Direct Soir n°769 26 mai 2010
Direct Soir n°769 26 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°769 de 26 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Sports extrêmes : repousser les limites

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 CULTURE ROMAN London calling Loin de ses débuts littéraires africains, William Boyd s’invite au bord de la Tamise pour livrer « Orages ordinaires », un roman ancré dans un Londres bouillonnant et moderne. Adam Kindred, jeune climatologue, revient d’un entretien d’embauche. Il rencontre dans un restaurant le docteur Philippe Wang, qui oublie un document à sa table. Poli, Adam le lui rapporte à son domicile. Mais il le trouve mourant, un couteau enfoncé dans la poitrine. Pourquoi fait-il alors le choix de le lui enlever et de laisser ses traces dans l’appartement ? De peur d’être accusé de meurtre, Adam choisit de se cacher auprès des marginaux et des sans-logis. Dans Orages ordinaires, c’est un Londres pluriel et vibrant qui s’invite à la table d’écriture de William Boyd. L’écrivain britannique né au Ghana s’était d’abord fait connaître avec le culte Un Anglais sous les tropiques ALBUM Dans ce dernier roman, William Boyd instaure un délicieux suspense. Grand jour pour Mr Day Avec Small Fry, Mr Day présente son premier album solo. (1984), avant de faire le tour du monde en romans. Il revient cette année en Angleterre avec ce vrai-faux thriller impossible à lâcher avant la dernière page. On pense alors à l’un de ses étourdissants romans, La vie aux aguets, énorme succès de librairie en 2007. Car comme pour ce précédent livre aux allures de roman d’espionnage, William Boyd utilise ses chapitres à la manière de séquences cinématographiques, jonglant à chaque chapitre avec les points de vue, instaurant peu à peu un suspense implacable et délicieux. On n’en doute pas, ce livre aussi saura être un nouveau succès de l’auteur britannique. Orages ordinaires, William Boyd, Seuil, 21,80 €. ➔ Premier album solo de Mr Day, chanteur du combo jazz Metropolitan Jazz Affair, Small Fry est un coup d’essai qui se change en coup de maître, entre soul classique et folk plus enlevée enregistrée en live. Ainsi accompagné de Remy Kaprielan (batterie), de Raphaël Chambouvet (clavier) et de son acolyte Patchworks (basse et production), Mr Day distille quatorze titres dans lesquels il faut piocher au gré de ses envies. Suave sur Don’t You Stay Outside Tonight, enjoué sur Tears of Joy, haut perché sur Soul on Wax… Mr Day n’est pas loin d’atteindre son jour de gloire. Small Fry, Mr Day, Favorite Recording. E. MCCABE/ED. SEUIL LIVRES SPÉCIAL DANSE ÉD. L’ŒIL D’OR Un décryptage pas à pas ➔ Depuis une quarantaine d’années, la danse contemporaine fascine, choque, séduit, interpelle. Dans un ouvrage pratique et ludique, le journaliste et critique Philippe Noisette décrypte les origines de cet art universel en établissant notamment le portrait de trente chorégraphes incontournables. Des propos captivants, illustrés par les clichés de Laurent Philippe. Danse contemporaine, mode d’emploi, Philippe Noisette, Collection Mode d’emploi, Flammarion, 24,90 €. ÉD. FLAMMARION Des gestes et des mots ➔ Créé par Jean-François Munnier, le festival Concordan(s)e organise depuis 2007 des rencontres inédites entre un chorégraphe et un écrivain. Ensemble, ils tentent de définir le désir de création. Les éditions L’œil d’or publient pour la première fois le récit des auteurs des trois premières éditions, comme Fabrice Melquiot, Pierre Charas ou Guillaume Bertrand. Concordan(s)e, L’œil d’or, 14 €. Directsoir N°769/Mercredi 26 mai 2010 Jacques Monory est l’un des représentants de la figuration narrative. EXPOSITION Le bleu Monory ➔ L’œuvre de Jacques Monory, représentant majeur de la figuration narrative, est exposée jusqu’au 20 juin dans l’ancienne demeure du couple Elsa Triolet-Louis Aragon, dans les Yvelines. Parmi ses œuvres, on peut découvrir une partie de sa série de peintures, intitulée Roman-Photo. Très souvent dominés par le bleu, ses tableaux grand format s’appuient sur des clichés photographiques juxtaposés ou superposés, source d’inspiration caractéristique de ses toiles. Egalement présentée, la série plus récente Peinture sentimentale. Jacques Monory, jusqu’au 20 juin, Maison Elsa Triolet-Aragon, Saint- Arnoult-en-Yvelines (01 30 41 20 15). ALBUM Zap Mama en positive attitude ➔ Après six albums en quinze ans – dont trois arrivés numéro un au Billboard World Music Charts –, Zap Mama, le groupe a cappella créé au début des années 1990 et mené par Marie Daulne, sort ReCreation. Pour l’occasion, la vocaliste et songwriter d’exception – elle a collaboré avec Erykah Badu, Sergio Mendes, Tony Allen, Common… – a convoqué une kyrielle de guests dont l’acteur Vincent Cassel, Bilal, G. Love, Tony Allen, ou encore Meshell Ndegeocello. ReCreation renoue avec l’optimisme qui a fait, avec le mélange des styles et des influences (africaines, européennes, brésiliennes…), la patte du groupe. « Cet album célèbre la joie qui accompagne la renaissance. (...) Vous pouvez l’écouter et vous sentir régénéré », commente Marie Daulne. ReCreation, Zap Mama, Concord/Universal Music. En concert le 18 juin à Paris (New Morning).
www.directsoir.net EXPOSITION 780 chefs-d’œuvre à Metz Inauguré le 11 mai par Nicolas Sarkozy, le Centre Pompidou- Metz a attiré près de 100000 visiteurs la première semaine. Un succès que le musée doit à son architecture et à la qualité de sa première exposition, baptisée Chef-d’œuvre ? Picasso, Modigliani, Chagall, Giacometti, Pollock… tous les maîtres de l’art moderne et de l’art contemporain se sont donné rendezvous au nouveau Centre Pompidou de Metz, dirigé par Laurent Le Bon. 780 œuvres, dont la majorité provient des collections du centre parisien, ont été réunies pour Chef-d’œuvre ?, l’exposition inaugurale. DES ŒUVRES REMARQUABLES Sculpture, peinture, photographie, dessin, design : aucune discipline n’a été oubliée pour cet accrochage très ambitieux, qui s’étale sur les 5 000 m² du bâtiment conçu par les architectes japonais Shigeru Ban et français Jean de Gastines. On notera le feu d’artifice chromatique des toiles monumentales de Robert et Sonia Delaunay. Mais aussi la rare réunion des trois Bleu, de Joan Miró, restaurés pour l’occasion, et un mobile sombre imaginé par Alexander Calder et suspendu au plafond. Les nombreuses œuvres, toutes de grande qualité, sont admirablement mises en valeur dans ce nouveau centre d’art, qui marque la première décentralisation d’un établissement culturel national. Bleu I, II et III, de Joan Miró. Un mobile de l’Américain Alexander Calder. UN ENJEU POUR LA RÉGION Plus de 70 millions d’euros ont été investis dans ce projet, qui est aujourd’hui l’un des plus vastes espaces d’exposition temporaire d’Europe. « Ce qui se joue ici, avec l’inauguration de ce musée, ce n’est ni plus ni moins qu’une nouvelle renaissance lorraine », a déclaré Nicolas Sarkozy le 11 mai dernier. Avec l’ouverture du Louvre à Lens prévue pour 2013, le Centre Pompidou-Metz porte sur lui la responsabilité des futures décentralisations. « C’est la fierté de la France d’être sans doute l’un des rares pays en pleine crise qui trouve les moyens de dégager les investissements de cette importance », a conclu le chef de l’Etat. Chef-d’œuvre ?, jusqu’au 25 octobre, Centre Pompidou-Metz, 1, parvis des Droits de l’Homme, Metz (03 87 15 39 39 ou www.centrepompidou-metz.fr). SOLAL/SIPA POL EMILE/SIPA DANSE Chemins de traverse Une chronique de la danse vue par Andrea Sitter. ➔ Après avoir assisté aux conférences dansées initiées par Didier Deschamps, directeur du Ballet de Lorraine, Andrea Sitter a mêlé huit courtes pièces du répertoire moderne pour créer un programme unique sur l’histoire de son art. « Etcetera est une formidable leçon pour revigorer et resituer la mémoire de la danse de notre temps », précise la chorégraphe allemande. Etcetera, ce soir et demain, les 4 et 5 juin, 20h, CCN-Ballet de Lorraine, 3, rue Henri-Bazin, Nancy (03 83 85 69 08). CULTURE 11 L. PHILIPPE CONCERT Gossip envoie du lourd Beth Ditto, chanteuse du groupe Gossip. ➔ Se dénudera-t-elle comme à son habitude, la « Beth de scène » Ditto, la charismatique chanteuse du groupe électro-rock américain Gossip, qui se posera ce soir et demain dans un Zénith de Paris plein à craquer ? Ceux qui ont déjà vécu l’expérience grandiose de la voir en live vous le diront : cette « nana » déménage. Ambiance hystérique assurée avec les tubes Standing In The Way Of Control et Love Long Distance, extrait de l’atomique Music for Men. Gossip, en concert ce soir à Paris (Zénith). Toutes les autres dates sur www.myspace.com/gossipband.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :