes d’un terrible monstre, dans les abysses de l’océan Atlantique... Si Steven Spielberg adaptait sur grand écran la scène qui se produit à l’entrée du Vieux-Port de La Rochelle, ce jour-là, c’est une interprétation qu’il imaginerait peut-être pour expliquer pourquoi des « fous » sautent l’équivalent d’un immeuble de sept étages, devant 40 000 spectateurs. La réalité n’a pourtant rien du scénario hollywoodien. La langue en question est un tremplin. Il est installé pour 12 énergumènes qui se jettent de son extrémité de leur plein gré. Leur surnom : les plongeurs de l’extrême. Cette élite s’affronte toute l’année dans un championnat un peu particulier, celui des sauts les plus vertigineux de la planète. Des plongeons qui s’effectuent 15 mètres au-dessus de ceux déjà estampillés « haut vol » lors des Jeux olympiques. En ce samedi de mai, à La Rochelle, la saison de ces hommes qui ont oublié ce que signifie le mot vertige, vient de commencer. Au tour de Hassan Mouti, numéro 1 tricolore, de se positionner sur la rampe… 26 MÈTRES EN 3 SECONDES Tel un skieur avant de se jeter sur la piste, le Strasbourgeois répète les quelques mouvements de sa chute. Départ – 3 saltos – Entrée dans l’eau. Le voilà prêt. Il se tape énergiquement les joues, salue le public. Et se lance... « Splash ! » Hassan, 29 ans, touche l’eau à 100 km/h, trois secondes après son impulsion. Même les spectateurs assis au bout du port, à PLONGEON 250 mètres, entendent le choc. La force de pénétration entraîne notre plongeur à 3 mètres sous la surface. Une courte attente, et celui qui entame là sa huitième année sur ce circuit de compétitions pas banal émerge. D’un geste, il signale aux secouristes en bouteille qui l’entourent que tout est OK. Tentative réussie. « Sauter dans l’eau d’aussi haut, c’est le même impact physique que de se jeter de six mètres, les jambes tendues, tout droit dans un bac à sable », lâche-t-il de retour sur la terre ferme, tout en déconseillant fortement à quiconque de tenter l’expérience… « C’est toujours les pieds qui touchent en premier. Sinon, la pression est trop forte », ajoute-t-il tout en se passant une serviette sur le dos, avant de filer se faire masser par le kiné. Point de passage obligé : « L’effort ne dure que quelques secondes. Mais ici, l’eau est à 12 °C. Avec notre vitesse, l’impact est… frigorifiant ! C’est traumatisant musculairement. On a besoin d’une longue récupération. » Et mieux vaut ne pas se louper… « Je suis rentré une fois par la tête », intervient Cyrille Oumedjkane, l’autre Français du circuit, qui vient lui aussi de se jeter du sommet de la tour. « Sur le coup, je n’ai rien senti. Mais le Direct Soir n o 776 Vendredi 4 juin•



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :