Direct Soir n°761 11 mai 2010
Direct Soir n°761 11 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°761 de 11 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Les prêtres : tubes catholiques

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
CINÉMA ANTICIPATION Démocratie virtuelle « 8th Wonderland » pousse la logique des réseaux sociaux à son paroxysme en imaginant un site web surpuissant. Ce film original pose de nombreuses questions qui pourraient bien être d’actualité d’ici quelques années. John Mc Clane (Matthew Géczy), dans 8th Wonderland. Un film d’anticipation pouvait-il choisir meilleur thème que celui de la démocratie virtuelle, à l’heure de l’explosion des réseaux sociaux de type Facebook ? 8th Wonderland, sorte d’ovni cinématographique, prend comme point de départ un monde, le nôtre, où la démocratie est à bout de souffle, où la corruption fait rage, et où la population mondiale subit sans espoir de changement la seule volonté des puissants. Se réunissant sur la Toile par le biais d’un réseau puissant, protégé et à la localisation inconnue, des citoyens du Web se retrouvent, de plus en plus nombreux, pour contester cette marche du monde. Un pas est franchi lorsqu’ils mettent en place la possibilité de voter des actions-sanctions aux répercussions bien réelles. Mais, rapidement, se BIOPIC Don Juan, le libertin ➔ Don Giovanni, naissance d’un opéra, son librettiste. Le film s’articule autour de Carlos Saura – réalisateur multiprimé de ce prêtre, suivant son parcours de adepte des films autour de la musique – Venise, qu’il doit fuir, accusé de complot raconte la genèse d’un des plus beaux contre l’Eglise, jusqu’à Vienne, ou réside opéras de Mozart et Lorenzo Da Ponte, le célèbre compositeur. Poussé et inspiré par le libertin Casanova, Da Ponte écrira les textes de Don Giovanni, ô combien sulfureux pour l’époque. Carlos Saura propose ici sa vision de la création de ce chef-d’œuvre, et surtout une conception très théâtrale du cinéma, où la musique joue, pour le plus grand plaisir du Lorenzo Balducci et Tobias Moretti. EUROZOOM pose la question de la légitimité d’un tel système. Comment éviter la dérive du système ? Comment contraindre un pays qui n’existe pas ? Où est la limite entre sanction et terrorisme ? Réalisé par les Français Nicolas Alberny, Jean Mach, produit en dehors des circuits traditionnels et distribué par un quasi inconnu, MAD films, 8th Wonderland transcende son économie de moyens par une réalisation novatrice et, une fois n’est pas coutume, un rendu du virtuel intéressant. Rajoutez-y la présence de quelques surprises (Nikos Aliagas, Julien Lepers, Amanda Lear…) et vous obtiendrez une curiosité cinématographique qu’il serait dommage de bouder. 8th Wonderland, de Nicolas Alberny et Jean Mach, en salles demain. spectateur, le rôle central. Don Giovanni, naissance d’un opéra, de Carlos Saura, en salles demain. MAD FILMS Directsoir N°761/Mardi 11 mai 2010 HORREUR Freddy ressort ses griffes ➔ Freddy Krueger hante les nuits des adolescents afin de les tuer dans leur sommeil… Remake du film de Wes Craven, Freddy – Chapitre 1 : Les griffes de la nuit, sorti en 1984, le premier long métrage de Samuel Bayer, jusqu’ici réalisateur de clips et de publicités, opte pour une approche plus sombre du célèbre et étrange personnage, se concentrant davantage sur le passé du personnage que sur son humour noir. Première depuis l’invention du personnage, Freddy Krueger n’est pas interprété par Robert Englund, mais par Jackie Earle Haley (Little Children, Shutter Island, Watchmen : Les Gardiens). Freddy – Les griffes de la nuit, de Samuel Bayer, en salles demain. Freddy Krueger (Jackie Earle Haley). COMÉDIE Parents à tout prix ➔ Emma a du mal à tomber enceinte. Son compagnon et elle décident alors de s’offrir des vacances bien méritées, parenthèse enchantée qui va tourner au cauchemar. Après le drame régional Terre de sang sorti en 2005, le réalisateur français Nicolas Guillou s’attaque à la comédie de mœurs. Avec Entre nous deux, il évoque le parcours du combattant des couples qui, face aux pressions sociales, à l’omniprésence des parents et des proches, ont bien du mal à devenir parents avec sérénité. Entre nous deux, de Nicolas Guillou, en salles demain. Alexandra Robert et Nicolas Guillou.
www.directsoir.net COMÉDIE Le rendez-vous de tous les dangers Shawn Levy offre une nuit de folie à SteveCarell et Tina Fey avec « Crazy Night », une comédie qui offre un mariage ébouriffant entre rendez-vous amoureux et film d’action. Acteurs incontournables des paysages comiques cinématographiques et télévisuels américains, Tina Fey (star du petit écran avec la série 30 Rock et pierre angulaire durant deux saisons du Saturday Night Live sur NBC) et SteveCarell (40 ans, toujours puceau, Max la Menace) n’avaient jamais travaillé ensemble. Grâce à Shawn Levy, réalisateur de La nuit au musée 1 et 2, c’est chose faite et c’est tant mieux, tant ces personnalités déjantées font des étincelles dans cette nouvelle comédie d’action. Phil (SteveCarell) et Claire Foster (Tina Fey) vivent dans la banlieue de New York avec leurs enfants. Chaque semaine, ils sortent dîner en amoureux. Mais ce rendez-vous hebdomadaire ne suffit plus à mettre du piment dans leur relation. Un soir, ils s’offrent un repas dans le restaurant le plus distingué de Manhattan. Là, ils vont être confondus avec les Triplehorn, un couple poursuivi par un parrain de la mafia, et vont être plongés dans une nuit de folie durant laquelle ils devront échapper à des tueurs revanchards. A l’évidence, Crazy Night convoque des figures tutélaires comme les frères Hughes (La folle journée de Ferris Bueller, Maman, j’ai raté l’avion…) ou les frères Farrelly (Mary à tout prix). Ce long métrage n’a d’ailleurs rien à envier à leur maestria à marier sentiments, action et comédie. Tina Fey et SteveCarell forment un couple aux petits oignons, entre pitreries – pour preuve la séquence de lap dance à pleurer de rire – et véritable émotion. Crazy Night, de Shawn Levy, en salles demain. Phil (SteveCarell). CINÉMA 11 Claire (Tina Fey). SteveCarell sera à l’affiche du remake américain du Dîner de cons, Dinner for Schmucks, qui sortira sur les écrans français au mois d’août.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :