Direct Soir n°771 28 mai 2010
Direct Soir n°771 28 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°771 de 28 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (235 x 299) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,1 Mo

  • Dans ce numéro : Les Bleus et Ribéry : l'espoir renaît

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
ROLAND-GARROS ARAVANE REZAÏ L’APPEL DES Direct S ort n o 39 Vendredi 28 mai• 18 SOMMETS
Lauréate surprise, il y a quinze jours, du très relevé tournoi de Madrid, Aravane Rezaï a subitement changé de statut. À Roland- Garros, la franco-iranienne de 23 ans fait tout bonnement partie des prétendantes au titre. Portrait d’une ambitieuse à la trajectoire atypique, qui affrontera la Russe Nadia Petrova en 1/16 e de finale. TEXTE > ALEXANDRE DELPÉRIER PHOTOS > ALEXIS RÉAU Je suis différente. » Aravane Rezaï ne s’en cache pas. Elle le sait : elle n’est pas comme les autres, ne joue pas comme les autres, a eu un parcours différent des autres et fera une carrière différente des autres. Mais aujourd’hui, si elle fait partie des favorites de Roland-Garros, c’est parce que sa victoire à Madrid sur terre battue, une semaine avant l’ouverture des Internationaux de France, n’a laissé personne… indifférent. Coachée par Patrick Mouratoglou (qui avait amené Baghdatis en finale de l’Open d’Australie 2006), Aravane Rezaï semble plus mûre, plus sereine. Mais cette jeune franco-iranienne n’a pas oublié d’où elle vient. Retour sur un parcours en tout point atypique. TREMPÉE SUR LE COURT À 7 ans, Aravane joue les ramasseuses de balles pour son frère Anouch et commence à jouer. Son papa, Arsalam, pilier de la structure familiale, n’a pas oublié : « Dès les premiers coups, c’est comme si elle jouait depuis toujours. En quelques mois, elle a gagné tous les tournois auxquels elle participait et battait des filles de 10 ans ! C’est là DES PHARES DANS LA NUIT Seul problème : la personnalité de papa dérange. Son omniprésence et son fort caractère provoquent une rupture entre la Fédération française de tennis et le clan. Pour Aravane, il n’y a pas d’autre choix possible que de poursuivre avec son père, sans l’aide des instances du tennis français. « J’ai toujours voulu qu’il soit fier de moi et j’ai encore besoin de mon père », confie-t-elle aujourd’hui. Mais la galère continue. Pas de moyens, pas d’infrastructures. On se débrouille comme on peut et on bosse. « Souvent, on s’entraînait la nuit, poursuit-elle, et on éclairait le court avec les phares de la camionnette. » Mais désormais, la championne s’appuie sur ce passé compliqué et ne cesse de le rappeler : « Oui, je suis différente. Je suis comme je suis. J’aime le combat. Aucune autre championne n’a rencontré les mêmes difficultés que moi. C’est mon chemin, mais je n’ai jamais lâché. » Les années passent. Les résultats sont en dents de scie. La confirmation tarde à venir. À l’époque, les sceptiques estiment que cette « difféque je lui ai dit : tu seras n o 1 mondiale. » Aravane n’est alors qu’une enfant mais elle joue, enchaîne les matchs et donc les heures sur les courts. Papa entraîne, maman tient le rôle de kiné et le frère devient son partenaire d’entraînement. Problème : la famille dispose de très peu de revenus. Or, il faut courir les tournois. Seul moyen de locomotion, la Mobylette de papa. « Aravane s’accrochait derrière moi et on faisait 10, 20, 30 ou 50 km pour disputer des tournois, se souvient Arsalam. Peu importe la pluie ou la neige, il fallait y aller. Parfois, elle arrivait trempée sur le court. » La force d’Aravane ? Déjà, sa puissance, sa force de frappe. Aujourd’hui, < APRÈS MA VICTOIRE À MADRID, JE ME SUIS DIT QUE JE POURRAIS ÊTRE NUMÉRO 1 MONDIALE. > d’ailleurs, elle le dit ouvertement : « Je dois étouffer mes adversaires. » Pour qu’Aravane espère devenir un jour la meilleure au monde, sa famille a parfaitement conscience des sacrifices financiers à consentir et du travail physique à réaliser sur le court. Ainsi, la mobylette laisse place à un modeste camping-car. Tout le clan croit en l’avenir de son prodige, elle qui fait partie des espoirs du tennis français à 13 ans. TENNIS < JE SUIS DIFFÉRENTE, JE SUIS COMME JE SUIS. AUCUNE AUTRE CHAMPIONNE N’A RENCONTRÉ LES MÊMES DIFFICULTÉS QUE MOI. > rence » est un fardeau trop lourd à porter pour une jeune fille. Un champion a besoin d’infrastructures solides. Le bricolage devient toujours un obstacle ou une gêne, quand l’accession au très haut niveau se joue sur des petits détails. Aravane le comprend et c’est pourquoi, en décembre dernier, elle décide, avec son père, d’intégrer CV ARAVANE REZAÏ 23 ans - Née le 14 mars 1987, à Saint-Étienne (Loire). 1,65 m - 62 kg. Débuts pros en 2005. Actuelle 19 e mondiale. PALMARÈS 3 tournois WTA (Madrid 09, Bali et Strasbourg 08) et 7 tournois ITF. PERFORMANCES À ROLAND- GARROS : 1/8 e en 09, 1 er tour en 08 et 07, 1/16 e en 06, 1/32 e en 05. Direct S ort n o 39 Vendredi 28 mai•



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :