Direct Soir n°770 27 mai 2010
Direct Soir n°770 27 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°770 de 27 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Demain : fête des voisins !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
E. ROBERT/DIRECT8 Directsoir N°770/Jeudi 27 mai 2010 16 BUZZ TÉLÉ LE BILLET DE JEAN-MARC MORANDINI Journaliste, animateur de radio et de télévision Les présentateurs télé disent non à la retraite à 60 ans ! Le débat sur l’âge de la retraite a débarqué en force sur nos écrans, amplifié en cela par les déclarations du gouvernement et les contrepropositions du Parti socialiste. Mais il est amusant de constater que c’est justement à la télé que se trouvent de très nombreux présentateurs de plus de 60 ans. Un peu comme si l’audiovisuel était un monde à part, dans lequel l’âge n’avait aucune importance. Au hasard, on peut citer Michel Denisot et ses 65 ans, qui n’empêchent en rien Le grand journal de cartonner ; Michel Drucker et ses 67 ans, qui réalise pourtant des audiences exceptionnelles, le dimanche sur France 2, assis sur son canapé rouge ; Patrick Poivre d’Arvor qui, à 62 ans, poursuit sa carrière avec brio sur le petit écran ; Jean-Pierre Foucault, valeur sûre de TF1 à 62 ans, sans parler de Jean-Pierre Elkabbach, toujours aussi vif dans ses interviews à 72 ans… Il est donc clair que dans les médias, l’âge ne veut rien dire et la mode du jeunisme, qui s’était imposée dans les émissions il y a une quinzaine d’années, a fait long feu. Les Etats-Unis l’ont bien compris d’ailleurs : pendant longtemps, les présentateurs de journaux avaient plus de 60 ans, ce qui, pour le téléspectateur, était le symbole de l’expérience mais aussi de la sérénité. Il représentait une figure emblématique capable de ne pas affoler les foules en cas d’événement grave. Il est donc forcément stupide de graver dans le marbre certaines règles, comme celle qui consisterait à dire que, passé 60 ans, un salarié doit quitter son poste. Tout comme tous les hommes ne sont pas égaux face au temps qui passe, tous les métiers ne sont pas égaux face à la retraite. A lundi ! Réagissez : redac@directsoir.net LE BOLLOC’H SUR SCÈNE Yvan Le Bolloc’h (photo) sera en concert à Paris le 5 juin au New Morning avec son groupe Ma guitare s’appelle reviens. Après la sortie de son deuxième album Fiers et susceptibles, la formation du comédien est en tournée dans toute la France. DR Focus sur Action directe ➔ Il a fait trembler la France dans les années 1980. Le magazine Spécial investigation revient sur le mystérieux groupe terroriste Action directe, le 11 juin à 23h30, sur Canal+. Histoire secrète d’Action directe tente d’examiner sous un jour nouveau les motivations et le mode opératoire de ce groupuscule d’extrême gauche, qui a assassiné le général Audrin et Georges Besse, le patron de Renault. Grâce à de nombreux témoignages, l’enquête explore de nouvelles pistes, comme celle d’une manipulation d’une puissance étrangère. Joëlle Aubron, militante d’Action directe, a passé dix-sept ans en prison. L’animatrice Karine Le Marchand. L’amour pour de vrai ? ➔ Un an après la quatrième saison de L’amour est dans le pré sur M6, Karine Le Marchand rendra visite, le lundi 7 juin à 22h30, aux anciens participants, dans L’amour est dans le pré : que sontils devenus ? L’animatrice rencontrera Xavier, Marylin, Denis, Jean-Pierre, Stéphane, Fabien, Christian et Corinne, Norbert et Jean-Paul pour les interroger sur leur évolution sentimentale depuis l’émission. L’occasion de voir si, après le pré, l’amour s’épanouit dans la durée. LIGNE DE MIRE JEAN BRICE LEMAL/M6 P.VERDY/AFP Le journaliste Christophe Hondelatte. Hondelatte, la polémique ➔ Christophe Hondelatte applique-t-il les méthodes de pression qu’il dénonce ? C’est l’hypothèse que soulève Alexandre Lacroix, rédacteur en chef de Philosophie magazine, qui avait été invité sur son plateau de France 2 le 12 mars pour un débat organisé après la projection du documentaire Le jeu de la mort réalisé par Christophe Nick. Contestant lors de l’enregistrement la façon dont Christophe Hondelatte avait dévoilé l’orientation sexuelle d’un invité qui souhaitait rester discret, le philosophe s’était fait violemment accrocher par le journaliste. La polémique qui suivit fut pour Alexandre Lacroix l’occasion de découvrir les coulisses d’une certaine télé et de dévoiler les pressions, copinages et lâchetés qui peuvent y fleurir. A n’en pas douter, son témoignage devrait relancer une controverse acerbe qui agite le milieu depuis plusieurs semaines. Pour Alexandre Lacroix, c’est aussi l’occasion de délivrer un message simple à ses lecteurs : « Il n’y a qu’une seule bonne résolution à prendre : jeter sa télé. » Le Téléviathan, Alexandre Lacroix, Flammarion, coll. Café Voltaire, 12 €. Benjamin Biolay dans « La musicale » Le vendredi 18 juin, Emma de Caunes animera une nouvelle édition de La musicale, sur Canal+. Pour cette émission en live, elle recevra Benjamin Biolay, qui interprétera plusieurs extraits de son album La superbe comme Padam, 15 septembre et Si tu suis mon regard. Le chanteur, récompensé de deux victoires de la musique, précédera Gaëtan Roussel, ex-Louise Attaque, qui viendra présenter son nouveau projet, Ginger. Luke, les BB Brunes et le groupe Mustang prendront ensuite le relais, pour un concert sous le signe du rock. Benjamin Biolay. P.MAZZONI/CANAL+
Direct Auto consacre un numéro spécial à l’empire du Soleil-Levant. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ? Grégory Galiffi : C’est une envie depuis très longtemps. On souhaite faire de plus en plus d’émissions thématiques pour montrer les différences de consommation selon les pays. L’automobile est un domaine très vaste, qui touche les gens dans leur vie quotidienne et demeure objet de passion. On a par exemple proposé une émission spéciale femmes qui a connu un joli succès. Pour le Japon, c’est un peu la même démarche, on s’est intéressé à la dimension culturelle et sociétale de l’automobile dans ce pays, sans oublier d’essayer les modèles japonais qui font rêver les amateurs d’auto du monde entier. Quel rapport les Japonais entretiennent-ils avec l’automobile ? G. G. : Elle est pour eux vecteur de fierté nationale : ils consomment japonais d’une manière générale. De plus, les prix des voitures japonaises sont un peu plus avantageux par rapport aux marques étrangères. Il y a une incitation à consommer « local ». Il est également intéressant d’observer la manière dont ils s’adaptent aux contraintes locales, manque d’espace dans les villes, législation. J’ai été étonné de constater par exemple qu’ils ne roulaient pas en diesel. En France, les motorisations diesel représentent plus de 70% du marché des véhicules neufs. Au Japon, plus de 99% des voitures vendues sont équipées de moteurs essence. Comment l’expliquez-vous ? G. G. : Le diesel a très mauvaise presse, il est pour eux synonyme de pollution. C’est perçu là-bas comme une aberration de rouler en diesel. Justement, un des reportages de l’émission s’intéresse aux motorisations du futur développées par les Japonais, l’hydrogène entre autres. BUZZ TÉLÉ INTERVIEW Grégory Galiffi, journaliste Sur les routes du Japon L’empire du Soleil-Levant s’invite dans « Direct Auto » pour une émission événement. Au programme : drift, concepts inédits, duel de sportives et étude du rapport des Japonais à l’automobile. Grégory Galiffi a accepté de nous en dire un peu plus. Grégory Galiffi et le concept car Mazda RX500 (1970), modèle unique. « ON S’INTÉRESSE AUX DIFFÉRENCES CULTURELLES LIÉES À L’AUTOMOBILE SELON LES PAYS » Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le drift ? G. G. : C’est un peu comme dans le film Fast and Furious. En fait, c’est du dérapage contrôlé. On pourrait presque appeler cela un « ballet mécanique ». Quand on les voit rouler, les pilotes sont pare-chocs contre pare-chocs, en dérive. C’est très beau. L’idée, c’est de faire des boucles. On peut avoir une petite aire où on fait une sorte de serpentin et les pilotes « glissent » à 80, 90, voire 100 km/h. C’est une discipline qui a été inventée au Japon il y a un peu plus de 20 ans. Cela demande de la maîtrise. C’est une conduite qu’on pourrait qualifier de « chirurgicale ». C’est une activité très populaire làbas que les gens pratiquent souvent le week-end. Ils se réunissent avec leurs voitures préparées avec des gros moteurs et ils « glissent » entre amis. L’ambiance y est très bon enfant. Quels modèles de voitures seront à l’essai ? G. G. : L’année 2010 marque les 90 ans d’un constructeur japonais, Mazda. Cette marque originaire d’Hiroshima – qui s’est lancée dans l’automobile il y a 50 ans – sera mise à l’honneur à l’occasion de cette date anniversaire. Nous avons eu le privilège de pouvoir essayer un concept car de 1970, qui a été présenté au Salon de Tokyo, la RX500. C’est un modèle unique qui n’a été conduit qu’une seule fois par un journaliste japonais. Aucun Occidental n’avait conduit cette voiture. Donc c’est une « superexclusivité » pour Direct Auto. Et on a surtout eu le privilège de l’essayer aux côtés du designer de la voiture, M. Fukuda. On a aussi essayé la Cosmo Sport, une voiture emblématique qu’on pourrait qualifier de Mustang japonaise. On présentera également la nouvelle Honda CRZ, un véhicule hybride doté d’un caractère sportif. Enfin, il y a aura un comparatif entre la nouvelle Nissan 370Z Roadster et la plus puissante des BMWZ4, unique représentante européeenne dans cette émission 100% nippone ! Direct Auto, magazine, samedi 29 mai, à 18h30, sur Direct 8.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :