Direct Soir n°758 6 mai 2010
Direct Soir n°758 6 mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°758 de 6 mai 2010

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (256 x 341) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Virginie Efira « tenter l'aventure »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 ÉNERGIE ➔ Le marché international Saint- Charles de Perpignan (66), premier centre de redistribution européen de fruits et légumes, est en voie de devenir la plus grande centrale solaire photovoltaïque d’Europe intégrée à un bâtiment. Ses concepteurs ont en effet profité du fait qu’il fallait changer la toiture des onze hangars, laquelle était jusque-là constituée d’éléments en amiante-ciment, pour y installer quelque 95 000 panneaux photovoltaïques, qui produiront ALTERNATIVE NOTRE PLANÈTE Perpignan, capitale du photovoltaïque L’Autriche à la recharge REGARDS D’AFRIQUE bientôt 10% de la consommation électrique des Perpignanais. Fin 2011, tous les hangars devraient être équipés et la centrale tourner à plein régime, avec une puissance de 8,7 mégawatts (MW), soit une production annuelle de 9 400 MW/h. Deux bâtiments sont d’ores et déjà équipés et reliés au réseau, pour produire une puissance de 2,5 MW. Cet investissement de 55 millions d’euros donne à la toiture l’aspect d’un toit d’ardoises parfaitement intégré à l’architecture locale. La région de Perpignan, favorisée par un ensoleillement de 2 506 heures par an, est très propice au développement du solaire. Le 30 juin 2009, le ministère de l’Ecologie annonçait que le parc photovoltaïque français comptait près de 25 000 installations pour une puissance de 135 MW. 50% étaient concentrés dans trois régions : Provence- Alpes-Côte-d’Azur, Languedoc- Roussillon et Pays de la Loire. ➔ L’opérateur Telekom Austria (TA) a inauguré mardi à Vienne sa première cabine téléphonique permettant de recharger des véhicules électriques. Le groupe autrichien compte ainsi donner une nouvelle vie à ses 13 500 cabines, largement délaissées depuis l’essor de la téléphonie mobile. Dans le cadre d’un projet pilote, TA va équiper trente points d’appel en station-service électrique d’ici à la fin de l’année. Pour recharger ses batteries, une voiture électrique devra être branchée pendant 6 heures 30, une motocyclette quatre-vingts minutes et un vélo électrique vingt minutes, selon TA. Telekom Austria fait revivre ses cabines. Dépasser l’indépendance du drapeau Dans les dix-sept Etats africains ayant accédé à l’indépendance il y a cinquante ans, on célèbre cet événement. En France, les manifestations se multiplient. Quel bilan peut-on tirer de ce demisiècle ? L’analyse de la Coordination pour l’Afrique de demain (Cade). Le monument de la Renaissance africaine, récemment inauguré à Dakar, au Sénégal. Il y a cinquante ans, de nombreux territoires subsahariens ont eu accès à l’indépendance du drapeau. Mais les héros des indépendances se sont laissé griser ou endormir par le pouvoir avec la complicité des ex-puissances coloniales et des grandes puissances protagonistes de la guerre froide. Une aide tutélaire était nécessaire. Elle s’est accompagnée d’un endettement public, catastrophique, à partir de 1980. L’économie coloniale s’est donc poursuivie, et seule la scène politique s’est africanisée. Cinq décennies plus tard, la véritable indépendance est en route. La population du continent est passée de 180 millions d’habitants en 1950 à BARBARA GINDL/EPA/SIPA A terme, 77 000 m² de panneaux solaires seront installés sur la toiture du marché international Saint-Charles de Perpignan. Le CHIFFRE du jour plus de 850 millions en 2010 ! Cette population a tout submergé, créant des villes très étendues sans vider les campagnes encore peuplées de 500 millions de ruraux. Très peu d’actifs supportent une marée de jeunes et de plus en plus de vieux. La crise de la dette, depuis 1990, a grippé le système. Les sociétés ont dû réinventer leurs traditions, leurs identités, leurs normes et valeurs. Apparaissent alors les conflits fonciers, auto chtones contre allo chtones ou éleveurs contre agriculteurs, réduits à des conflits ethniques ou religieux, comme au Nigeria en ce moment. 1994 fut un point de rupture avec la dévaluation du franc CFA, l’arrivée au pouvoir de Mandela en Afrique du Sud et le génocide rwandais. Les programmes d’ajustement structurel du Fonds monétaire international ont contribué à l’effondrement de nombreux Etats, imposant une rigueur économique qui a pénalisé la santé et l’éducation et favorisé la petite corruption. CES SOCIÉTÉS ONT DÛ RÉINVENTER LEURS TRADITIONS Directsoir N°758/Jeudi 6 mai 2010 C’est le taux de carburant 1,9% économisé si l’on roule avec la climatisation plutôt que les quatre fenêtres ouvertes, selon une étude de Dekra Test Center (groupe Dekra). Paradoxalement, la voiture consommera moins d’essence, car l’ouverture des fenêtres a pour conséquence une diminution de l’aérodynamisme. Cette étude a été réalisée en conditions réelles, pour un véhicule se déplaçant sur l’autoroute, lorsque la température extérieure est inférieure à 22 °C. Ces programmes ont pourtant libéré des forces. Dans le Nigeria pétrolier ou le Niger uranifère, des peuples luttent contre les géants de l’énergie, occidentaux et chinois, pour tirer parti des ressources de leur sous-sol. Un syndicalisme agricole indépendant a permis de bloquer en 2003 la conférence de Cancun, au Mexique, sur le commerce international. Partis uniques et syndicats officiels ont été abandonnés et une presse indépendante s’affirme. Les revendications politiques sont portées dans la rue, et l’Afrique paie le prix du sang pour avoir la démocratie, comme on l’a vu il y a peu à Conakry. L’Union africaine a pris en charge la résolution des conflits sur le continent et fait appel à des troupes africaines pour maintenir la paix. L’Afrique subsaharienne est en route, à sa façon, pour l’indépendance, la vraie, mais elle ne sera pas pavée de fleurs. Coordination pour l’Afrique de demain (Cade) : www.afrique-demain.org
www.directsoir.net LE BILLET DE PIERRE SALVIAC Consultant RTL 2010 : l’année du rugby français En cette année 2010, tout réussit au rugby français. Les Bleus ont remporté le Tournoi des VI Nations avec un Grand Chelem à la clé (cinq victoires en cinq matchs). Et ils sont favoris pour le test du 26 juin en Argentine (diffusé par Direct 8). Un club français est assuré de gagner la Coupe d’Europe, puisque Toulouse et Biarritz sont qualifiés pour la finale. La nouvelle formule du Top 14 est un succès. Celui-ci a été tel que les clubs ont dû chercher asile dans des stades plus grands : Stade Français au Stade de France, Stade Toulousain au Stadium, Toulon à Marseille, Biarritz et Bayonne à Saint-Sébastien, et Bourgoin à Lyon. Bref, c’est l’année du rugby français. Tous les voyants sont au vert. Y a-t-il une contrepartie à ce flatteur tableau d’honneur ? Oui, un changement de jeu. Fini le « French Flair », qui envoyait la balle à l’aile, là où la vie est belle. Notre rugby a quitté le terrain de l’évitement pour se concentrer sur les valeurs du combat, d’ordinaire privilégiées par les Britanniques. C’est en copiant la méthode anglaise que le rugby français a pris le leadership européen au nom de cette vérité chaque fois vérifiée : « No Scrum, no Win » (« Pas de mêlée, pas de victoire ! »). Réagissez : redac@directsoir.net V. CAPMAN/SIPA BASKET-BALL FOOTBALL Sakho affirme son ambition ➔ Sous contrat avec le PSG jusqu’en 2012, le défenseur Mamadou Sakho, 20 ans (photo) pourrait quitter le club parisien à l’intersaison. Le joueur souhaite « progresser au plus haut niveau » pour « disputer la Ligue des champions ». RUGBY Parra sera bien présent ➔ Touché aux côtes lors de l’ultime journée de la saison régulière à Biarritz, Morgan Parra (photo), le demi de mêlée de Clermont, sera finalement opérationnel pour le barrage de demain contre le Racing Métro 92. Le gratin européen à Bercy Le Final Four de l’Euroligue au Palais omnisports de Paris-Bercy, c’est un peu comme si l’Olympique Lyonnais, le Bayern Munich, le FC Barcelone et l’Inter Milan se retrouvaient le temps d’un week-end pour le dernier carré de la Ligue des champions de football, au Stade de France. Demain, lors des demi-finales (Barcelone-Moscou et Le Pirée-Belgrade) et dimanche pour la finale, les quatre meilleurs clubs de basket du continent ont rendez-vous à Paris pour se disputer le titre européen. Certes, il n’y a aucun club de l’Hexagone à l’affiche. Pis, aucun joueur français ne figure parmi les équipes qualifiées. Pourtant, les 15 000 places disponibles se sont arrachées en quelques minutes. Et l’ambiance promet d’être chaude dans les travées du POPB, qui compteront quelques-uns des supporters les plus bruyants d’Europe. BARCELONE ET LES AUTRES Sur le parquet, le spectacle est également annoncé, avec un niveau tout proche de celui de la NBA. Reste une interrogation : qui empêchera Barcelone de reconquérir un titre qui le fuit depuis 2003 ? Début de la réponse avec la première demi-finale qui opposera les Catalans au CSKA Moscou dans un remake de l’édition 2009. Vainqueurs de la compétition en 2006 et en 2008, les Russes (huit participations consécutives au Final Four) devront néanmoins se surpasser face au plus bel effectif d’Europe. Favoris en début de saison, les Barcelonais, qui n’ont perdu que deux matchs sur vingt dans la compétition, peuvent compter sur une pléiade de stars : l’arrière Juan Carlos Navarro, meilleur joueur de l’Euroligue 2009, le meneur Ricky Rubio, un PHOTOSHO/ICON SPORT BASKET-BALL/NBA SPORTS 7 Pour la quatrième fois en vingt ans, Paris accueille le Final Four de l’Euroligue, la plus prestigieuse compétition du Vieux Continent. Dimanche, on connaîtra le nom de la meilleure équipe de basket d’Europe. Le joueur de Barcelone Ricky Rubio. des plus grands talents du Vieux Continent, ou l’intérieur slovène Erazem Lorbek. Des noms qui n’évoquent pas grand-chose au grand public, mais qui font peur à tous leurs adversaires. Sur ce plan, seul l’Olympiakos du Pirée paraît en mesure de rivaliser. Mais, avant d’envisager une finale de rêve dimanche, les deux clubs devront se défaire des oppositions russe et serbe, dans qui un combat promet d’être des plus haletants. PROGRAMME Demain, demi-finales 18 h : Regal Barcelone-CSKA Moscou 21 h : Partizan Belgrade - Olympiakos Le Pirée Dimanche 18 h : Match pour la troisième place 21 h : Finale Tous les matchs en direct sur Sport+ Les Lakers prennent le large ➔ Los Angeles n’a pas tremblé au Staples Center. Les Lakers avaient deux matchs à domicile pour entamer de la meilleure des façons leur demi-finale de Conférence Ouest face aux Jazz d’Utah. C’est chose faite, avec un second succès acquis dans la nuit de mardi à mercredi (111-103) en Californie. Une fois de plus, Kobe Bryant (30 points et 8 passes décisives) a fait la décision et permet son équipe de prendre l’avantage avant les deux prochains matches à Salt Lake City, samedi et lundi. L’arrière des Lakers, Kobe Bryant.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :