Direct Soir n°76 14 déc 2006
Direct Soir n°76 14 déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°76 de 14 déc 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Zidane en Algérie, tournée triomphale

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Jeudi 14 décembre 2006 8 ACTU FRANCE EN BREF Les courses du dimanche v Permettre aux commerçants d’ouvrir 8 dimanches par an au lieu de 5, c’est ce que propose la chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP) dans un communiqué. Elle souhaite aussi que les maires déterminent les jours ouvrables sur demande individuelle de chaque entreprise et non par branche. Une législation qui favoriserait un encadrement plus « réaliste », selon la CCIP. Inégalités entre les collectivités v Selon un rapport parlementaire examiné aujourd’hui par la commission des finances de l’Assemblée nationale, la loi de décentralisation serait à la source des disparités entre les collectivités. Selon un sondage Ipsos, près de 45% des Français jugent aujourd’hui qu’elle est allée assez loin. De nouveaux outils de péréquation, comme un « mécanisme d’écrêtement des droits de mutation à titre onéreux », sont proposés par les rapporteurs pour remédier à la situation. EDF gère son CO 2 v EDF vient de se doter aujourd’hui d’un fonds CO de 300 millions d’euros pour « diversifier sa politique d’obtention de permis d’émission de CO ». Ce système, issu du Protocole de Kyoto, permet à une entreprise du Nord de faire un investissement propre dans un pays en développement. En échange, l’investisseur obtient des crédits de pollution à vendre sur les marchés du carbone. Johnny Hallyday migre en Suisse v Suite aux révélations parues dans L’Express de ce jour sur l’exil fiscal du chanteur, Gérard Larcher, ministre délégué à l’Emploi, a reconnu sur RTL qu’il était « quelque part un peu choqué » par le choix du chanteur et a déclaré : « ma conception du patriotisme, c’est que c’est en France que je dois fiscalement me domicilier ». SARKOZY/Place Beauvau, banlieue d’un jour Cette fois, Nicolas Sarkozy ne s’est pas déplacé en banlieue, mais 1000 jeunes de banlieue sont venus le voir place Beauvau, au ministère de l’Intérieur. L’objectif : instaurer le dialogue et permettre des rencontres avec plusieurs personnalités comme l’écrivain Yasmina Benguigui, l’acteur réalisateur Roschdy Zem, Patrick de Carolis, le président de France Télévisions. « Faire venir des jeunes de banlieue au ministère de l’Intérieur, c’est un exploit. Nicolas Sarkozy est quand même le premier policier de France ! », déclare Jeannette Bougrab, membre du Haut conseil à l’intégration et proche de Nicolas Sarkozy. Six tables rondes ont été organisées dans la salle des fêtes du ministère sur l’égalité des chances, l’éducation, l’urbanisme, les médias ou les femmes… Ces débats ont été co-organisés par l’association Bleu Blanc Rouge, créée par des jeunes d’Argenteuil aujourd’hui diplômés et intégrés professionnellement. Argenteuil, ville symbolique, puisque c’est précisément à cet endroit, le 15 octobre 2005, que le ministre de l’Intérieur avait effectué une visite nocturne critiquée. Le mot « racaille » qu’il avait prononcé avait créé la polémique. Le ministre a souhaité, un an plus tard, afficher une politique « de la main tendue », et a insisté sur sa volonté de vouloir aider « ceux qui veulent s’en sortir ». « Nicolas Sarkozy souhaite être jugé sur des résultats concrets », explique Jeannette Bougrab. « Il se mouille. C’est le seul qui nous LYCÉENS/L’importance de la presse pour les jeunes h Le ministre de l’Education nationale, Gilles de Robien, a présenté hier la 18 e Semaine de la presse et des médias à l’école, ainsi que les quatrièmes Assises de la presse écrite et de la jeunesse. L’occasion de se prêter au jeu de la conférence de presse. Nouveauté, celle-ci était réalisée par une soixantaine de lycéens-journalistes avec, pour thème de prédilection, des questions sur la place et le poids des journaux lycéens dans le débat démocratique. « La liberté d’expression est la première des libertés, mais elle s’accompagne de devoirs, d’une déontologie », a précisé le ministre, ajoutant : « votre responsabilité est engagée, veillez au respect des autres, à la tolérance et à l’objectivité. » Ces Assises de la presse doivent se tenir le 7 mars à Lyon, tandis que la Semaine de la presse et des médias est organisée du 19 au 24 mars 2007 dans des établissements scolaires et universitaires. XAVIER FORNEROD,VALÉRIE ZOYDO,RÉMI FOUGÈRES,DAPHNÉ DEGUINES,MATHIEU DURAND,AURORE MÉSENGE Le ministre de l’Intérieur et candidat à l’élection présidentielle s’est entretenu hier avec des jeunes. parle de politique. » Maria, une participante aux débats de la journée, tempère l’enthousiasme : « Les propositions en matière d’éducation et de logement s’avéraient intéressantes. Mais globalement, les associations étaient acquises à Nicolas Sarkozy. Cette journée semblait être un faire-valoir pour lui. » Adnan Azzam, secrétaire général du collectif Egalité des chances qui regroupe 16 associations (dont SOS racisme, le Planning familial, la Ligue de l’enseignement), n’a pas été invité. Il dénonce le manque de pluralisme. « Si cette démarche est positive, elle émane davantage du candidat à l’élection présidentielle que du ministre de l’Intérieur. » Nicolas Sarkozy, de h Les députés poursuivent l’examen du projet de réforme de la justice cet après-midi. Le gouvernement a décidé de présenter un projet de loi en urgence en réponse à l’affaire d’Outreau. Cette procédure, choisie par le garde des Sceaux, Pascal Clément, prévoit une seule lecture du texte dans chaque chambre du Parlement au lieu de deux. Il qualifie ce texte de « première étape avant une refonte plus profonde du système judiciaire ». Ce projet en trois volets intervient après le rapport rendu par la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Outreau, en vue de réformer le système judiciaire. Des mesures sont proposées comme l’enregistrement audiovisuel des interrogatoires lors des gardes à vue dans les affaires criminelles. Autres modifications : la création de pôles de l’instruction dans les juridictions qui n’ont qu’un seul magistrat, pour permettre le regroupement des compétences de plusieurs juges, un contrôle des détentions provisoires ou encore le renforcement des droits accordés à la défense. Maître Edmond C’est dit « C’est à l’Etat d’aller vers les jeunes », a déclaré Roschdy Zem, acteur et réalisateur, qui s’est dit « content d’être là ». son côté, s’est engagé à recevoir « en début de semaine prochaine » les organisateurs, puis à nouveau fin janvier, pour que « chacun puisse juger de la sincérité et de l’utilité de cette démarche ». JUSTICE/Une réforme qui débute Geneau, avocat au barreau de Boulogne-surmer, partage l’avis d’André Vallini (président de la commission d’enquête parlementaire d’Outreau) et parle de « réformette ». « C’est une loi de plus qu’il va falloir digérer. Il fallait qu’on reconsidère le système judiciaire dans son ensemble », affirme-t-il. Pour Jean-Yves Lourgouilloux, substitut général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence, « à force de réformer, on perd la cohérence de tout le système ». Pascal Clément se félicite pour sa part d’avoir amorcé la réforme dans une période de fin de législature, toujours délicate à gérer au Parlement. Le garde des Sceaux, Pascal Clément. O. LABAN-MATTEI/AFP M. FREY/FEDEPHOTO
www.directsoir.net EMPLOI/L’environnement recrute Le secteur des éco-activités est en pleine expansion et attire de plus en plus de jeunes. Afin de guider ces écocitoyens en herbe, le CIDJ de Paris proposait hier une « Journée environnement ». Sylviculteur, écogarde, agent d’assainissement, agent de tri… la palette des métiers liés à l’environnement est large, tout comme le nombre d’offres d’emplois. Et selon les spécialistes, cela ne fait que commencer : « Nous sommes sur le point de passer un cap », explique Jean-Marc Brûlé, conseiller régional Ile-de-France en charge de la commission économique. « L’environnement est devenu un moteur pour l’économie, et le développement des énergies renouvelables va bousculer le marché. » Le centre information et documentation des jeunes (CIDJ) de Paris, associé au réseau Territoires environnement emploi (TEE), a présenté hier à un millier d’étudiants les différents métiers liés à ce secteur florissant. L’occasion pour certains de faire d’agréables découvertes : « Je voulais faire du professorat, mais j’ai réalisé que ce n’était pas ma voie », confie Annabelle, 22 ans, étudiante en biologie. « Je viens juste de découvrir un master en science et génie de l’environnement qui pourrait m’intéresser. » Pour d’autres, les surprises sont « Il y a une demande énorme de la part des jeunes » plus amères : « Il y a une demande énorme de la part des jeunes. Ils ont tous envie de faire quelque chose pour la planète. C’est vrai qu’il y a beaucoup de débouchés mais pas toujours là où l’on croit », explique Christelle Durrieu, développeur territorial des TEE.Victime de son succès, le secteur de la protection de la nature est aujourd’hui saturé. Pour trouver un emploi, il faut se tourner vers la gestion des déchets (agent de tri, chalumiste) l’eau (agent d’assainissement, canalisateur) ou encore l’énergie renouvelable. Dans ces trois secteurs, les recrutements se font à la pelle, et l’offre est parfois supérieure à la demande. Un bémol : la plupart de ces postes s’adressent principalement aux jeunes issus de l’enseignement professionnel. En effet, audelà du niveau bac +2, il est plus difficile de trouver un emploi dans l’environnement. « Après cinq ans d’études en communication, j’ai souhaité mettre mes compétences au service de la nature », explique Lucie, 26 ans. « Pourtant, aujourd’hui, je ne décroche que des stages non rémunérés et la concurrence est de plus en plus rude. » FRANCE C’estdit « Plutôt que de rester passif et de subir, ce pacte me donne la possibilité de cesser de geindre et de passer à l’action. » Le comédien Charles Berling à propos du pacte écologique de Nicolas Hulot (Le Nouvel Observateur) @ F. SOULOY/GAMMA « Nous constatons que les adultes répondent présent. Nous devrions atteindre plus de 300000 entrées dans toute la France avant la fin de la soirée. » Luc Besson, à propos du premier jour d’exploitation de son film Arthur et les Minimoys (Le Parisien)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :