Direct Soir n°770 27 mai 2010
Direct Soir n°770 27 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°770 de 27 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Demain : fête des voisins !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 EN COUVERTURE Un vague sourire dans l’escalier, un rapide salut dans l’ascenseur… les relations entre voisins se résument souvent à ces quelques gestes de politesse. A l’heure où l’anonymat et l’isolement sont monnaie courante, surtout dans les grandes villes, les liens de voisinage apparaissent pourtant comme un rempart contre la solitude. Seul souci, dans nos sociétés marquées de plus en plus par l’individualisme, franchir le palier pour aller sonner à la porte du voisin n’est pas toujours une évidence. 3 IDÉES FÊTE DES VOISINS Pour faciliter la démarche, la Fête des voisins est devenue la solution pour établir un premier contact. « C’est un prétexte pour voir les gens, un outil pour créer du lien », souligne le créateur de l’événement, Atanase Périfan. Celui qui est aujourd’hui un véritable militant du lien social a débuté son combat en 1990. « J’étais jeune élu à la mairie du 17 e arrondissement de Paris. On avait retrouvé une vieille dame, morte depuis deux mois dans son appartement sans que personne s’en soit rendu compte. Son voisin partageait le même palier depuis sept ans sans la connaître. » Bouleversé par cette histoire, Atanase Périfan décide de créer l’association Paris d’amis, qui aura pour mission de renforcer les liens de proximité, mais aussi de mobiliser les bonnes volontés contre la solitude et l’isolement. Son leitmotiv est alors : « Ouvrir sa porte c’est ouvrir son cœur. » Directsoir N°770/Jeudi 27 mai 2010 DIX ANS DE CONVIVIALITÉ Lors de sa précédente édition, la Fête des voisins a été célébrée par près de 6,5 millions de personnes en France. Les voisins ont rendez-vous demain soir dans les rues, halls et cours d’immeuble pour célébrer la 10 e édition de la Fête des voisins. Créée par Atanase Périfan, cette rencontre se veut un antidote à l’individualisme et à l’isolement. Un concept qui s’est exporté dans le monde entier. JAUBERT/SIPA « OUVRIR SA PORTE, C’EST OUVRIR SON CŒUR » SOLIDARITÉ TOUTE L’ANNÉE ➔ HALTE-GARDERIE ➔ OPÉRATION CULTURE Partage de garde d’enfants, proposition de babysitting… les enfants sont de formidables « go-between » pas, être échangés. A l’approche de l’été, Magazines, livres, CD et DVD peuvent, pourquoi et peuvent vous permettre de créer de nouveaux liens. les brochures touristiques et culturelles sont Les plus grands peuvent disposer des affichettes à susceptibles d’être distribuées et de contribuer l’entrée de l’immeuble pour ainsi à délier les proposer leurs services et langues. Pourquoi ne gagner ainsi un peu d’argent pas créer de poche. Les parents une bibliothèque peuvent faire de même « tournante » ou pour partager des gardes installer une minibibliothèque « libre- d’enfants et se dépanner mutuellement pour des service » dans votre courses, trajets d’école… immeuble ? ROUSSEAU/GLOBAL PICTURES/SIPA JAUBERT/SIPA WEISS/TPH/SIPA LE PREMIER RENDEZ-VOUS CITOYEN En 1999, l’association passe à la vitesse supérieure et lance la Fête des voisins. Le projet est alors concentré dans le 17 e arrondissement de Paris. « J’avais l’air bête, tout seul sur le trottoir avec mon bol de chips », se souvient Atanase Périfan. Pourtant, 800 immeubles participent à ce premier rendez-vous, mobilisant plus de 10000habitants. Une participation suffisamment encourageante pour étendre l’initiative à l’ensemble du territoire. En 2000, grâce au soutien de l’association des maires de France, trente municipalités parrainent l’opération. Dans tout le pays, 500000 voisins se retrouvent autour d’un verre. Au fil des éditions, les rues, les jardins et les halls d’immeubles se remplissent de plus en plus. De 10000 personnes en 1999, l’événement a rassemblé plus de 6,5 millions de voisins en 2009, auxquels il faut ajouter plus de deux millions d’Européens qui le célèbrent désormais le même jour. Cette année, trente-trois pays y participent, dont vingtdeux pays européens. L’occasion de boire un verre et de lier connaissance. Pour beaucoup, ce rendez-vous fut le coup de pouce qui leur manquait pour affronter le palier d’en face. « Avant ma première participation à la Fête des voisins, j’échangeais un simple bonjour avec les habitants de mon immeuble. Depuis, les relations ont changé. Désormais, ce n’est plus un problème d’aller frapper à la porte d’en face demander ou rendre un service, et les conversations dans l’escalier sont bien plus longues », reconnaît ainsi Antoine, qui sera dans la cour de son immeuble demain soir, comme des millions d’autres Français. www.immeublesenfete.com ➔ HONNEUR AUX SENIORS Courses, dépannage, visites, cuisine, lecture : tout peut être précieux pour les personnes âgées, surtout si elles sont isolées. Une condition pourtant : s’engager auprès d’elles dans la durée. Parents ou enfants peuvent proposer leurs services dans la limite de leur emploi du temps et pourquoi pas, le faire ensemble. Très vite, on constate combien ces petits services simples enrichissent une relation.
www.directsoir.net DATES CLÉS ZOOM Atanase Périfan, un homme aimant et aidant ➔ Générosité, entraide et solidarité : ces mots prennent tout leur sens dans la bouche d’Atanase Périfan. « J’aime les gens. Mon moteur, ce sont les autres », explique le fondateur de la Fête des voisins, avant de préciser qu’il « tire (s)on énergie des rencontres qu’(il) fai(t). » Et de l’énergie, il lui en faut. L’homme vit à toute allure, partagé entre son mandat d’élu local à la mairie du 17 e arrondissement de Paris, ses responsabilités à la tête de trois associations (délégué général d’Immeubles en fête et président de Voisins solidaires et de la Fédération européenne des solidarités de proximité) et son statut de chef d’entreprise. Sa femme s’en plaint parfois. « Atanase, je suis ta première voisine et je ne te trouve pas très solidaire avec moi », lui a-t-elle lancé un soir où il rentrait encore tard. Son envie de se battre et de s’engager lui vient de ses parents, qui lui ont donné ce goût des autres. « Mes parents étaient réfugiés politiques et lorsque l’on appartient à une diaspora [macédonienne,ndlr], on se serre les coudes », raconte-il. Cet ancien scout s’est donc très vite intéressé à la vie publique, devenant à 25 ans le plus jeune élu du conseil municipal de l’arrondissement dans lequel il vit depuis l’âge de 4 ans. Une fonction qui le passionne encore, vingt et un ans après. La première édition des 1999voisins à Paris recueille 30 mairies et bailleurs sociaux partenaires. L’édition 2003 en rassemblera 175 dans toute la France. INTERNATIONAL Tout le monde l’adopte Au bout de quelques années d’existence, la Fête des voisins a fini par essaimer, à la fois en France et en Europe. Alors que l’on prévoit aujourd’hui que cette nouvelle édition sera célébrée par près de 10 millions de participants dans une trentaine de pays du monde, les initiatives de la Fédération européenne des solidarités de proximité (FESP) se font particulièrement remarquer : créatrice de l’European Neighbours’Day (la Fête européenne des voisins) la fédération a pour vocation de promouvoir les solidarités de voisinage dans toute l’Europe, de développer des réseaux d’échanges sur ces bonnes pratiques, et de créer une dynamique européenne qui favorise le lien social et le « mieux-vivre ensemble ». Aujourd’hui, la FESP, qui bénéficie du soutien de l’Union européenne, promouvant la citoyenneté européenne active, met tout son poids dans la balance pour européaniser au maximum une fête qui a fait ses DR Une fête célébrée en Italie… preuves sur le territoire hexagonal. Mais surtout, Atanase Périfan, le créateur de la Fête des voisins – qui continue d’exporter son idée à l’étranger –, a décidé d’aller un peu plus loin dans sa démarche cette année. Déclarant qu’« une journée pour se retrouver, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant », il a souhaité mettre en place le dispositif « Voisins solidaires ». L’idée est de développer des actions pour se rendre des services entre voisins. Nos arrièregrands-parents l’auraient probablement Atanase Périfan est le créateur de la Fête des voisins est aussi l’auteur de Pas de quartier pour l’indifférence. La Fête des voisins étend 2005son influence. 348 mairies et bailleurs sociaux se rangent derrière Atanase Périfan et son association. Le chiffre passera à 560 deux ans plus tard. EN COUVERTURE 5 Cette année, 98 mairies 2010et bailleurs sociaux de plus qu’en 2009 - soit 770 au total - rejoignent les rangs des partenaires de la manifestation. … aussi bien qu’en Turquie. pris pour un extraterrestre. Dépanner son voisin ? La question, à l’époque, ne se posait pas vraiment. Aujourd’hui, il est malheureusement nécessaire de provoquer la rencontre. « La relation à l’autre n’a jamais été aussi compliquée, poursuit Périfan. Pourtant, il y a un peu partout des gisements de générosité. » En lançant une grande consultation nationale « Vous et vos voisins », en définissant un calendrier d’action et en concevant des outils pour faciliter les liens entre voisins, Voisins solidaires prépare déjà la société de demain. www.voisinssolidaires.fr www.localsolidarity.com DR ED. LA TABLE RONDE DR PRATIQUE Les clés d’une fête réussie L’organisation est le secret du succès.• Parlez-en à vos voisins. Impliquez-les dans la préparation de la fête, répartissez les tâches ! Ce sera le meilleur moyen pour faire venir du monde.• Soignez la publicité. Des affichettes sont disponibles dans les Monoprix ou dans votre mairie (si elle est partenaire d’Immeubles en fête). Tracts et invitations peuvent être téléchargés sur le site web de l’association : www.immeublesenfete.com• Choisissez bien le lieu des festivités. Préférez une partie commune de l’immeuble plutôt que l’appartement d’un habitant. Ce sera moins intimidant pour tous.• Pensez au matériel pour monter un buffet de manière simple et accueillante. Pensez également au confort des personnes âgées.• Préparez le buffet pour un public large. Il faut qu’il y ait de tout ! Le mieux est que chacun apporte sa contribution. Pour les boissons alcoolisées, punch et sangria seront très appréciés.• N’oubliez pas les enfants, excellent public pour ce type de fête. Bonbons et ballons seront du meilleur effet.• Mettez tout en œuvre, le jour J, pour faire connaissance. Présentezvous, allez au-devant des timides.• Participez à l’organisation pour que tous puissent prendre part à la fête malgré les contraintes : maladie, garde d’enfants…• Soignez l’ambiance. Mettez à profit les idées de décoration et de musique que vous utilisez généralement pour bien recevoir vos amis. La fête n’en sera que plus réussie.• Profitez de cette première prise de contact avec vos voisins pour parler d’actions qui pourraient améliorer la vie de l’immeuble : échanges de services en tout genre.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :